L'exploitation de cobalt dans DR Congo prend un péage élevé sur les creuseurs et l'environnement

Dans le passé, la demande du cobalt a été en augmentation dû à ses nombreuses applications. Pour une chose, le métal est une composante essentielle des batteries lithium-ion rechargeables pour des smartphones et des véhicules électriques. Environ 60% de l'offre du cobalt du monde vient de la courroie riche en minéral d'en cuivre de Katanga, en république démocratique du Congo.

Les chercheurs à KU Louvain (Belgique) et l'université de Lubumbashi ont maintenant prouvé que l'exploitation de cobalt prend un péage élevé sur les les deux les creuseurs - les « bêcheurs » qui travail dans les mines, souvent à la main - et sur l'environnement.

La recherche précédente par KU Louvain et l'université de Lubumbashi (2009) avait déjà trouvé des fortes concentrations d'oligo-métaux dans l'urine des gens vivant près des mines. L'étude de cas neuve, publiée dans l'aptitude à soutenir des opérations prolongées de nature, confirme les risques pour la santé de l'exploitation de cobalt.

Poussière de mine dans Kasulo

Les chercheurs ont entrepris une étude de cas dans Kasulo, un voisinage urbain dans Kolwezi, au coeur de l'endroit de extraction congolais. Quand du minerai de cobalt a été découvert au-dessous d'une des maisons là, l'endroit entier est rapidement devenu une mine artisanale. Les maisons sont maintenant entremêlées avec des douzaines de piqûres de mine où les centaines de creuseurs chassent pour le cobalt. La plupart des résidants sont restés dans l'endroit.

Le problème majeur est la poussière - contenant le cobalt et beaucoup d'autres métaux, y compris l'uranium - qui est relâché pendant le procédé d'exploitation et arrange au sol.

Excessif cobalt chez l'urine des enfants

Les chercheurs ont rassemblé le sang et des échantillons d'urine de 72 résidants de Kasulo, y compris 32 enfants. Un groupe témoin avec une composition assimilée a été sélecté dans un district voisin.

Selon professeur Nemery, un docteur-toxicologue au service de santé publique et au premier soins de KU Louvain, les résultats de leur étude sont inquiétant : Les « enfants vivant dans le district d'extraction ont eu dix fois autant cobalt en leur urine que des enfants vivant ailleurs. Leurs valeurs étaient beaucoup plus élevées que ce que nous recevrions pour les ouvriers européens. Cette étude peut être limitée dans l'étendue, mais les résultats sont clair comme de l'eau de roche. Les différences ne peuvent pas être attribuées à la coïncidence. »

Effets adverses sur la santé publique et la société

Les conséquences à long terme de cette exposition accrue au cobalt ne sont pas claires (encore), mais professeur Nemery n'est pas optimiste. Le « cobalt est moins de toxique que d'autres métaux tels que le plomb, le cadmium, ou l'arsenic. Mais nous avons trouvé des plus grandes concentrations de plusieurs autres métaux aussi bien. En outre, nous avons trouvé plus de dégâts d'ADN chez les enfants vivant dans l'endroit de extraction que dans ceux du groupe témoin. Et les résultats préliminaires d'une étude actuelle proposent que les bébés nouveau-nés des mineurs aient un risque accru des anomalies congénitales. »

Selon professeur Nemery, l'exploitation artisanale de cobalt pose d'autres problèmes aussi bien. Les « jeunes hommes recherchant l'argent liquide rapide commencent souvent à travailler dans les mines, parce qu'ils gagnent beaucoup plus comme creuseurs que, par exemple, comme agriculteurs, qui peuvent mener aux pénuries alimentaires. Et après que leur travail laborieux, beaucoup de mineurs dépensent une partie de leur argent en alcool et prostituées, davantage d'ajouter aux problèmes sociaux. »

« Résoudre ces problèmes n'est aucune question facile. Simplement l'interdiction de l'exploitation artisanale dans le transporteur n'est pas une bonne option parce que les mines industrielles partent habituellement beaucoup pour être aussi bien désirées. Ainsi, malheureusement, l'exploitation viable de cobalt dans le transporteur est toujours une utopie. »

Source : https://nieuws.kuleuven.be/en/content/2018/scientists-at-ku-leuven-and-university-of-lubumbashi-reveal-hidden-cost-of-cobalt-mining-in-dr-congo