Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

ERA4TB pour transformer le développement des traitements neufs pour la tuberculose

Avec une équipe de plus de trente publics et organismes privés et un budget plus de 200 millions d'euro, objectifs d'ERA4TB pour transformer radicalement la voie dont des traitements neufs sont développés pour la demande de règlement de la tuberculose.

La tuberculose, provoquée par le bacille de la tuberculose de bactérie, est la principale cause du décès de la maladie infectieuse dans le monde. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (WHO), on l'estime que 10 millions de personnes sont devenus mauvais avec la tuberculose en 2018 et 1,6 millions sont morts de la maladie.

Bien que son incidence soit décroissante, la variété résistant à la drogue de l'infection constitue un danger croissant à la sécurité de la population du monde. L'ONU a ainsi commis à finir l'épidémie de tuberculose d'ici 2030 par l'action commune de ses états membres.

La demande de règlement normale de la tuberculose comprend la gestion combinée de trois ou quatre antibiotiques, qui ont été développés il y a plus de 60 ans. La durée minimum de la demande de règlement est de six mois, bien que si l'infection est du type résistant, la demande de règlement doive être e étendu à environ deux ans.

« L'apparence de ces bactéries résistantes aux traitements conventionnels nous force à rechercher les médicaments neufs qui, en combination avec d'autres qui sont en service, peuvent combattre les tensions neuves, » les chercheurs expliquent. « Ceci représente un défi pour l'Europe ainsi qu'une édition globale, depuis si nous ne luttons pas contre la tuberculose multirésistante, la maladie pourrait devenir un problème global. »

ERA4TB se concentre sur la phase de développement d'un médicament qui commence une fois potentiellement un traitement efficace neuf a été recensée et fonctionne jusqu'aux premiers tests cliniques.

Cette phase, l'où la sécurité et l'efficacité du composé sont vérifiées et le meilleur dosage est déterminé, est un procédé qui des coûts entre 10 et 20 millions d'euro et peut durer jusqu'à six ans.

Par conséquent, si on développe une demande de règlement neuve dans laquelle quatre composés sont combinés séquentiellement, le délai d'attente est plus de vingt ans.

Le projet d'ERA4TB propose d'abandonner ce plan séquentiel afin d'adopter une voie parallèle de développement qui tient compte de la recherche simultanée de plus que douzaine molécules potentiellement efficaces contre la tuberculose.

Cette approche, qui prendrait la forme d'un réseau de collaboration adaptatif, permettra à ERA4TB d'optimiser les coûts de développer les médicaments neufs contre la résistance antimicrobienne (AMR) et, d'une manière primordiale, pour réduire de manière significative les temps pris développant les traitements combinés neufs requis pour supprimer cette épidémie, les chercheurs disent.

Nous sommes très enthousiastes au sujet du lancement d'ERA4TB, un seul projet de collaboration dans le domaine de la tuberculose, dans lequel l'expérience des associés publics et un portefeuille des médicaments précliniques prometteurs de candidat des sociétés pharmaceutiques viennent ensemble afin d'accélérer le développement des candidats cliniques neufs.

L'objectif ultime est de fournir un régime novateur et distinctif de combinaison pour la demande de règlement de la tuberculose, qui peut jouer une fonction clé dans le programme pour l'éradication de la maladie, »

David Barros, chef de projet et vice-président, R&D globale de santé, GlaxoSmithKline

Barros est également le chef de la recherche à l'élément de tuberculose.

Le projet a deux objectifs significatifs. D'abord, pour prendre au moins six antibiotiques neufs aux tests cliniques ainsi qu'à deux combinaisons de ces derniers qui sont sûrs et des traitements efficaces contre n'importe quelle forme de la tuberculose.

Et, deuxièmement, pour garantir que le réseau produit dans le projet est viable de sorte que les capacités et la collaboration établie entre les experts et les institutions pour la dernière fois au fil du temps et devenue bien établie en Europe, ainsi lui puissent également être employés pour le développement d'autres médicaments pour combattre la résistance antimicrobienne.

