Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les scientifiques européens visent à recenser des causes de démence

La démence est courante à un grand choix de maladies neurodegenerative telles que la maladie (AD) de maladie d'Alzheimer, de Parkinson (PD) et le syndrome de Down (DS). Ce symptôme commun est l'une des causes principales de l'invalidité et de la dépendance parmi des personnes plus âgées. Mondiaux, environ 50 millions de personnes ont la démence, et il y a presque 10 millions de cas neufs chaque année.

Maintenant, un groupe de scientifiques européens visent à recenser des voies physiologiques courantes entre les différentes maladies concernant le neurodegeneration et la démence, dans un coeruleus appelé de lieu de cheminée de région du cerveau. Leur recherche a pu être utile de déterminer des biomarqueurs neufs d'étape progressive de démence et d'explorer des approches thérapeutiques neuves.

Le projet de HÉROS (le carrefour des syndromes de démence) est un de trois ans, projet de €1.3m financé par le programme commun européen - la maladie de Neurodegenerative (JPND). La recherche de JPND est la plus grande initiative globale européenne de recherches visée abordant le défi des maladies neurodegenerative.

Selon M. Mara Dierssen de Coordinateur de projet, chef de groupe au centre pour le règlement génomique (CRG) et collaborateur de recherches à l'institut de recherches de Del Mar d'hôpital (IMIM) à Barcelone, Espagne : « Chacun des trois de ces conditions est de pair assorti à la démence en évolution, que - au niveau clinique - entraîne consécutivement des difficultés avec l'attention, la mémoire, et la vigilance. Ces fonctionnements sont réglés par des neurones (cellules du cerveau) dans une petite structure du tronc cérébral appelé le coeruleus de lieu, une région qui produit environ 90% de la noradrénaline procurable de tout le cerveau. Nous croyons qu'il y a des facteurs courants menant à la première perte de cellules et de leur fonctionnement dans le coeruleus de lieu, impliquant que l'origine pour ces conditions dévastatrices peut être assimilée ».

Les chercheurs prendront plusieurs circuits pour se démêler les mécanismes derrière la dégradation de cellules dans le coeruleus de lieu. « Nous allons regarder ce qui s'est produit réellement dans les cerveaux des gens avec ces maladies, y compris l'examen minutieux du tissu cérébral post mortem, de l'origine et des modèles animaux humains de la maladie d'Alzheimer, de la maladie de Parkinson et du syndrome de Down. Nous effectuerons également des comparaisons directes dans la façon dont le cerveau communique dans les gens avec et sans la démence » Dierssen ajoute.

Ce projet effectuera une inspection intensive du système noradrénergique dans ces patients ; c'est un système de chimie de cerveau basé sur la noradrénaline de neurotransmetteur, qui règle l'attention, la mémoire, et l'éveil. Les neurones noradrénergiques demeurent sur le coeruleus de lieu et leur activité affecte d'autres endroits de cerveau.

De plus, les chercheurs prêteront l'attention particulière à l'information contenue dans le chromosome 21. Le syndrome de Down est provoqué par une copie supplémentaire du chromosome 21 et on le sait que presque tous les patients de syndrome de Down développent la démence au-dessus de l'âge de 40, qui propose qu'il y ait des gènes sur ce chromosome qui pourrait être impliqué dans la démence.

Dierssen conclut : « Si nous pouvons recenser les mécanismes courants du début de démence, ceci peut mener au développement des objectifs thérapeutiques qui pourraient ralentir ou même éviter le début de la démence dans ces maladies mentionnées ci-dessus ».

Les associés de projet de HÉROS sont :

  • Professeur Mara Dierssen (DM, PhD) dirige le groupe cellulaire et de systèmes de neurobiologie du programme de biologie de systèmes au centre pour le collaborateur génomique du règlement (CRG) et des recherches à l'institut de recherches de Del Mar d'hôpital (IMIM) à Barcelone.
  • Marie-Claude Potier (PhD) est directeur de recherche aux codirigeants du CNRS de l'équipe les « maladies de maladie d'Alzheimer et de prions » au missile aux performances améliorées (http://www.icm-institute.org), dans l'hôpital de Salpêtrière à Paris,
  • Professeur André Strydom est un psychiatre de conseiller dans les invalidités intellectuelles et le chercheur en chef du consortium de syndrome de Down de Londres.
  • Peter Paul De Deyn, DM, PhD, MMPR est directeur du centre de recherche Groningue, (ARCG) centre médical Groningue (Pays-Bas) d'Alzheimer d'université
  • Yann Herault (PhD) dirige la physiopathologie des aneuploidies et les invalidités intellectuelles dans le service de translation de médicament et de Neurogenetics, l'Institut de Génétique Biologie Moléculaire et le Cellulaire (IGBMC).