Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

La prise de sang cardiaque courante avant la chirurgie peut prévoir des complications postopératoires

Une prise de sang cardiaque courante faite avant que la chirurgie puisse prévoir qui remarquera des effets nuisibles après la plupart des types de chirurgie, indique une étude internationale aboutie par des chercheurs de Hamilton.

Mondial, de 200 millions d'adultes qui subissent la chirurgie lourde, 18 pour cent remarqueront des complications cardiaques et vasculaires sérieuses comprenant la mort dans les 30 jours suivant leur intervention, telle que des remontages de hanche et de genou, des résections d'entrailles et le réglage d'anévrisme aortique abdominal.

« N'importe quel type de chirurgie a le potentiel d'endommager le tissu cardiaque, par la formation de caillot sanguin, de longues périodes de l'inflammation, ou saignant, » a dit le fil d'étude, M. PJ Deveraux, professeur de médecine, cardiologue aux sciences de santé de Hamilton (HHS) et fil scientifique pour la recherche perioperative à l'institut de recherches de santé d'université de McMaster et de population de HHS (PHRI).

L'étude de VISIBILITÉ a regardé si des niveaux d'une prise de sang cardiaque, NT-proBNP, mesuré avant la chirurgie peut prévoir des complications cardiaques et vasculaires. Des niveaux plus élevés de NT-proBNP, qui peuvent être provoqués par des anomalies variées dans le muscle cardiaque, tel que la tension, inflammation ou surétendre, peuvent aider à recenser quels patients sont au risque le plus grand de complications cardiaques après la chirurgie.

L'étude a compris 10.402 patients âgés 45 ans ou plus vieux ayant la chirurgie non-cardiaque avec le séjour durant la nuit de 16 hôpitaux dans neuf pays.

« En raison de ces découvertes, médecins peut prévoir qui est à un risque plus grand de crises cardiaques et d'autres événements vasculaires négatifs après la chirurgie, » a dit M. Devereaux.

Cette phase des constructions d'étude de VISIBILITÉ sur six ans de recherche étudie pour comprendre les facteurs pre-- et postopératoires qui mènent aux complications cardiaques.

« Cette simple prise de sang peut être faite rapidement et facilement en tant qu'élément du bilan préopératoire du patient et peut aider des patients mieux à comprendre leur risque de complications postopératoires et prendre des décisions au courant au sujet de leur chirurgie, » a dit le premier auteur de la publication, M. Emmanuelle Duceppe, interniste et chercheur au candidat de centre Hospitalier de l'Universite de Montréal (COPAIN), de PhD en épidémiologie clinique à l'université de McMaster, et au chercheur d'associé à PHRI. « Cette prise de sang est vingt tests que plus longs meilleur marché de périodes tels que les tests de tension cardiaques et la représentation diagnostique. »

Les résultats de cette simple prise de sang peuvent aviser le type de la chirurgie que le patient subira, comme la chirurgie laparoscopic ou ouverte, le type d'anesthésie utilisé pendant la chirurgie et qui exigera une surveillance plus forte postopératoirement.

Les résultats de la prise de sang peuvent également réduire le besoin de consultations médicales préchirurgicales pour les patients qui ne montrent aucun risque pour des complications cardiaques.

Les blessures de coeur après la chirurgie non-cardiaque apparaissent comme problème de santé important exigeant l'attention. Utilisant le financement de CIHR, l'organisme de recherche abouti par PHRI et M. Devereaux, a expliqué l'association entre une élévation d'un biomarqueur courant et le risque de morbidité et de mortalité selon-en état de fonctionnement. »

M. Brian H. Rowe, directeur scientifique, institut de la santé circulatoire et respiratoire, instituts canadiens pour la recherche de santé