L'étude indique la stratégie immunisée d'évasion développée par des cytomégalovirus

Le cytomégalovirus de nycipithèque produit une molécule A43 de leurre pour éluder le dépistage et la destruction par des cellules immunitaires dans leurs hôtes, selon étude le 4 avril publié dans les agents pathogènes du tourillon PLOS d'ouvert-accès par Ana Angulo de l'université de Barcelone, et des collègues. Comme la note d'auteurs, les découvertes fournissent un exemple nouvel d'une stratégie immunisée d'évasion développée par des virus.

Une tactique immunisée virale ingénieuse d'évasion employée par la protéine A43 de CMV. Crédit : Maria Angulo

Dans toute l'évolution, les cytomégalovirus (CMV) avaient capté des gènes de leurs hôtes, utilisant les protéines dérivées pour amortir des réactions immunitaires et pour persister avec succès dans leurs hôtes. Certains CMV codent des homologues de CD48, une molécule trouvée sur la surface de la plupart des leucocytes du fuselage. CD48 grippe au récepteur 2B4 sur certaines cellules immunitaires telles que les cellules tueuses naturelles, qui jouent un rôle pivot dans la reconnaissance et le contrôle rapides des viraux infection. Mais les propriétés et la pertinence biologique des homologues CD48 viraux n'ont pas été explorées. Dans l'étude neuve, Angulo et collègues ont vérifié pour la première fois le potentiel immunomodulateur d'une de ces molécules virales : A43, un homologue CD48 codé par le nycipithèque CMV.

L'exposition de chercheurs qu'A43 grippe fortement à 2B4 et est capable de bloquer son interaction avec CD48. D'ailleurs, les découvertes indiquent comment cette protéine virale nuit le fonctionnement des cellules tueuses naturelles humaines. Pris ensemble, le soulignage de ces résultats non seulement l'importance des réactions immunitaires 2B4-mediated dans des infections à CMV de réglage, mais dévoilent également CD48 en tant que viral neuf contrecarrent le mécanisme pour renverser le contrôle immunisé. Les auteurs proposent qu'A43 puisse servir de récepteur du leurre CD48 en grippant et en masquant 2B4, entravant de ce fait le contrôle immunisé efficace par les lymphocytes cytotoxiques pendant les viraux infection. Selon les auteurs, la recherche met en valeur le potentiel d'employer la molécule inhibitrice A43 pour développer les outils thérapeutiques nouveaux pour manipuler des réactions immunitaires anormales, comme ceux joints aux maladies auto-immune.