Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

L'étude neuve compare la qualité de sommeil entre postmenopausal et pré/femmes perimenopausal

La valeur d'un sommeil de la bonne nuit ne peut pas être sous-estimée. Malheureusement, les plaintes de sommeil sont courantes pendant le passage de ménopause.

Une étude neuve de qualité comparée de sommeil du Canada, de durée de sommeil, et de troubles du sommeil entre postmenopausal et pré/femmes perimenopausal et postmenopause accru documenté de problèmes de sommeil.

Les résultats d'étude sont aujourd'hui en ligne publié dans la ménopause, le tourillon de la société nord-américaine de ménopause (NAMS).

Les troubles du sommeil sont l'une des plaintes plus courantes pendant la ménopause, affectant 40% à 60% de femmes perimenopausal et postmenopausal.

Non seulement nuisent-ils la qualité de vie d'une femme, mais ils peuvent également mener aux problèmes de santé importants tels que la maladie cardio-vasculaire, le diabète, la dépression, et l'inquiétude.

Les troubles du sommeil spécifiques multiples sont également relatifs à l'âge, y compris l'apnée du sommeil obstructive, les mouvements périodiques de patte pendant le sommeil, les comportements de sommeil de mouvement oculaire rapide, et le changement du cycle de sommeil normal.

Bien que les études multiples aient déjà examiné des problèmes de sommeil relatifs à l'âge, pe'ont considéré l'effet de l'état de ménopause.

Cette étude neuve faisant participer plus de 6.100 femmes canadiennes recherchées pour expliquer comment le sommeil a été affecté en tant que femme a progressé par le passage de ménopause.

Les chercheurs ont confirmé que, avec les femmes premenopausal et perimenopausal, femmes postmenopausal priées plus d'heure de tomber en sommeil (au-dessus de mn 30) et étaient pour souffrir du trouble d'insomnies de sommeil-début et de l'apnée du sommeil obstructive.

Les résultats d'étude apparaissent effets dans article des « de ménopause sur la qualité et les troubles du sommeil de sommeil : Étude longitudinale canadienne sur le vieillissement. »

Cette étude met en valeur des tiges entre la ménopause et les insomnies et l'apnée du sommeil obstructive. Vu les associations connues avec une santé plus faible, problèmes de sommeil devraient être recensées et adressées chez les femmes ménopausées. »

M. Stephanie Faubion, directeur médical, NAMS