Les scientifiques conçoivent des cellules immunitaires combattant le cancer de sang pour la première fois

Quand le cancer échappe au système immunitaire, nos défenses sont rendues impuissantes et ne peuvent pas lutter contre la maladie. Les cellules de T chimériques de récepteur d'antigène (cellules de T de VÉHICULE) représentent une stratégie prometteuse d'immunothérapie, développée dans le but d'aborder des tumeurs de front. Mais le cas de la rechute dans quelques patients demeure un défi. Les scientifiques chez l'Institut Pasteur ont recensé le fonctionnement précis des cellules de T de VÉHICULE afin d'optimiser de futurs traitements.

Une des stratégies employées pour combattre le cancer est basée sur la modification des lymphocytes de T du patient (également connus sous le nom de cellules tueuses naturelles) pour les inciter à identifier la molécule-cible CD19 exprimée par la tumeur, de sorte qu'elles puissent l'éliminer. Les tests cliniques ont prouvé à être remarquablement efficace, menant à l'utilisation de cette technique dans les adultes et les enfants de traiter le cancer de sang (des lymphomes et leucémie de lymphocyte B). Mais quelques patients souffrent des rechutes. Pour améliorer des traitements à l'avenir, les scientifiques de l'Institut Pasteur se sont mis à élucider le fonctionnement précis des cellules de T de VÉHICULE.

Les fonctionnements internes de l'immunité

Cazaux et Capucine marins Grandjean, avec leurs collègues en dynamique d'élément de réactions immunitaires (Institut Pasteur/Inserm) aboutie par Philippe Bousso, en collaboration avec des scientifiques à partir des universités de Manchester (R-U) et de Leyde (Pays-Bas), ont conçu des cellules de T de VÉHICULE luttant une tumeur pendant la toute première fois. Utilisant de haute définition une technique d'imagerie nouvelle in vivo, ils ont observé la moelle osseuse des souris avec le lymphome. Ceci a permis à eux de vérifier le comportement général des cellules de T de VÉHICULE et de concevoir en temps réel les interactions entre les cellules de T de VÉHICULE et la tumeur, ainsi qu'à la mort de tumeur (imagée utilisant une technique ingénieuse qui change la couleur des cellules cancéreuses après qu'ils meurent). Même si quelques cellules de T de VÉHICULE sont plus en activité que d'autres, elles ont expliqué que généralement une cellule T de VÉHICULE est capable de détruire directement une cellule tumorale dans un délai d'approximativement 25 mn d'identifier son objectif.

La fonction clé des cellules de T de VÉHICULE dans le combat contre le cancer

« Les simulations mathématiques basées sur nos données expérimentales confirment que l'efficacité des cellules de T de VÉHICULE est principalement basée sur leur capacité d'engager et détruire directement la cellule cancéreuse plutôt que recrutant d'autres cellules immunitaires au site tumoral, » explique Philippe Bousso. Ces simulations ont également expliqué que le nombre de cellules de T de VÉHICULE qui peuvent infiltrer la moelle osseuse joue un rôle important dans l'efficacité de demande de règlement.

Un obstacle significatif pour cette infiltration est que les cellules de T de VÉHICULE dans la circulation sanguine rencontrent les cellules tumorales et les lymphocytes de B qui expriment également l'objectif CD19. L'équipe a observé que les cellules de T de VÉHICULE forment les ensembles cellulaires qui deviennent enfermés dans la circulation pulmonaire, évitant leur transfert au site tumoral. La réduction du nombre de cellules exprimant CD19 avant l'injection des cellules de T de VÉHICULE a amélioré de manière significative la survie générale des souris.

La recherche a également indiqué des différences dans le niveau d'activité selon la région anatomique. L'activité du VÉHICULE T était plus intense dans la moelle osseuse qu'à d'autres sites tumoraux (par exemple les ganglions lymphatiques), lui permettant d'exercer la pression sélectrice sur des cellules tumorales et ayant pour résultat l'émergence des cellules n'exprimant plus CD19.

« En recensant les forces et les faiblesses des cellules de T de VÉHICULE dans l'action, cette recherche ouvrent les horizons neufs pour exploiter et optimisant l'activité des cellules de T de VÉHICULE dans les patients, » conclut Philippe Bousso.