Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Conclusion des origines de l'angiosarcome

Dans une étude neuve publiée en médicament de nature de tourillon en février 2020, les scientifiques enregistrent quelques raisons neuf découvertes du cas d'un angiosarcome appelé de cancer rare de paroi de vaisseau sanguin. Ceci a pu aide jour développer de meilleurs traitements pour cette tumeur agressive. Le projet est un exemple saisissant des découvertes inopinément riches d'une entreprise foule-originaire qui rassemble un groupe dispersé de patients présentant une maladie rare.

La plus grande étude pourtant de l
La plus grande étude pourtant de l'angiosarcome indique des mutations neuves et propose des possibilités thérapeutiques pour quelques sous-types. Crédit d'image : Sergei Drozd/Shutterstock

Le projet d'angiosarcome

L'angiosarcome est une tumeur rare surgissant dans les cellules endothéliales qui rayent les vaisseaux sanguins. Il peut surgir dans presque n'importe quelle partie du fuselage dû au cas répandu des vaisseaux sanguins. Cependant, les sites les plus courants de cette tumeur sont la peau, le sein, le foie et la rate.

Une des graves difficultés avec étudier cette tumeur est sa rareté extrême, ainsi il signifie que la caractéristique est limitée. Seulement environ 300 cas se présentent tous les ans aux USA, et des patients sont dispersés.  Les patients succombent presque invariablement à la maladie. Ceci le rend difficile d'obtenir un numéro suffisant des cas d'analyser afin de découvrir ce qui des entraînements la maladie.

L'étude faisait partie du projet de collaboration d'angiosarcome. C'est consécutivement une composante du compte je dans le mouvement dans lequel les malades du cancer avec plusieurs types de cancer sont directement impliqués dans la recherche, fonctionnant attentivement avec des scientifiques pour aider à découvrir plus au sujet de cet état mortel. Les patients sont inscrits en ligne dans l'étude, indépendamment de leur emplacement. Le mouvement lui-même a pris racine avec la réussite du projet (MBC) de cancer du sein métastatique, qui a mené à un certain nombre de découvertes au sujet de cancer du sein.

L'étude

Dans le projet d'angiosarcome, commencé en 2017, les patients donnent leurs dossiers médicaux, sang et d'autres échantillons des tissus biologiques, et leurs expériences et besoins, d'aider à faire avancer la recherche. En plus de la sortie liée au cancer réelle, le mouvement recherche à évaluer la productivité du partenariat de patient-recherche quand la maladie étant vérifiée est rare et la recherche est mal nécessaire pour une meilleure demande de règlement.

Les chercheurs ont installé un groupe de travail employant des medias sociaux pour rassembler des patients d'angiosarcome et leurs parents proches en ligne. Ils ont été alors demandés des suggestions pour la façon dont le projet devrait atteindre à l'extérieur à d'autres patients. Ceci a formé la forme et le fonctionnement éventuels du portail en ligne chez ascproject.org, par lequel n'importe quel patient d'angiosarcome aux USA ou au Canada peut s'inscrire pour l'étude. Un numéro considérable, presque 340 patients, réellement inscrits dans l'étude dans un délai de 1,5 ans.

Les chercheurs ont regardé les génomes de presque 50 spécimens d'angiosarcome, obtenus à partir des patients variés en travers des Etats-Unis et du Canada. Ces génomes ont été pris des échantillons de tumeur et avec l'ADN hérité pris des cellules de lignée germinale.

Le peintre de Corrie de chercheur, qui était elle-même a diagnostiqué avec l'arrière d'angiosarcome en 2010, dit, « quand nous avons vu les caractéristiques pour la première fois, nous ont été excités pour voir que ces découvertes étaient évidentes des caractéristiques génomiques dès le début. Fonctionner avec des patients pour concevoir et établir le projet dès le début a été une expérience phénoménale. »

Les découvertes

Il y avait 30 mutations qui étaient répétées dans les échantillons, selon le type de tumeur. Et plusieurs, tel que PIK3CA, GRIN2A, et NOTCH2, sont rapportés dans l'angiosarcome pour la première fois.

Certaines des anomalies du gène ont proposé un rôle possible pour des médicaments déjà étant employés dans d'autres types de cancer. La majorité des mutations de PIK3CA étaient dans des angiosarcomes de sein. Ces mutations vraisemblablement activaient des mutations, c.-à-d., elles ajoutent un fonctionnement au gène ou améliorent un fonctionnement existant. Si oui, les médicaments qui empêchent cette voie, telle que l'inhibiteur P13 déjà approuvé, peuvent aider à traiter ce sous-groupe de patients qui ont des angiosarcomes de sein, avec des mutations de PIK3CA.

