Le risque de récidive de VTE apparaît assimilé pour des patients présentant le cancer et ceux avec VTE délibéré

Les patients présentant la thromboembolie veineuse (VTE) comportent un haut risque de récidive. En conséquence, une étude de cohorte estimative danoise de 16 ans de presque 74.000 patients présentant l'incident VTE a conclu que le risque de récidive est considérable. En outre, les scientifiques ont constaté que le risque de récidive est assimilé pour des patients présentant le cancer et des patients avec VTE délibéré, enregistre la revue de médecine américaine.

VTE, comportant la thrombose veineuse profonde et l'embolie pulmonaire, est le tiers la plupart de maladie cardio-vasculaire courante après infarctus du myocarde et rappe. Les essais historiques ont rapporté un risque cumulatif de récidive de presque 40 pour cent après 10 ans avec la mortalité élevée associée. VTE récurrent est en grande partie évitable si les patients reçoivent le traitement par anticoagulation étendu de durée, mais l'action protectrice doit être soigneusement pesée contre le risque de purge liée à l'anticoagulant.

« La durée optimale de l'anticoagulation est une préoccupation scientifique et clinique pivotalement et actuelle, » le principal enquêteur expliqué IDA Ehlers Albertsen, DM, du service de cardiologie, du centre hospitalier universitaire d'Aalborg, et de l'élément de recherches de thrombose d'Aalborg, université d'Aalborg, Aalborg, Danemark. « L'émergence des anticoagulants oraux d'antagoniste de la non-vitamine K a changé l'horizontal pour la prévention de la thrombose, et des approches contemporaines de stratification du risque peuvent devoir être réglées selon ces agents efficaces et plus sûrs. »

L'étude a vérifié le risque de récidive après l'incident VTE stratifié selon VTE provoqué (c.-à-d., après la chirurgie ou le traumatisme), délibéré (sans facteurs de risque de provocation réputés), et lié au cancer dans un groupe du danois courant des soins près de 74.000 dans et de patients. Les chercheurs ont joint des Bureaux d'ordre danois au niveau national de santé pour recenser tous les patients présentant l'incident VTE de janvier 2000 à décembre 2015. L'étude a indiqué une incidence cumulative de dix ans de plus de 15 pour cent pour tous les groupes, indiquant un risque de récidive considérable pour tous les patients avec VTE, même dans un réglage clinique contemporain.

À la revue de dix ans, les patients avec VTE délibéré (sans cancer ou tout facteur de provocation) et les malades du cancer ont eu le risque de récidive le plus élevé avec des patients avec VTE provoqué.

« Notre concept de VTE subit un passage important comme nous le considérons de plus en plus comme maladie chronique, » professeur commenté Samuel Zachary Goldhaber, DM de Co-chercheur, de la Division du médicament cardiovasculaire, du Brigham et de l'hôpital des femmes, Faculté de Médecine de Harvard, Boston, les MAMANS, Etats-Unis. « Dans le meilleur des cas, la stratification basée sur des facteurs de risque bien définis devrait chronique recenser les patients ayant besoin de traitement prolongé et, réciproquement, les patients qui peuvent être en toute sécurité managés avec une demande de règlement temps-limitée plus courte. »

« Vu le haut risque de récidive parmi tous les types d'incident VTE, elle vaut de discuter si le courant recommandait la durée du traitement après que VTE selon des recommandations cliniques soit optimal, » M. remarquable Albertsen. « Pour optimiser la durée de l'anticoagulation, nous pouvons devoir repenser la classification arbitraire de provoquer/délibéré quand le risque stratifiant des patients présentant l'incident VTE et l'objectif pour une stratification du risque plus diversifiée. »