Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Le masque non envahissant de la ventilation a pu réduire la nébulisation en soignant les patients COVID-19

Abouti par l'institut de recherches de santé de Lawson, les sciences de santé de Londres centrent (LHSC), réseau de santé d'université (UHN) et le cordon Système-Canada (GDLS-Canada), chercheurs de General Dynamics ont conçu un masque non envahissant de la ventilation qui pourrait de manière significative réduire la nébulisation - la production des gouttelettes respiratoires aéroportées qui peuvent contenir des virus ou des bactéries - en soignant des patients avec COVID-19. Le dispositif neuf vise à réduire des risques d'infection liés à la ventilation non envahissante et à diminuer la demande des déflecteurs invasifs. Il actuel est vérifié par un test clinique avec des patients à LHSC.

Depuis le début de cette pandémie, il y a eu des préoccupations globales environ une pénurie de déflecteurs. Des déflecteurs non envahissants comme CPAP (pression des voies aériennes positive continue) et machines de BiPAP (pression des voies aériennes positive à deux niveaux) sont associés à un risque accru de la boîte de vitesses COVID-19 et tant d'hôpitaux ont déménagé directement à la ventilation invasive. »

M. Tarek Loubani, scientifique d'associé de Lawson et médecin de service des urgences à LHSC

COVID-19 est principalement écarté par l'inhalation des gouttelettes respiratoires et les patients le plus sévèrement mauvais exigent d'un déflecteur de les aider pour respirer. À la différence des déflecteurs invasifs, qui exigent l'intubation, les patients non envahissants d'aide de déflecteurs respirent par un masque qui fournit la pression positive de maintenir les poumons ouvert et le fonctionnement. Tandis que les déflecteurs non envahissants peuvent être efficaces pour les patients un certain COVID-19, leur utilisation vient avec un risque beaucoup plus gros d'écarter l'infection par la nébulisation des gouttelettes respiratoires.

Le masque non envahissant de la ventilation de l'équipe vise à éliminer ce risque. Le dispositif nouveau est personnalisé du masque d'un sapeur-pompier normal utilisant l'impression 3D et peut être fixé à n'importe quelle machine de CPAP ou de BiPAP. À la différence des masques traditionnels, il produit deux visas serrés - un autour du nez et de la bouche du patient et des des autres autour de la face. Les patients respirent dans et hors d'un filtre qui capte toutes les particules virales avant qu'elles soient relâchées à l'air.

« Il y a les machines innombrables de CPAP et de BiPAP tournant au ralenti autour du monde tandis que tous les moyens vont vers la ventilation invasive, » explique M. Azad Mashari, anesthésiste au centre cardiaque de Peter Munk d'UHN. « Notre masque vise à mettre ces machines de nouveau dans l'ensemble d'outils du clinicien. En éliminant des fuites d'air, nous pouvons améliorer la sécurité patiente et de manière significative réduire le risque de contracter COVID-19 pour des membres du personnel soignant et d'autres patients. »

Jeu rouleau-tambour. Loubani, Mashari et Benjamin Thomson, néphrologue à la santé du Mackenzie, faisaient partie d'une équipe de recherche clinique qui a travaillé avec des techniciens du GDLS-Canada pour développer le dispositif dans les six jours.

Le « GDLS-Canada a répondu rapidement au besoin urgent de supporter ceux sur les lignes du front de la santé COVID-19 pendant cette urgence globale de santé, » dit Doug Wilson-Hodge, le gestionnaire du GDLS-Canada des rapports de transmissions, de Communauté et de gouvernement. « Le modèle novateur était vraiment beaucoup un effort de collaboration entre tous les usagers pour contribuer des solutions à la pandémie COVID-19. »

Le premier essai clinique vérifiera le dispositif avec jusqu'à 50 patients à l'hôpital et au centre hospitalier universitaire de Victoria de LHSC avec des régimes pour augmenter à UHN. En plus des patients avec COVID-19, les participants incluront ceux avec l'asthme, la bronchopneumopathie chronique obstructive (COPD) et l'insuffisance cardiaque congestive (CHF).

L'équipe de recherche anticipe d'autres hôpitaux dans Ontario et en travers du Canada joindra l'étude pour produire un test clinique multicentre. Le dispositif sera utilisé aux services des urgences et a le potentiel d'être employé dans des unités de soins intensifs, stations distantes de soins et pendant le transport de pré-hôpital. Il a été également conçu pour la production facile dans l'emplacement moyen-tendu.

« Ce problème affecte chacun et il est critique que nous tous fassions ce que nous pouvons aider, » ajoute M. Loubani. « Nous espérons qu'il aidera non seulement ceux aux centres urbains aiment Toronto et Londres, mais gens dans les communautés distantes autour du monde. »

L'essai est supporté avec le financement de Glia, un organisme internationalement - décelé pour la production des fournitures médicales qui sont facilement accessibles et peuvent être fabriquées en réglages d'inférieur-moyen.