Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Des composés bioactifs en extrait de graine de cacao ont pu être employés pour développer la demande de règlement neuve pour les maladies squelettiques

Une équipe de recherche internationale, aboutie par l'université de Grenade (UGR) en Espagne, a avec succès isolé un composé bioactif actuel en extrait de graine de cacao qui a efficace prouvé en combattant les maladies squelettiques telles que l'achondroplasie. Cette dysplasie génétique d'os - la cause primaire du nanisme - est une maladie rare qui affecte 1 dans 25.000 nouveaux-nés. Jusqu'à présent, aucun traitement efficace n'a été développé.

Les chercheurs d'UGR notent que les composés (principalement phénoliques) contenus dans le fruit de l'arbre de cacao (cacao de Theobroma) offrent des effets salutaires d'une gamme. Ces dernières années, les nombreuses études ont s'efforcent pour cette raison d'étudier leur composition et bioactivité par rapport à différentes pathologies.

En collaboration avec d'autres organismes de recherche basés à Paris, en Tunisie, et à Almeria, les scientifiques d'UGR se sont concentrés sur épurer les composés phénoliques trouvés en extrait de graine de cacao et vérifier leur toxicité au niveau cellulaire. L'objectif est de pouvoir les employer pour développer des médicaments, des nutraceuticals et/ou des nourritures fonctionnelles.

L'auteur principal d'un papier récent-publié sur cette étude, María de la Luz Cádiz Gurrea, du service de l'UGR de la chimie analytique et du centre de technologie pour la recherche et développement fonctionnelle de nourriture (CIDAF), explique : « Pour obtenir différentes fractions des composés de plus grand ou peu de pureté, nous avons employé différentes techniques, y compris l'extraction en phase solide, la séparation par l'intermédiaire des membranes micro, ultra-, et de nano-filtration, de la chromatographie liquide semi-préparatoire, et des combinaisons de certaines de ces derniers. » De plus, tous les échantillons obtenus se sont analysés par l'intermédiaire de la chromatographie liquide haute performance combinée avec l'analyse de spectrométrie de masse de temps-de-vol.

Un bienfait

D'une façon générale, les découvertes ont prouvé que les fractions donnantes droit n'ont présenté aucune toxicité, excepté des fortes concentrations des fractions les plus pures. Ceci a pu être dû au potentiel bioactif principal des différents composés. Ces résultats indiquent que les composés bioactifs trouvés en extrait de graine de cacao pourraient avoir un bienfait aux concentrations inférieures, et ils peuvent être facilement comportés à différents produits.

Plus particulièrement, de tels composés ont pu être employés pour des buts pharmaceutiques, agissant directement sur le squelette parmi des souffrants d'achondroplasie. Une formulation si pharmaceutique a pu être prise d'un jeune âge, sans des effets secondaires courts ou à long terme.

Ce projet a fourni le travail préparatoire pour l'application de ces composés aux pathologies squelettiques rares.

Des résultats préliminaires ont été compris dans le projet de recherche plus large « développement des médicaments neufs de chondrodysplasia des extraits de cacao de Theobroma, avec la bioactivité in vitro démontrable » (connue sous le nom de THEOFARMABONE). Ceci a été officiellement sélecté le 10 octobre 2018 dans l'appel compétitif public publié par le bureau du secrétaire d'état pour des universités, recherche et technologie, pour le financement des projets de R&D et d'innovation. L'appel était ouvert d'universités et d'entités publiques de recherches classifiées comme agents du système andalou de la connaissance, sous les auspices du régime andalou pour la recherche, le développement et l'innovation (PAIDI 2020).

Ce projet rassemble des organismes de recherche de l'UGR (AGR274 : Ingrédients bioactifs), spécialistes en obtenant et en analysant les composés bioactifs) ; l'université de Complutense de Madrid (spécialistes dans la distribution os-visée de médicament) ; et l'ImagineInstitute, Paris (spécialistes dans les maladies squelettiques rares). Ces groupes sont dirigés par Antonio Segura Carretero, María Vallet Regí, et Legeai-Maillet de Laurence, respectivement.