Les chercheurs entreprennent la plus grande étude du cancer d'enfance après conception par IVF

Pendant les dernières trois décennies, la fécondation in vitro (IVF) est allée d'une méthode expérimentale à être plus courante. Les grossesses activées par IVF ont fréquemment plus de difficultés, avec plus tôt et plus petit portés par enfants même parmi des naissances de singleton.

L'université des chercheurs de Minnesota a entrepris jusqu'à présent la plus grande étude du cancer d'enfance après conception par IVF. Cette étude de cohorte basée sur la population a eu presque 2,5 fois où le nombre d'enfants a conçues par IVF qu'étudie antérieurement du sujet en Scandinavie et au Royaume-Uni. Les résultats étaient récent publiés dans la pédiatrie de JAMA.

Les chercheurs ont joint la première fois des dossiers des nouveau-nés rapportés à la société pour le système de compte rendu reproducteur aidé de résultats de clinique de technologie entre 2004 et 2013 à la naissance et aux registres du cancer de 14 conditions, comportant 66 pour cent des naissances aux Etats-Unis et 75 pour cent des naissances IVF-conçues. Ces dossiers ont été alors liés aux registres du cancer des mêmes conditions pour trouver des cancers diagnostiqués entre 2013 et 2015. Les chercheurs alors ont fait au hasard sélecté 10 enfants conçus naturellement pour chaque enfant conçu par IVF. L'ensemble de données final s'est composé de 275.686 enfants d'IVF et de 2.266.847 enfants naturellement conçus.

L'étude trouvée :

  • - le taux de cancer général (selon 1.000.000 enfants) d'enfants d'IVF était environ 17 pour cent plus de haut que pour des enfants de non-IVF ;

    - le régime des tumeurs hépatiques était plus de 2,5 fois plus haut parmi des enfants d'IVF que des enfants de non-IVF ;

    - les régimes d'autres cancers spécifiques n'ont pas différé entre les deux groupes ;

    - il n'y avait aucune association de cancer d'enfance avec des techniques spécifiques de demande de règlement d'IVF.

« Le traiteur le plus important de notre recherche est que la plupart des cancers d'enfance ne sont pas plus fréquents chez les enfants conçus par IVF, » a dit Logan Spector, un professeur dans la Faculté de Médecine et le membre maçonnique de centre de lutte contre le cancer. « Il peut y a un risque accru d'un type des cancers chez les enfants ; cependant, en raison de la nature de notre étude, nous ne pourrions pas distinguer IVF lui-même contre l'infertilité étant à la base des parents. De façon générale, ces résultats rassurent aux parents qui ont eu des enfants par IVF. »

Source : https://twin-cities.umn.edu/news-events/research-brief-largest-study-childhood-cancer-after-ivf