Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

La compagnie de démarrage de Fribourg assure le ` publiquement commercé CELLINK ab de compagnie'

L'idée de développer un instrument de laboratoire que des traitements et les tris individuels, les cellules viables a été réalisé par des chercheurs dans le laboratoire pour des applications de MEMS dans le service des microsystèmes concevant (IMTEK) à l'université de Fribourg. En même temps que M. supérieur scolaire Peter Koltay d'économiste Benjamin Steimle et de conseiller d'IMTEK, l'ancien M. Jonas Schöndube des étudiants au doctorat du service et M. André Groß a fondé la compagnie « cytena Gmbh » en 2014. Ils ont produit un dispositif de laboratoire qui isole, trie et dispense différentes cellules humaines ou bactéries - assimilées à une imprimante à jet d'encre. La société de biotechnologie publiquement commercée « CELLINK ab » de Suédois a maintenant assuré la compagnie de démarrage de Fribourg pour 30,25 millions d'euros.

La technique de base retourne aux connaissances de base qui ont été développées au laboratoire des applications de MEMS dirigées par le prof. M. - Ing. Roland Zengerle en coopération avec les instituts de Hahn-Schickard entre 2000 et 2010, qui ont été encore développés dans plusieurs projets de recherche à partir de 2010 à 2014 jusqu'à l'étape de prototype. Le développement a été supporté par plusieurs concessions du ministère de l'éducation fédéral et recherche, l'Union européenne et, en particulier, le programme de transfert de recherches d'EXISTER et le support du bureau de transfert de technologie à l'université de Fribourg.

Supporté par un procédé robotisé de représentation, le Printer™ unicellulaire encapsule des cellules dans les microdroplets avec un simple diamètre de 1/10 mm et les transmet sur n'importe quelle plate-forme donnée d'inspection. Le procédé breveté est employé en particulier dans la recherche et la production de médicament. Les cellules entrent dans le jeu quand des agents actifs modernes, soi-disant biologicals, sont développés et les lignées cellulaires sont manufacturées. En outre, les scientifiques ont besoin de elles afin de réaliser l'analyse génétique sur différentes cellules pour la recherche de cancer et de cellule souche. Avec le dispositif de « cytena », les scientifiques peuvent isoler des cellules pour le développement des lignées cellulaires et établir des microtissues plus rapidement et plus reproductible. La compagnie suédoise « CELLINK ab » vend le matériel et les technologies pour estamper et surveiller des modèles de tissu humain et de culture cellulaire 3D.

La compagnie de démarrage « cytena » n'est pas le premier sous-produit de la recherche appliquée de Zengerle. En plus du « cytena, » son laboratoire a également provoqué les compagnies BioFluidix, SpinDiag, Actome et le für basé sur Fribourg Mikroanalysesysteme de Hahn-Schickard-Institut, qui a jusqu'ici fourni plus de 150 fonctions dans le secteur de technologie de Fribourg. Une autre mise en train, Dermagnostix, est actuel à l'étude.

Prof. M. - Ing. Roland Zengerle, laboratoire des applications de MEMS

Des trois voies les plus importantes de transférer nos résultats de la recherche dans des applications réelles, les sous-produits sont les plus essentiels. « 

Les deux autres circuits sont les publications scientifiques et dirigent la coopération avec des entreprises.

Zengerle, continue, « cependant, les découvertes des publications peut être repris n'importe où dans le monde. L'argent des contribuables qui a été employé pour la recherche ici à Fribourg puis passe seulement peu abondamment de nouveau dans la condition ou le gouvernement fédéral, par exemple par des comptabilités de plaque d'immatriculation. Le même également s'applique si nous coopérons avec des compagnies à d'autres pays européens, les Etats-Unis ou la Chine et les supporte dans le développement des produits novateurs. En revanche, il va cercle plein quand nous installons des compagnies au même emplacement où la recherche est effectuée. De cette façon, le savoir-faire et les fonctions de pointe demeure dans le pays et l'argent d'impôts utilisé pour la recherche retourne très efficacement et peut piloter la nouvelle trouvaille vers l'avant. »