Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les diagnostics de goutte ont augmenté considérablement à partir de 1990 à 2017, montre l'analyse neuve

La prévalence de la goutte--une forme de l'arthrite caractérisée par la douleur sévère, l'inflammation, et la tendresse dans les joints--accru en travers du monde à un régime alarmant à partir de 1990 à 2017, selon une analyse publiée en arthrite et rhumatologie.

L'analyse a constaté qu'il y avait approximativement 41,2 millions de cas répandus de goutte en 2017, avec le régime des caisses diagnostiquées neuves étant 92 selon 100.000 personnes, une augmentation de 5,5% à partir de 1990.

La goutte était plus courante dans les mâles et dans des personnes plus âgées. En outre, le fardeau de la goutte était généralement le plus élevé dans des régions développées et des pays. L'indice de masse corporelle élevé et le fonctionnement nui de rein étaient des facteurs de risque pour la goutte.

Il est le plus susceptible continuer la tendance à la hausse du fardeau de goutte car le vieillissement de la population global est sur l'augmentation. Les tentatives de diminuer le début de la maladie et le futur fardeau de la goutte exigent une meilleure conscience, particulièrement des facteurs de risque, et un diagnostic précoce et une demande de règlement. »

Emma Smith, PhD, auteur supérieur d'étude, université de Sydney

Source:
Journal reference:

Safiri, S., et al. (2020) Prevalence, incidence and years lived with disability due to gout and its attributable risk factors for 195 countries and territories 1990‐2017: a systematic analysis of the Global Burden of Disease Study 2017. Arthritis & Rheumatology. doi.org/10.1002/art.41404.