Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Le test neuf peut améliorer la capacité de diagnostiquer les formes les plus risquées de l'infection HPV

Quatre-vingt-dix-neuf pour cent de cancers cervicaux sont provoqués par le papillomavirus humain (HPV). Plus de 200 HPV, certains dont sont associés aux divers niveaux du risque de cancer, compliquent le diagnostic et la demande de règlement. Un état dans le tourillon de la diagnose moléculaire, publié par Elsevier, décrit un neuf « deux-pour-un » l'approche diagnostique qui trouve non seulement le type d'infection HPV, mais indique également les bornes précancéreuses. Ce test peut améliorer la capacité de diagnostiquer les formes les plus risquées de l'infection HPV, de fournir des résultats rapides à bas pris, et d'aider à éviter des diagnostics inutiles.

Nous avons développé le HPV ARN-Seq, une routine de diagnostic moléculaire in vitro nouvelle pour le dépistage de l'infection HPV à haut risque et l'identification des patients avec les lésions intraépithéliales squamous à haute teneur (HSIL), qui est une étape précancéreuse du cervix. Le HPV ARN-Seq est un seul test qui combine les avantages des analyses moléculaires (HPV tapant) et de la cytologie cervicale (la cellule phenotyping). »

Principal enquêteur Marc Eloit, DVM, PhD, laboratoire de découverte d'agent pathogène, biologie d'élément d'infection, Institut Pasteur, Paris, et école vétérinaire nationale d'Alfort, Paris-Est université, Maisons-Alfort, France

L'examen critique de cancer cervical permet le dépistage et la demande de règlement des lésions précancéreuses avant que le cancer se développe. Actuel, examiner se concentre sur le contrôle pour le HPV ou recenser les cellules cervicales anormales avec la cytologie. Cependant, les tests diagnostique moléculaires qui trouvent l'ADN ou l'ARN des virus sont mauvais à recenser le cancer ou les lésions précancéreuses. L'analyse des cellules cervicales avec le test de PAP, même lorsque combiné avec le dépistage moléculaire du haut risque HPV, a comme conséquence un nombre important de colposcopies inutiles, un test invasif par lequel le médecin examine les lésions cervicales.

Dans cette étude d'épreuve-de-concept, le HPV ARN-Seq a été employé pour analyser des échantillons provenant de 55 patients, 28 avec les lésions intraépithéliales squamous de qualité inférieure (LSIL) et 27 patients avec HSIL précancéreux.

Le HPV ARN-Seq pouvait trouver et déterminer le type d'infection HPV parmi une Commission de 16 HPV à haut risque avec des résultats comparables à un nécessaire diagnostique moléculaire très utilisé et officiellement reconnu de HPV ADN. En fait, ARN-Seq de HPV trouvé deux patients HPV-positifs que le test ADN et également recensé plus de patients présentant des infections HPV multiples.

Le test s'est avéré pour avoir une sensibilité (capacité de trouver la présence d'un HPV) de 97,3 pour cent et de valeur prévisionnelle négative (NPV, probabilité de ne pas avoir le HPV) de 93,8 pour cent. « L'examen critique efficace de cancer cervical exige la sensibilité élevée et le NPV pour l'infection HPV à haut risque, puisque des femmes avec un test négatif de HPV sont habituellement examinées de nouveau seulement après plusieurs années, » prof. remarquable Eloit.

La cytologie est employée comme méthode rapide aux patients de sélection avec le HPV alors que l'histologie est considérée l'étalon-or pour le diagnostic de cancer cervical. L'analyse histologique, cependant, est plus invasive et a besoin de plus d'heure de donner des résultats. Pour déterminer si le test neuf a une place dans la sélection de cancer cervical, la cytologie comparée de chercheurs également aux bornes ARN-Seq et trouvées de HPV de la cytologie à haute teneur, avec encourager des rendements diagnostiques de HPV-ARN-Seq comme test de sélection. Ils ont également trouvé que la valeur prévisionnelle positive (PPV, probabilité de avoir l'infection HPV) du HPV ARN-Seq contre l'histologie était toujours plus grande que le PPV de la cytologie contre l'histologie. « Cette observation constitue un argument solide en faveur d'un potentiel a ajouté la valeur médicale de ARN-Seq de HPV avec la cytologie, » prof. commenté Eloit.

Prof. Eloit propose que l'utilisation du HPV ARN-Seq dans certains patients puisse aider à éliminer des colposcopies inutiles. Il prévoit également un moment où la technologie permettra à beaucoup d'échantillons d'être faits fonctionner simultanément, abaissant le coût peut-être à $10 à $20 selon le test. Le test peut également s'appliquer pour d'autres cancers HPV-associés tels que le cancer et le cancer de la tête et du cou anaux.

Le HPV ARN-Seq est basé sur la double combinaison de l'ACP multiplexé de transcription inverse (RT-PCR) et de l'ordonnancement de la deuxième génération (NGS). Le RT-PCR est une voie sensible de mesurer des petites quantités d'ARN, le matériel génétique qui réfléchit l'activité des gènes de HPV, et NGS permet pour caractériser finement la diversité des séquences virales amplifiées. Ceci active le dépistage jusqu'à de 16 à haut risque ou le haut risque putatif HPV dans un échantillon ainsi que la présence des bornes précancéreuses.

« Notre approche suit la tendance actuelle de développer des Commissions d'amplicon de NGS pour la diagnose moléculaire, alors que rester capable de s'adapter aux analyses moléculaires traditionnelles formate. Cette souplesse peut rendre HPV ARN-Seq un pratique, robuste, et la solution abordable pour beaucoup de laboratoires, » auteur important ajouté Philippe Pérot, PhD, le laboratoire de découverte d'agent pathogène, biologie d'élément d'infection, Institut Pasteur, Paris, France.

Source:
Journal reference:

Pérot, P. et al. (2019) Broad-Range Papillomavirus Transcriptome as a Biomarker of Papillomavirus-Associated Cervical High-Grade Cytology. Journal of Molecular Diagnostics. doi.org/10.1016/j.jmoldx.2019.04.010.