Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

L'étude vérifie le choc de l'ostéoporose sur le risque de développer la démence

On estime que l'ostéoporose affecte 200 millions de femmes en travers du monde. En Allemagne, la prévalence de cette maladie chronique parmi des gens âgés 50 ans et plus vieux est environ 15%. Au cours des dernières décennies, plusieurs auteurs ont analysé le choc de l'ostéoporose sur le risque de déclin cognitif, mais, la plupart de ces études ont été l'Europe extérieure conduite. L'objectif de la présente étude était de vérifier le choc de l'ostéoporose sur le risque de développer la démence dans presque 60.000 patients suivis pendant jusqu'à 20 années dans plus de 1.200 pratiques générales en Allemagne.

« Il y a grand intérêt pour la relation entre l'ostéoporose et la démence, » prof. expliqué Karel Kostev, le M. milliseconde de principal enquêteur, de l'équipe d'épidémiologie d'IQVIA, Francfort, Allemagne. « Cette étude est la première pour aborder cette question dans une base de données très grande activant la boîtier-contrôle-comparaison entre les patients avec et sans l'ostéoporose. »

Cette étude de cohorte rétrospective a employé des caractéristiques de la base de données d'analyseur de la maladie (IQVIA), qui compile l'information sur des ordonnances de médicament, diagnostics, et les caractéristiques démographiques ont obtenu directement et en format anonyme des systèmes informatiques employés par des généralistes et des spécialistes. Cette base de données a été déjà employée dans plusieurs études se concentrant sur l'ostéoporose et la démence ces dernières années. L'étude a compris des patients diagnostiqués avec l'ostéoporose entre janvier 1993 et décembre 2012 (date d'index) et a été suivie pendant jusqu'à 20 années. Après application des critères assimilés d'inclusion, des contrôles ont été appariés (1 : 1) aux patients d'ostéoporose employant des rayures de propension basées sur l'âge, le genre, l'année d'index, plusieurs comorbidités, et les Co-traitements. Les résultats principaux de l'étude étaient de déterminer la proportion de patients présentant des diagnostics de tout-cause-démence dans un délai de 20 ans de la date d'index.

La présente étude a compris 29.983 patients présentant l'ostéoporose et 29.983 contrôles sans ostéoporose. Après 20 ans de revue, 20,5% de femmes avec l'ostéoporose et 16,4% de contrôles avaient été diagnostiqués avec la démence (p-value<0.001). À la fin de la période complémentaire, la démence a été trouvée dans 22,0% des hommes précédemment diagnostiqués avec l'ostéoporose et 14,9% des hommes sans cet état chronique (p-value<0.001). L'ostéoporose a été associée à une augmentation de 1,2 fois du risque de diagnostic avec la démence chez les femmes et à une augmentation de 1,3 fois du risque de diagnostic avec la démence des hommes.

« L'hypothèse principale pour expliquer l'association entre l'ostéoporose et la démence est que ces deux conditions ont les facteurs de risque assimilés ont noté le co-auteur Louis Jacob, DM, de la clinique d'université de Paris 5, « ces facteurs comprennent l'allèle APOE4 de l'apolipoprotéine E, d'un transporteur important de cholestérol, des niveaux plus bas de vitamine K, de la carence en vitamine D, mais également des androgènes et des oestrogènes. ».

Les limitations principales de l'étude sont des caractéristiques manquantes sur la densité minérale osseuse et sur des facteurs de risque liés au mode de vie (par exemple, fumage, alcool, et activité matérielle). Les forces de ce travail sont le nombre de patients procurables pour l'analyse, la durée de la revue, et l'utilisation des caractéristiques du monde réel concernant des diagnostics dans des pratiques en matière de premier soins où des diagnostics sont continuement documentés, tenant compte de l'évaluation de l'exposition impartiale (aucune polarisation de rappel).