D'ailleurs, cette famille des mutations géniques se produit également dans l'adénocarcinome de sein, qui est un type de cancer différent. Ceci pourrait indiquer qu'une anomalie dans les cellules de sein améliore les possibilités du développement de tumeur. Cette ligne d'enquête est due directement de la conclusion des mutations dans un gène courant dans deux types de cancer différents dans le même tissu.  

Une autre conclusion intéressante était que la fréquence générale de mutation était plus élevée dans les angiosarcomes de la tête, du col, de la face et du cuir chevelu. Ces mutations sont assimilées à ceux provoquées par le rayonnement ultraviolet et ont mené à la suggestion que ces tumeurs ont pu avoir surgi à cause des dégâts solaires.

Les inhibiteurs immunisés de point de reprise sont un médicament de type de cancer qui peut être employé dans les tumeurs avec un fardeau élevé de mutation. Les chercheurs pensent pour cette raison qu'ils devraient vérifier l'installation de ces médicaments dans les patients présentant des angiosarcomes de la tête, du col, de la face et du cuir chevelu.

Intéressant, ils ont constaté que 2 patients avec des tumeurs dans ces endroits ont été mis sur ces médicaments après que la chimiothérapie conventionnelle n'ait pas réglé leur maladie. Les deux éventuellement ont dû arrêter la demande de règlement à cause des effets inverses intolérables. Cependant, les deux sont aujourd'hui sans cancer en dépit de avoir eu plus de traitement pour leurs tumeurs. C'est certainement matière à réflexion.

Accomplissements et futurs objectifs

Les chercheurs doivent maintenant rechercher une preuve beaucoup plus solide pour l'efficacité de ces médicaments mais il y a plus qu'une lueur vacillante d'espoir maintenant. Même maintenant, trois tests cliniques maintenant en cours ont rentré des patients d'angiosarcome pour le bilan de ces demandes de règlement non standard, basé sur des caractéristiques non publiées de ceci l'étude.

Quant au projet d'angiosarcome, l'inscription est toujours en circuit, avec 500 patients s'étant inscrit dans un délai de moins de 3 ans. L'analyse de caractéristiques se poursuit toujours. Le nombre de patients enregistrés étonne le peintre, qui dit, « il était un objectif aspirational que j'honnêtement n'ai pas su si nous atteindrions jamais, sans parler de réalisons pendant 2 et demi années. »

Cependant, en dépit de l'espoir offert par ces découvertes neuves, il y a également la douleur en tant que neuf et vieux amis avec la proie de chute de la maladie à ses tentacules mortelles au fil du temps. Le peintre rend hommage à ces contributeurs méconnus : « Les participants au projet d'ASC se sont inscrits dans les espoirs que ceci aidera des gens à avaler la route. Nous sommes reconnaissants qu'au beau milieu de leur propre diagnostic, ils aient voulu faire leur partie pour aider à éviter la douleur d'autres patients. »

Journal reference:

Painter CA, Jain E, Tomson B, et al. The Angiosarcoma Project: enabling genomic and clinical discoveries in a rare cancer through patient-partnered research. Nature Medicine. DOI: 10.1038/s41591-019-0749-z

Dr. Liji Thomas

Written by

Dr. Liji Thomas

Dr. Liji Thomas is an OB-GYN, who graduated from the Government Medical College, University of Calicut, Kerala, in 2001. Liji practiced as a full-time consultant in obstetrics/gynecology in a private hospital for a few years following her graduation. She has counseled hundreds of patients facing issues from pregnancy-related problems and infertility, and has been in charge of over 2,000 deliveries, striving always to achieve a normal delivery rather than operative.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Thomas, Liji. (2020, February 10). Conclusion des origines de l'angiosarcome. News-Medical. Retrieved on April 18, 2021 from https://www.news-medical.net/news/20200210/Finding-the-origins-of-angiosarcoma.aspx.

  • MLA

    Thomas, Liji. "Conclusion des origines de l'angiosarcome". News-Medical. 18 April 2021. <https://www.news-medical.net/news/20200210/Finding-the-origins-of-angiosarcoma.aspx>.

  • Chicago

    Thomas, Liji. "Conclusion des origines de l'angiosarcome". News-Medical. https://www.news-medical.net/news/20200210/Finding-the-origins-of-angiosarcoma.aspx. (accessed April 18, 2021).

  • Harvard

    Thomas, Liji. 2020. Conclusion des origines de l'angiosarcome. News-Medical, viewed 18 April 2021, https://www.news-medical.net/news/20200210/Finding-the-origins-of-angiosarcoma.aspx.