Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Étude neuve pour examiner le choc de COVID-19 sur la santé mentale des adultes plus âgés

Les régimes de la dépression et de la tension ont augmenté parmi la population globale depuis que la pandémie COVID-19 a commencé. Cependant, nous connaissons peu au sujet de l'état actuel de la santé mentale des adultes plus âgés (65+), qui sont à un plus gros risque pour la maladie et à la mort due à l'infection, et représentons plus de 95% des morts COVID-19 dans Ontario. Elles sont également vulnérables aux effets de l'isolement social, tels que la dépression et la détérioration des conditions médicales, qui peuvent résulter de distancer d'examen médical - une des défenses principales que nous avons dans le combat contre COVID-19.

Une étude neuve et commune par Baycrest et le centre pour la dépendance et une santé mentale (CAMH) vise à approfondir notre compréhension de ce problème et à recenser des voies de supporter des adultes plus âgés pendant ce temps. Abouti par M. Linda Mah, scientifique de clinicien à l'institut de recherches de Rotman de Baycrest (RRI), l'étude examinera les effets de distancer universel et matériel de COVID-19 sur la santé mentale des adultes plus âgés. De plus, elle regardera la résilience et satisfaire parmi ce groupe, qui sont connus pour supporter la santé mentale. L'étude concerne Sunnybrook, réseau de santé d'université et hôpital de St Michael en plus de Baycrest et de CAMH.

Co-principal l'enquête est M. Benoit Mulsant, scientifique de clinicien à l'institut de recherches de santé mentale de famille de Campbell à CAMH et présidence de famille de Labatt du service de psychiatrie à la faculté de médecine à l'université de Toronto (U de T).

« La santé mentale des séniors est hautement une question pertinente en ce moment, » dit M. Mah, qui est également un professeur agrégé neuf de la psychiatrie à U de T. « que nous savons que pendant l'épidémie de radar à ouverture synthétique en 2003, il y avait des augmentations des problèmes psychiatriques parmi des adultes plus âgés dans les endroits avec de grandes manifestations du virus. Aujourd'hui, un tiers de gens en-dessous de 65 ans remarquent la dépression et la tension élevée, même lorsqu'elles n'ont pas été infectées ou exposées à COVID-19. Ces numéros peuvent être encore plus élevés dans des adultes plus âgés, qui sont plus vulnérables à COVID-19 et à l'isolement social. »

Dans cette étude, jeu rouleau-tambour. L'heure-milliampère et le Mulsant et leurs collègues surveilleront des changements de la santé mentale et de l'incidence de la maladie psychiatrique pendant la pandémie parmi 475 adultes plus âgés à Toronto. L'étude est programmée pour être achevée dans l'année, avec quelques découvertes initiales prévues dans les quatre à six mois à venir.

La santé mentale pendant le COVID-19 ne devrait pas être prise légèrement. Les résultats de cette étude augmenteront notre connaissance du choc de COVID-19 et de distancer matériel à mesure qu'une mesure de santé publique sur le bien-être émotif dans des Canadiens plus âgés. »

M. Benoit Mulsant, scientifique de clinicien, institut de recherches de santé mentale de famille de Campbell à CAMH

« Nos découvertes aviseront les décisions d'agents de la Santé publiques sur la façon dont mieux mettre en application des restrictions pour atténuer le choc de COVID-19, tandis que des risques pour la santé mentaux réduisants à un minimum dans les séniors, » dit M. Mah. « De plus, en examinant les facteurs qui affectent la santé mentale des séniors pendant la pandémie, cette étude fournira les informations qui peuvent être employées pour développer des interventions pour supporter des séniors pendant le ce et de futures pandémies. »

Ajoute M. Mulsant, « notre étude devrait avoir un choc direct et immédiat sur la santé publique. »