Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

L'étude l'explore si l'activité matérielle est toujours avantageuse pour le coeur

L'activité matérielle est vraisemblablement notre allié plus grand dans le combat contre la maladie cardio-vasculaire. Mais il peut y avoir des variations importantes dans ses actions protectrices en travers d'une gamme de différentes situations, telles que jouer régulièrement un sport, supporter des charges lourdes au travail, ou faire une promenade avec des amis. Ce sont les découvertes d'une étude neuve aboutie par le chercheur Jean Philippe Empana (U970 PARCC, Inserm/Université De Paris) d'Inserm en collaboration avec les chercheurs australiens. Les résultats ont été publiés dans l'hypertension.

Les maladies cardio-vasculaires sont la principale cause de la mortalité autour du monde, et il n'y a aucun signe que cette tendance se baisse. Cependant, un grand nombre de morts prématurées ont pu être évitées en prenant des mesures préventives appropriées. Parmi ces mesures, l'activité matérielle est souvent présentée en tant qu'ayant les avantages multiples, et les directives internationales mettent l'accent sur la nécessité d'être en activité afin d'éviter la mortalité cardiovasculaire.

Mais l'activité matérielle est un concept grand, et peu d'études scientifiques ont examiné les différences entre les types d'exercices variés peuvent avoir. C'était le centre de l'étude neuve publiée dans l'hypertension, qui a été conduite par les équipes de recherche abouties par Jean Philippe Empana, Xavier Jouven, et Pierre Boutouyrie (Inserm/Université De Paris), en collaboration avec Rachel Climie au coeur et au diabète institut de Baker, Melbourne, Australie.

Notre idée était de regarder si tous les types d'activité physique sont avantageux, ou si dans certaines circonstances l'activité matérielle peut être nuisible. Nous avons voulu en particulier explorer les conséquences de l'activité matérielle au travail, particulièrement activité matérielle tendue telle que les charges lourdes transportantes par habitude, qui pourraient avoir un choc négatif. »

Jean Philippe Empana

Sport, travail, ou loisirs

La recherche par Empana et ses collègues a été basée sur des caractéristiques des participants à l'étude prospective III. de Paris. Pendant dix années, cette étude considérable de Français avait surveillé l'état de santé de plus de 10.000 volontaires, âgé 50 à 75 années et recruté pendant un contrôle de santé à la clinique de santé de Paris (investigations précliniques de Paris, IPC).

Des participants ont été invités à compléter un questionnaire au sujet de la fréquence, de la durée, et de l'intensité de leur activité matérielle dans trois contextes différents : activité matérielle par sport, activité matérielle au travail (par exemple charges lourdes transportantes), et activité matérielle dans leur temps libre (tel que le jardinage).

La santé cardiovasculaire des participants a été alors évaluée basée sur la santé de leurs artères utilisant la représentation tranchante d'ultrason de l'artère carotide (une artère superficielle dans le col). Cette méthode, connue sous le nom de « écho suivant », peut être employée pour mesurer la sensibilité de baroréflexe, un mécanisme d'adaptation automatique aux changements subits de la pression sanguine. Quand ce système est nui, ceci peut mener aux problèmes de santé importants, et à un plus gros risque d'arrêt cardiaque.

Étude de la nature laborieuse du travail

Dans leurs analyses, les chercheurs ont distingué deux composantes du baroréflexe : baroréflexe mécanique, évalué par la mesure de la rigidité artérielle, et baroréflexe neural, évalué par la mesure des impulsions nerveuses envoyées par les récepteurs sur les parois de l'artère, en réponse à une dilatation du récipient. Des anomalies dans l'élément mécanique tendent à être associées aux maladies cardio-vasculaires liées au vieillissement, alors que des anomalies dans la composante neurale tendent à être liées aux troubles de rythme cardiaque qui peuvent mener à un arrêt cardiaque.

L'étude prouve que l'activité matérielle sportive à haute intensité est associée à un meilleur baroréflexe neural. Réciproquement, l'activité matérielle au travail (tel que les charges lourdes transportantes par habitude) semble être associée plus fortement à un baroréflexe neural anormal et à une rigidité artérielle plus grande. Une telle activité a pu pour cette raison être nuisible pour des santés cardiovasculaires, et en particulier peut être associée aux troubles de rythme cardiaque. « Nos découvertes représentent une avenue précieuse de recherche pour améliorer notre compréhension des associations entre l'activité matérielle et la maladie cardio-vasculaire. Ils ne proposent pas que le mouvement au travail soit nuisible pour la santé, au lieu de cela ils proposent que l'activité continuelle et tendue (telle que les charges lourdes de levage) au travail puisse être », met en valeur Empana.

Les chercheurs essayeront de reproduire ces résultats dans d'autres populations, et explorent plus en détail les interactions entre l'activité matérielle et la santé. « Cette étude a des implications importantes de santé publique pour l'activité matérielle au travail. Nous voulons maintenant augmenter notre analyse pour explorer plus plus loin les interactions entre l'activité matérielle et l'état de santé des gens dans le lieu de travail », conclut Empana.