Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Venez bientôt : Dispositif à la maison neuf de test sanguin pour des gens avec des maladies continuelles

Laboratory d'Université de Montréal's des biocapteurs et Nanomachines, en partenariat avec la diagnose de Nanogenecs de compagnie de Montréal, a été juste attribué 700 une concession à innovation de 000$ NSERC « idée » de développer un dispositif à la maison de test sanguin pour des gens avec des maladies continuelles.

Le laboratoire est dirigé par Alexis Vallée-Bélisle, qui retient également une présidence de recherches du Canada en bio-ingénierie et Bio-nanotechnologie.

Son premier objectif est d'obtenir le biocapteur pour trouver trois biomarqueurs - urée, potassium et créatinine - dans une goutte de sang. Les gens avec la maladie rénale et la cardiopathie doivent type maintenir un oeil sur ces bornes.

Actuel, le test sanguin est un procédé multipas qui exige habituellement des patients d'avoir le sang entraîné dans une clinique ou un laboratoire.

Après que des prises de sang soient rassemblées en hôpital ou clinique, elles obtiennent envoyées à un laboratoire central d'analyse, qui est hors circuit-site type localisé, puis les résultats sont expédiés au docteur et finalement partagés avec le patient. Notre technologie vise à changer cela, de sorte que les patients et les médecins puissent obtenir des résultats immédiats en tant qu'élément de la surveillance quotidienne. Ceci leur permettra de prendre une mesure rapide si quelque chose est hors de gamme. »

Vallée-Bélisle

Univalor, associé du développement commercial d'UdeM, a sorti un brevet l'année dernière pour protéger la technologie développée par Vallée-Bélisle et son équipe.

« Notre prototype peut déjà trouver des niveaux d'urée sanguine - maintenant nous travaillons aux électrodes pour mesurer le potassium et créatinine, » a dit Vallée-Bélisle. « Éventuellement, le dispositif permettra à des gens avec des maladies continuelles de surveiller leur état quotidien et d'envoyer des résultats électroniquement à leurs médecins. Les professionnels de la santé pourront répondre à rapidement et efficacement aux changements de l'état de leurs patients. »

En plus de la concession de NSERC, le projet également a reçu l'année dernière $240.000 dans le financement du ministère du Québec de l'économie et de l'innovation.

Élimination du temps de déplacement d'améliorer les durées des patients

« Nous croyons que, comme des diabétiques avec des mètres de glucose sanguin, les patients présentant d'autres maladies continuelles bénéficieraient grand du test sanguin à la maison, particulièrement au cours des périodes quand leur état est instable, » avons dit Vallée-Bélisle. « Cette forme plus préventive et plus personnalisée des soins a pu clairement améliorer leur qualité de vie. »

Mais la technologie est toujours plusieurs opérations à partir d'être prête à employer. Notamment, le prototype de biocapteur doit passer par une série de tests pour s'assurer qu'il peut exactement trouver chacune des trois bornes. L'urée sanguine du dispositif détectant des capacités maintenant sont vérifiées dans un réglage d'hôpital sous le sens de M. Vincent De Guire, un biochimiste clinique chez Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Une fois que ce contrôle est complet, les créateurs et les techniciens travailleront à développer un petit prix, l'appareil mobile qui est facile à utiliser, tout comme les mètres de glucose sanguin employés par des diabétiques.

Un signe clair cette technologie a beaucoup de potentiel : la diagnose multinationale de Roche tracé récent une convention de parrainage avec Nanogenecs de guider le sens stratégique pour commercialiser la technologie.

Avant qu'elle soit prête pour le marché, Vallée-Bélisle espère ce Nanogenecs - une compagnie qu'il a fondée avec quatre associés et cela se desserre également par des investisseurs à Toronto, à Boston et à Philadelphie - aura trouvé que les investisseurs au Québec ont intéressé en finançant la phase de la vente de l'invention.