L'iridium fixé à l'albumine peut attaquer des cellules cancéreuses une fois soufflé avec la lumière

Un composé neuf basé sur l'iridium, un métal rare qui a mis à terre dans le Golfe du Mexique 66 M il y a des années, accroché sur l'albumine, une protéine dans le sang, peut attaquer le noyau des cellules cancéreuses une fois branché par la lumière, université de Warwick que les chercheurs ont trouvé.

La demande de règlement du cancer utilisant la lumière, traitement appelé de Photodynamic, est basée sur les photosensibilisateurs appelés de composés chimiques, qui peuvent être branchés par la lumière pour produire la substance de oxydation, capables détruire des cellules cancéreuses. Les cliniciens peuvent activer ces composés sélecteur où la tumeur (utilisant des fibres optiques) détruit de ce fait des cellules cancéreuses et laisse des cellules saines intactes.

Grâce à la couche chimique spéciale qu'ils ont employée, Warwick le groupe pouvait connecter l'iridium à l'albumine de protéine du sang, qui alors a rougeoyé très brillamment ainsi elles pourraient suivre sa canalisation dans des cellules cancéreuses, où elle a converti le propre oxygène des cellules en forme mortelle qui les a détruites.

Est non seulement la molécule récemment formée un excellent photosensibilisateur, mais l'albumine peut le livrer dans le noyau à l'intérieur des cellules cancéreuses. Le composé en sommeil peut alors être branché par irradiation légère et détruire les cellules cancéreuses de leur centre même.

La luminescence lumineuse du photosensibilisateur d'iridium a permis son accumulation au noyau des cellules tumorales et son activation menant à la mort de cellule cancéreuse pour être suivi en temps réel utilisant un microscope.

Professeur Peter Sadler, du département de chimie à l'université de Warwick commente :

« Il est étonnant que cette grande protéine puisse pénétrer dans des cellules cancéreuses et livrer l'iridium qui peut les détruire sélecteur sur l'activation avec la lumière visible. Si cette technologie peut être traduite en clinique, elle pourrait être efficace contre les cancers résistants et réduire les effets secondaires de la chimiothérapie »

M. Cinzia Imberti, de l'université de Warwick commente :

« Elle est fascinante comment l'albumine peut livrer notre photosensibilisateur tellement particulièrement au noyau. Nous sommes très à un stade précoce, mais nous sommes dans l'attente pour voir où le développement préclinique de ce composé neuf peut aboutir. »

« Notre équipe est non seulement extrêmement multidisciplinaire, y compris les biologistes, pharmaciens et pharmacienne, mais également hautement international, y compris de jeunes chercheurs de Chine, d'Inde et d'Italie supportées par la société royale Newton et monsieur Henry Wellcome Fellowships. »

Source : https://warwick.ac.uk/