Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Révision : Les enfants ne sont pas une source importante de boîte de vitesses COVID-19

Car les provinces en travers du Canada décident comment relancer des écoles pendant la pandémie, une révision de recherches a trouvé que les enfants ne sont pas une source importante de boîte de vitesses de COVID-19.

Une deuxième révision a trouvé la tension sur les familles, en particulier femmes avec des enfants.

Les révisions rapides de preuve ont été complétées par le centre de collaboration national pour les méthodes et les outils (NCCMT) hébergés par l'université de McMaster et financés par l'agence de santé publique du Canada. Les révisions sont du service rapide de la preuve du centre, qui fournit les résumés de haute qualité de la preuve de recherches de supporter les professionnels de santé et les décideurs politiques publics en prenant des décisions probantes.

L'examen du rôle des services de garderie et des écoles par transmission COVID-19 a eu des découvertes cohérentes en travers de toute la preuve de recherches procurable avant le 20 juillet 2020.

« La ligne inférieure est jusqu'ici que les enfants au-dessous de 10 ans sont peu susceptibles de piloter des manifestations de COVID-19 dans les gardes et les écoles et que, jusqu'à présent, les adultes étaient beaucoup pour être l'émetteur de l'infection que des enfants, » a dit Sarah Neil-Sztramko, un professeur adjoint avec les méthodes de recherche de ministère de la santé de NCCMT et de McMaster, la preuve, et le choc.

La révision trouvée parmi les enfants qui étaient infectés, boîte de vitesses a été tracée de nouveau à la communauté et les réglages ou les adultes à la maison, plutôt que parmi des enfants dans des gardes ou des écoles même dans les juridictions où les écoles sont restées ouvertes ou ont depuis rouvert.

« Dans la famille groupe, des adultes étaient beaucoup pour être le cas d'index que des enfants. La qualité de la preuve est modérée, et les découvertes sont cohérentes, » les auteurs disent.

La révision que la considération incluse de 33 publications de recherches peut être trouvé ici.

La deuxième révision de recherches par le NCCMT a constaté que les familles subissent la tension considérable pendant la pandémie.

« Nous avons constaté que les familles sont sous tension, particulièrement les travailleurs sociaux et les enfants féminins, avec l'augmentation des lacunes de genre dans l'emploi et travail de famille et résultats faibles de santé mentale chez les enfants, » a dit Neil-Sztramko.

La révision a compris 38 publications et a trouvé des lacunes de genre dans l'emploi entre les femmes et les hommes pour s'être développée pendant la pandémie, avec des femmes plus que des hommes remarquant des heures réduites et des pertes de travail.

Les femmes et les acquéreurs plus à revenus élevés sont pour être dans les professions qui pourraient être faites de la maison, et parmi les parents qui peuvent travailler de la maison, enfantent réduit leurs heures de travail de plus que des pères, en particulier mères des enfants en âge scolaire primaires.

Cette révision peut être trouvée ici.

Nous avons identifié dès l'abord qu'il y avait un besoin significatif de récapituler la quantité primordialement de preuve de recherches apparaissant sur COVID-19, d'évaluer sa qualité, et de distribuer largement cette preuve de supporter la prise de décision de santé publique au Canada.

Car une ancienne infirmière de santé publique qui a encouragé l'utilisation de la meilleure recherche procurable de preuve dans la prise de décision de santé publique pendant des décennies, ceci est une cotisation pour assurer des mesures de santé publique au Canada avisé par la preuve actuelle et meilleure. »

Maureen Dobbins, directeur scientifique du NCCMT et professeur de l'école de soins infirmiers de McMaster