Une des clavettes à atteindre ces objectifs se situe en collaboration entre les 31 associés qui composent ce consortium, qui viennent du monde universitaire, l'industrie pharmaceutique et des organisations à but non lucratif qui spécialisé dans le combat contre la tuberculose.

« C'est une initiative importante qui se compose des associés l'Europe et des USA et qui effectuera à l'Europe un centre de la connaissance dans ce domaine de recherche. La collaboration entre les institutions est évidente du fait les associés industriels et les entités à but non lucratif portent au consortium leurs propres composés qui sont potentiellement efficaces contre la tuberculose, de sorte que la recherche sur l'efficacité de ces molécules et de leurs combinaisons pourrait commencer du premier jour du projet, » les chercheurs expliquent.

Stewart Cole, chef scientifique d'ERA4TB et président de l'Institut Pasteur, a indiqué que « ERA4TB a assemblé un choix impressionnant de moyens pour armer sans joint l'agilité et l'innovation du milieu universitaire avec les compétences scientifiques de pragmatisme et de professionnalisme du pharma. Je suis confiant que cette initiative européenne puissante accélérera le circuit à l'élimination de tuberculose. »

L'Espagne, une force dans le combat contre la tuberculose

« Le projet d'ERA4TB transformera l'Espagne en pôle important de recherche contre la tuberculose à un niveau global, dû à la signification et le nombre d'organismes qui forment le faisceau principal de l'initiative, » dit le Vaquero de Juan José du service d'UC3M de la bio-ingénierie et du bureau d'études aérospatial et le Coordinateur du projet.

Quatre des entités participantes espagnoles sont situés dans la région de Madrid : l'UC3M, le service de santé de Madrid (SERMAS dans son acronyme espagnol), GlaxoSmithKline et gestionnaires de synapse. En plus de combiner le projet, le groupe abouti par professeur Vaquero à l'UC3M est responsable des activités biomédicales de la représentation de l'initiative.

Ce groupe joue un rôle très actif dans le développement du matériel diagnostique neuf de représentation et dans la mise en place des technologies d'artificial intelligence, telles qu'apprendre profondément, qui permettent aux chercheurs de mesurer l'étape progressive de la maladie en interprétant les images acquises.

Le SERMAS, par le service de pharmacologie du centre hospitalier universitaire de La Paz et de son élément de tests cliniques (UCICEC) sera responsable de combiner les études de la première administration aux êtres humains planification dans le projet.

Il rendra également son infrastructure d'hôpital (les centres hospitaliers universitaires de Princesa de La Paz et de La et la clinique de São Carlos) procurable au consortium pour effectuer les études nécessaires.

La compagnie de GlaxoSmithKline aboutit le projet et fournit des moyens scientifiques et un nombre important des composés neufs qui doivent être vérifiés dans le projet. Les gestionnaires de synapse de compagnie, spécialisés dans la recherche biomédicale internationale projette, sera responsable de manager le consortium.

Pour finir, un autre organisme espagnol participe à l'initiative, à une équipe de recherche mélangée de la fondation d'ARAID et à l'université de Saragosse (UNIZAR).

Une installation sera adaptée à l'extérieur dans le dernier organisme qui est seul en Europe dans le domaine public consacré à la technologie de modèle d'infection (HFIM) de Creux-Fibre, un bioréacteur dans un environnement biologique de sécurité du niveau 3 qui tient compte de la manipulation et de l'enquête sur les virus humains, tels que le bacille de la tuberculose.

De plus, l'équipe de cette université développera un système neuf d'analyse qui tiendra compte de l'identification des antibiotiques de la capacité de nuire les systèmes par lesquels les bactéries agit l'un sur l'autre avec le patient infecté.

ERA4TB (accélérateur européen de régime pour la tuberculose) est financé par le programme-cadre de recherches (EU) d'Union européenne et d'innovation, l'horizon 2020 (GA853989) et par l'industrie pharmaceutique européenne par la fédération européenne des industries pharmaceutiques et des associations (FEAIP).

Il est conduit sous les auspices de l'initiative novatrice de médicaments (IMI), un partenariat entre le secteur public et le secteur privé entre la FEAIP et l'UE pour accélérer le développement de meilleurs et plus sûrs médicaments pour des patients.