Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les cellules de B d'expositions d'étude pourraient jouer des rôles réciproques dans la pathogénie de la sclérose systémique

Mouvement propre : La sclérose systémique (SSc, également connu sous le nom de sclérodermie), une affection du tissu conjonctif d'étiologie auto-immune, est caractérisée par la fibrose excessive dans la peau et les organes internes variés. Plus de 90% de patients de SSc transportent des autoanticorps des anticorps tels que la topoisomérase I d'anti-ADN, l'anti-centromère, et d'anti-ARN polymérase. De plus, le facteur de commande de cellules de B (BAFF) est présent aux niveaux élevés dans les patients avec SSc et marque avec la gravité de la maladie. Ainsi, des cellules de B sont considérées comme joueres un rôle pathogène dans SSc. Cependant, les cellules de B jouent des rôles critiques dans des aspects multiples d'immunité puisqu'elles mûrissent non seulement dans les cellules productrices d'anticorps mais les cytokines actuelles également d'antigène et de produit. D'ailleurs, pas toutes les cellules de B introduisent la réaction immunitaire ; en effet, des cellules de B de réglementation (Bregs) et les cellules de B effectrices (Beffs) sont connues pour jouer opposer des rôles suppressifs et stimulatoires, respectivement. Les études avec des sujets humains et des modèles de souris des maladies auto-immune ont recensé (IL) interleukin-10-producing Bregs en tant que régulateurs négatifs de la réaction immunitaire, de l'inflammation, et de l'auto-immunité. En revanche, Beffs producteur de cytokine, particulièrement ceux qui produisent l'IL-6, modulent franchement la réaction immunitaire par la production des cytokines variées. Ici, nous avons évalué le rôle d'IL-6-producing Beffs et d'IL-10-producing Bregs dans la pathogénie de la sclérodermie utilisant les souris cytokine-déficientes de cellule-détail de B.

Résultats : Chez les souris avec la sclérodermie bléomycine-induite, taux sériques d'IL-6, mais pas IL-10, accru parallèlement au développement de la fibrose. Le nombre d'IL-6-producing Beffs également accru dans la rate et la peau enflammée des souris avec la sclérodermie avec des souris de contrôle. La fibrose de peau et de poumon a été atténuée chez des souris du cellule-détail IL-6-deficient de B, alors que la fibrose a été aggravée chez des souris du cellule-détail IL-10-deficient de B. La stimulation des splenocytes d'isolement dans les souris naïves avec BAFF a entraîné l'extension de Beffs et a diminué le numéro de Bregs, alors que l'ajout d'un antagoniste de BAFF avait l'effet opposé. En conclusion, la gestion d'un antagoniste de BAFF aux souris avec la sclérodermie a atténué la fibrose de peau et de poumon en modulant le reste de Bregs et de Beffs.

Perspectives de signification et d'avenir : L'étude actuelle indique que les cellules de B jouent des rôles réciproques dans la pathogénie de SSc, montrant des fonctionnements pathogènes et protecteurs. Une certaine réussite thérapeutique dans SSc a été réalisée en visant des cellules de B. L'épuisement de cellules de B avec le rituximab, un anticorps anti-CD20 de cellule-épuisement de carter-b, a montré des bienfaits sur la fibrose de peau et de poumon dans des patients de SSc. Cependant, une étude randomisée contrôlée de la phase III sera requise de confirmer l'efficacité et la sécurité du rituximab pour ces patients. Deux grands essais contrôlés randomisés de rituximab ont été conduits dans les patients avec des lupus érythémateux disséminés (SLE) ; cependant, les deux essais n'ont pas réalisé les points finaux primaires. Nos découvertes actuelles proposent que ces échecs aient pu avoir été dus au double épuisement de Beffs et de Bregs par le rituximab. Ainsi, les résultats de l'épuisement de cellules de carter-b peuvent dépendre du reste entre Beffs et Bregs dans chaque patient. Contrairement au rituximab, l'anti-BAFF belimumab d'anticorps a montré l'efficacité dans des essais de la phase III des patients avec le SLE et a été reconnu par les USA Food and Drug Administration. Nos résultats peuvent expliquer pourquoi l'épuisement partiel de cellules de B avec l'inhibition de BAFF est supérieur à l'épuisement de cellules de carter-b avec de l'anticorps CD20, puisque l'inhibition de BAFF épuise sélecteur Beffs tout en stockant Bregs. En conclusion, les résultats de l'étude actuelle proposent également que l'inhibition de BAFF et le changement stratégique du reste de Bregs et de Beffs pourraient être une stratégie thérapeutique potentielle pour SSc.