Les chercheurs développent la réalité augmentée neuve APP pour évaluer la mémoire spatiale

Les chercheurs de l'université polytechnique de Valence (UPV) et de l'université de Saragosse ont développé une réalité augmentée APP pour évaluer la mémoire spatiale. Parmi ses utilisations, elle pourrait ser pour des gens avec la maladie d'Alzheimer, d'un outil pour l'analyse et la formation des qualifications liées à ladite mémoire - tant que le patient n'est pas dans un stade avancé de la maladie. Elle pourrait également être d'un secours grand pendant l'enfance, pour l'identification précoce des troubles liés à la mémoire spatiale. Le travail des chercheurs d'UPV et d'Unizar a Ben publié dans l'accès d'IEEE de tourillon.

« La mémoire spatiale à court terme est les gens de capacité doivent maintenir et rappeler l'emplacement des éléments pendant relativement des courtes périodes, et elle est celle qui entre dans le jeu en rappelant où nous avons laissé les clavettes, un tournevis ou quelques glaces, par exemple, » explique Mª Carmen Juan, chercheur de l'institut ai2 de l'UPV.

Le dispositif sur lequel l'application est montée identifie les environs où il est employé et l'emplacement où les organes ont été laissés. En outre, il peut être pris à la maison du patient et personnalisé avec tous organes, « qui représente un avantage grand, pendant qu'elle adapte au rythme de chaque usager de la durée », charge Fran Muñóz, le chercheur ai2 semblable.

Dans le cas d'employer le APP pour former, elle pourrait aider des médecins à évaluer la mémoire spatiale en recherchant les organes courants des vies quotidiennes de ces patients, telles que des chaussures ou un chapeau.

Magdalena Méndez López et Camino Fidalgo, chercheurs du département de psychologie et de la sociologie de l'université de Saragosse, point culminant que le APP améliorera les techniques qui sont actuel employées pour la formation de mémoire « parce qu'elle permet pour effectuer rappeler des exercices sur où des organes sont laissés dans la maison du patient, en d'autres termes, dans le contexte réel où les mêmes difficultés apparaissent. En outre, avec de petites modifications, la complexité de l'exercice peut être augmentée pour l'effectuer plus motivant. »

La première phase a été déjà finie, l'application étant vérifiée sur 55 personnes. Pendant cette année, encore deux études pilotes auront lieu avec des patients souffrant de Parkinson et de maladie d'Alzheimer.

« Les phases suivantes essayeront de prendre une mesure davantage avec les possibilités offertes par des applications développées jusqu'ici et concerner d'autres sens, tels que l'audition ou le contact, d'évaluer la mémoire spatiale, » conclut Mª Carmen Juan.

Le développement de ce APP est dans le cadre du projet d'AR3Senses, financé par MINECO et cofinancé avec des fonds de FEDER.

Source : http://ruvid.org/ri-world/new-app-helps-assess-spatial-memory/