Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

La directive actualisée de dépistage du cancer du sein met en valeur l'importance de la prise de décision partagée

Une directive actualisée sur l'examen critique pour le cancer du sein met l'accent sur la prise de décision partagée entre les femmes et leurs médecins, supportant des femmes pour prendre une décision au courant basée sur des préférences personnelles quand le reste entre les avantages et nuit est incertain. La directive, relâchée par le groupe d'intervention canadien sur la santé préventive, est publiée dans CMAJ (tourillon médical canadien d'association).

Basé sur la dernière preuve, y compris 29 études l'évaluation de la place de femmes de valeur sur les avantages anticipés et nuit du dépistage du cancer du sein, la directive contient des recommandations pour des femmes âgées 40 à 74 ans qui ne sont pas au risque accru du cancer du sein.

Les « femmes ont différentes valeurs et préférences quand il s'agit d'équilibrer les avantages et les nuisent du dépistage du cancer du sein, » dit le vice-président de M. Ainsley Moore du groupe d'intervention. « Ceux qui peuvent être préoccupés par nuisent de l'examen critique, y compris l'overdiagnosis et les chirurgies invasives, peuvent choisir de ne pas être interviewés. »

Le dépistage du cancer du sein avec la mammographie peut réduire la mort du cancer du sein, bien qu'il puisse également avoir comme conséquence les faux positifs, le test complémentaire et probablement les chirurgies invasives, ainsi que des complications d'overdiagnosis, d'overtreatment et de potentiel. La preuve actuelle indique un reste proche entre les avantages et le nuit, menant aux recommandations conditionnelles basées sur des préférences patientes.

Recommandations :

  • Le groupe d'intervention recommande contre des femmes d'examen critique âgées 40 à 49 ans. Cette recommandation est fonction de la valeur relative des places d'une femme sur les avantages possibles et nuit de l'examen critique. Si des femmes de cet âge préfèrent être interviewées, elles sont encouragées à discuter des options avec leurs fournisseurs de soins de santé. Les femmes à cette tranche d'âge font face à un plus gros risque de potentiel nuit des faux positifs, de l'overdiagnosis et de l'overtreatment avec d'autres tranches d'âge, et l'avantage absolu est plus petit.
  • Le groupe d'intervention recommande en faveur des femmes d'examen critique âgées 50 à 74 ans avec la mammographie tous les 2 ou 3 ans. Cette recommandation est également conditionnelle comme quelques femmes peuvent choisir de ne pas être interviewées si elles sont préoccupées par l'overdiagnosis et l'associé nuit. Les avantages de l'examen critique sont très de la preuve d'inférieur-certitude indiquant une réduction modeste du risque de décès du cancer du sein.
  • Le groupe d'intervention recommande contre l'examen critique avec l'imagerie par résonance magnétique, le tomosynthesis et l'échographie chez les femmes pas au haut risque basé sur un manque de preuve.

Ces recommandations sont assimilées à ceux de la directive récente de groupe d'intervention de services préventifs des USA ainsi que de la directive 2011 du groupe d'intervention canadien.

« Ces recommandations réfléchissent l'importance croissante de la prise de décision partagée entre les patients et les médecins dans le dépistage médical préventif, particulièrement dans les situations comme ceci où le reste entre les avantages potentiels et nuit est incertain, » dit M. Donna Reynolds, membre du groupe d'intervention. « Tandis qu'examiner est recommandé pour des femmes âgées 50-74, certains peuvent choisir de ne pas être examinés après pesage des avantages et nuisent avec leurs médecins, et, réciproquement, le mineur 50 de quelques femmes peut choisir l'examen critique. »

Le groupe d'intervention est un principal groupe de spécialistes en premier soins et en prévention de l'autre côté du Canada. Il note qu'une preuve plus de haute qualité est nécessaire sur les avantages du dépistage du cancer du sein des femmes à toutes les tranches d'âge.

« Nous espérons que cette directive actualisée aidera les femmes au Canada qui ne sont pas au haut risque du cancer du sein prennent la bonne décision à examiner ou pour ne pas examiner, » dit M. Moore.

Dans un commentaire relatif, M. Deborah Korenstein, centre de lutte contre le cancer commémoratif de Sloan Kettering et faculté de médecine de Weill Cornell, New York, écrit, « les recommandations neuves concernant le dépistage du cancer du sein du groupe d'intervention canadien sur le servir préventif de santé de modèle pour le rôle majeur des directives en introduisant la valeur dans la santé. »

M. Korenstein dit que, avec d'autres directives internationales, la directive du groupe d'intervention « est seule parmi les directives assimilées en notant dans la recommandation principale pour toutes les tranches d'âge qui « la décision pour subir l'examen critique est fonction de la valeur relative à la laquelle une femme met sur les avantages possibles et nuit. « Cet accusé de réception général manifeste de la primauté du worldview patient encourage les médecins canadiens à donner la priorité à des soins et à la valeur patient-centrés. »

Pour la pleine directive et les outils complémentaires de prise de décision de patient et de médecin, visite http://www.canadiantaskforce.ca.

Les « recommandations concernant l'examen critique pour le cancer du sein chez les femmes ont vieilli 40-74 ans qui ne sont pas au risque accru pour le cancer du sein » sont publiés le 10 décembre 2018.