L'exposition foetale à la nicotine a joint avec des SIDS et des arythmies du coeur dans les nouveaux-nés

L'exposition foetale à la fumée de tabac in utero est associée au syndrome de mort subite du nourrisson (SIDS) et aux arythmies du coeur dans les nouveaux-nés. Dans une étude nouvelle chez les lapins, les chercheurs fournissent la première preuve liant l'exposition foetale à la nicotine à l'altération à long terme du courant cardiaque de sodium. Ces modifications peuvent nuire l'adaptation du courant cardiaque de sodium au son bienveillant et empêcher se réveiller de l'apnée du sommeil, menant aux arythmies qui pourraient potentiellement être impliquées dans les SIDS. Elles enregistrent leurs découvertes dans HeartRhythm, le Journal officiel de la société de rythme cardiaque et de la société cardiaque d'électrophysiologie, publié par Elsevier.

Les SIDS, ou la mort de couchette, sont la principale cause du décès par la première année de la durée. In utero l'exposition à la fumée de tabac demeure le facteur de risque le plus élevé dans 85 pour cent de cas. Il semble pour cette raison logique de prescrire des traitements de remontage de nicotine (NRTs) aux femmes enceintes qui souhaitent arrêter de fumer. La fumée de tabac contient plus de 3.000 composés toxiques recensés jusqu'ici, mais hors tout le de toxique les composés ont trouvé dans la fumée, seulement la nicotine est associée aux arythmies du coeur dans les nouveaux-nés.

Les « cliniciens prescrivent souvent NRTs aux femmes enceintes qui souhaitent arrêter de fumer afin de réduire le nombre de morts de couchette, » les sciences expliquées de principal enquêteur Robert Dumaine, de PhD, de service de pharmacologie et de physiologie, de faculté de médecine et de santé, université de Sherbrooke, Sherbrooke, contrôle de la qualité, Canada. « Cependant, nos caractéristiques prouvent que seule la nicotine est suffisante pour modifier les courants électriques dans le coeur et pour produire des arythmies menant à la mort de couchette. »

Dans l'utérus, le foetus ne peut pas respirer seule et son coeur réagit à une réduction en oxygène en ralentissant le régime battant et son métabolisme à l'énergie de conserve. Cette adaptation foetale est connue en tant que « réflexe de plongeur. » D'autre part, quand un mineur suffoque pendant le sommeil, les sens de cerveau la réduction de l'oxygène du sang et déclencheront la sécrétion de l'adrénaline (adrénaline) pour accélérer le rythme cardiaque. Une fois que le rythme cardiaque accélère, en partie dû à l'excitabilité accrue (courant de sodium) au coeur, le bébé se réveille. Ce « réflexe de ressuscitation » semble être absent dans les bébés avec des SIDS. Au lieu de cela, ces mineurs manifestent un ralentissement de la fréquence cardiaque en manquant de l'oxygène, comme si leur développement cardiaque postnatal avait été retardé et toujours dans une condition foetale.

« L'importance de cette étude est que, pour la première fois, nous fournissons la preuve directe qu'in utero l'exposition à la nicotine exerce des effets postnatals sur le développement du coeur et de sa réaction à l'adrénaline et peut constituer une base pour expliquer pourquoi quelques bébés ne se réveillent pas pendant l'apnée du sommeil, » M. commenté Dumaine. « Par conséquent, il pourrait être intéressant de revisiter la pratique clinique de prescrire la correction de nicotine et tout autre NRTs aux femmes enceintes. »

Les chercheurs ont mesuré l'effet de la nicotine sur la réaction du courant cardiaque de sodium (INa) à la stimulation adrénergique dans les cardiomyocytes d'isolement chez les lapins. Ils ont conjugué les lapins femelles du Nouvelle-Zélande et après 14 jours de gestation, implantés leur en sous-cutanée à deux pompes osmotiques, chaque 2 ml contenant de solution de nicotine. Le groupe témoin a été exposé à la solution saline au lieu de la nicotine. La concentration sérique de cotinine (métabolite de nicotine) a été mesurée tous les deux jours.

Les résultats ont montré cet isoprotérénol, un analogue d'adrénaline (adrénaline) et un agoniste bêta-adrénergique efficace, INa accru par 50 pour cent dans les lapins nouveau-nés au groupe témoin mais n'ont eu aucun effet dans les lapins nouveau-nés qui ont été exposés à la nicotine in utero. Exposition des foetus de lapin à la nicotine tandis que toujours dans l'utérus réduit la réaction de leur coeur à l'adrénaline après la naissance. Plus particulièrement, ils ont observé que le courant électrique cardiaque transporté par le sodium et responsable de l'excitabilité dans le coeur n'a pas répondu à l'adrénaline. Par conséquent, la nicotine nuira l'accélération de la fréquence cardiaque quand l'adrénaline est relâchée au début de l'apnée du sommeil, qui est un mécanisme potentiel menant aux SIDS.

Source : https://www.elsevier.com/