Femmes enceintes qui n'ont pas des contrôles réguliers plus vraisemblablement pour souffrir la violence matérielle

Les femmes qui n'ont pas des contrôles adéquats pendant la grossesse sont souffrir la violence matérielle face à leurs associés.

L'étude a également constaté que les femmes enceintes qui n'assistent pas à des contrôles réguliers d'hôpital pendant la grossesse sont souffrir la violence matérielle face à leurs associés.

La recherche, les publiées par le tourillon européen de l'obstétrique et la gynécologie et la biologie reproductrice, ont analysé une cohorte de 779 femmes dont les grossesses étaient surveillées en travers de 15 hôpitaux publics en Andalousie.

Les auteurs ont utilisé un outil de dépistage international validé, l'index de l'abus de conjoint (AIS), pour trouver des cas de la violence matérielle et psychologique commise par l'associée de la femme pendant la grossesse. De tels cas ont été recensés dans les conditions les plus strictes de l'anonymat et de la confidentialité. Les caractéristiques ont été rassemblées par les sages-femmes qui avaient été précédemment formées pour trouver des signes de violence de genre.

Les résultats de l'enquête ont indiqué que 9,8% de femmes enceintes dans la défaillir de l'Andalousie pour avoir des contrôles suffisants pendant la grossesse--c'est-à-dire, le nombre d'affectations prénatales d'hôpital ou de centre de santé qu'ils assistent est inférieur à recommander.

Stella Martín de las Heras, professeur de médicament permissible et légal à l'UGR et d'auteur important de cette étude, explique : « Le dépistage de la violence de genre pendant la grossesse est essentiel, parce qu'il peut affecter la santé et cela de la mère du nouveau-né. De plus, les contrôles insuffisants de grossesse peuvent mettre la santé de la mère et du foetus en danger. » Comme rôle des professionnels de la santé avoir affaire directement avec les femmes enceintes est critique, « ils doit être vigilant à tous les signaux d'alarme. »

Source:
Journal reference:

Martin-de-las-Heras, S. et al. (2019) Poor antenatal care attendance is associated with intimate partner violence: Multivariate analysis of a pregnancy cohort. European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology. doi.org/10.1016/j.ejogrb.2019.05.00