Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

ERA-EDTA produit la base de données européenne de la dialyse, patients transplantés avec COVID-19

L'ERA-EDTA a produit une base de données européenne qui rassemble différentes caractéristiques granulaires des dialysés et des patients transplantés avec COVID-19. « On assume que généralement des patients de maladie rénale d'étape d'extrémité sont très à haut risque de remarquer les complications COVID-19 sévères. Dans des procédés de sélection, pour cette raison, ils sont parfois admission refusée aux unités de soins intensifs. Cependant, il y a des caractéristiques contradictoires des différents cliniciens qui proposent que COVID-19 aient limité la symptomatologie dans les patients sur la dialyse ou présentant une greffe de rein. C'est pourquoi nous devons rassembler des caractéristiques détaillées », explique l'officier de pression d'ERA-EDTA, professeur Ron Gansevoort. « Notre espoir est de gagner des analyses dans les caractéristiques de patient et de demande de règlement qui sont liées aux résultats et pour se renseigner sur les facteurs de risque modifiables, qui aideraient à améliorer le pronostic de nos patients. »

Jusqu'ici, la base de données sur la progression de la maladie COVID-19 dans les patients sur le traitement rénal de remontage est très limitée. Il y a quelques observations singulières de Chine et d'Italie, mais la prévalence et les résultats sont hautement hétérogènes. Un centre à Wuhan rapporté 37 sur 230 patients avaient été infectés, dont six qui est mort. Ceci indique un taux de mortalité de 16%. À un centre en Lombardie, 18 patients étaient infectés, et seulement un était dans l'état critique. Une première analyse (non publiée) a exécuté pendant dix jours après que le lancement d'un Bureau d'ordre espagnol a montré un taux de mortalité de 44% dans les patients d'hémodialyse, qui seraient un numéro bouleversant élevé. « Mais plusieurs polarisations pourraient s'être y mêlées. Tout d'abord, les caractéristiques pourraient être hautement sélectrices après dix jours au beau milieu de la crise. Les néphrologues sont très occupés de nos jours, tant de médecins pourraient principalement avoir enregistré ces patients qui étaient morts, mais pas ceux qui avaient récupéré ou luttaient toujours avec la maladie. En outre, l'Espagne a le niveau le plus élevé de greffe en Europe, ainsi il signifie que les patients espagnols sur la dialyse sont en effet particulièrement fragiles et vieux et ne peuvent pas être comparés à la population de dialyse d'autres pays où les régimes de greffe d'organe sont beaucoup inférieurs », explique l'expert.

« Somme toute, nous savons que nos patients ont un plus gros risque d'obtenir une maladie COVID-19 sévère comparée au grand public sans comorbidité, mais jusqu'ici nous ne pouvons pas évaluer le risque exact. » L'objectif principal de cette initiative de Bureau d'ordre d'ERA-EDTA est pour cette raison de recueillir des caractéristiques fiables sur les résultats des patients sur le remontage rénal qui sont coronavirus-positifs.

De plus, l'ERA-EDTA espère dériver des facteurs de risque pour de plus mauvais résultats. « Il serait inestimable pour savoir ce qui augmente exact le risque faisant face à nos patients. Une telle connaissance a pu nous aider à prendre des mesures pour réduire ce risque », dit Gansevoort.

C'est pourquoi ERA-EDTA a lancé cette base de données, et nous faisons appel avec bonté aux néphrologues de tous les pays européens pour fournir les caractéristiques de leurs patients. Plus de patients sont enregistrés, le meilleur. Elle est de l'importance extrême cela que nous gagnons des analyses dans les facteurs qui pourraient être appropriés pour les résultats des dialysés et des greffés de rein. »

Professeur Carmine Zoccali, président de l'ERA-EDTA

Source: