Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les hydrogels neuf conçus permettent la culture des lymphocytes T pour l'usage dans l'immunothérapie du cancer

Une équipe avec la participation des chercheurs du Conseil " Recherche " national espagnol (CSIC) a conçu les hydrogels neufs qui permettent la culture des lymphocytes T ou des lymphocytes T, les cellules du système immunitaire qui sont employées dans l'immunothérapie du cancer puisqu'ils ont la capacité de détruire des cellules tumorales. Ces hydrogels peuvent imiter les ganglions lymphatiques, où les lymphocytes T reproduisent et fournissent, en conséquence, des hauts débits de prolifération cellulaire.

Les scientifiques espèrent pouvoir porter cette technologie neuve, pour laquelle un brevet déjà a été limé à l'Office européen des brevets, aux hôpitaux bientôt, et dont les premiers petits groupes sont publiés dans les biomatériaux de tourillon. Les scientifiques ont lancé un projet qui des objectifs pour estamper ces hydrogels neufs dans 3D et pour accélérer ainsi leur transfert au marché.

Les hydrogels 3D sont faits de polyéthylène glycol (ANCRAGE), polymère biocompatible très utilisé en biomédecine, et héparine, un médicament anticoagulant. Dans ce cas, le polymère fournit la structure et les propriétés mécaniques nécessaires pour que les lymphocytes T se développent, alors que l'héparine est employée pour ancrer différents biomolécules d'intérêt, tels que la cytokine CCL21, une protéine actuelle dans les ganglions lymphatiques et qui a un rôle important dans la migration des cellules et la prolifération.

Thérapie cellulaire adoptive

L'immunothérapie du cancer est basée sur utiliser et renforcer le système immunitaire des patients de sorte qu'elle identifie et combatte des cellules tumorales, sans tissus sains dommageables. Une des demandes de règlement possibles, la soi-disant thérapie cellulaire adoptive, se compose extraire les lymphocytes T des patients, les modifier pour les rendre plus actifs, tirer de nombreuses copies de eux et les injecter de nouveau dans des patients.

Ce traitement personnalisé, bien que toujours très nouveau, semble avoir des effets plus durables que les traitements encologiques actuels, grâce à quelques lymphocytes T qui sont capables de l'immunité de entretien au fil du temps. Son application est limitée par les medias actuels de culture cellulaire, puisqu'ils ne sont pas assez efficaces pour la prolifération et l'accroissement d'une quantité appropriée de lymphocytes T thérapeutiques en peu de temps et d'une voie économiquement viable. »

Judith Guasch, chercheur, institut de science des matériaux de Barcelone (ICMAB-CSIC)

Transfert au marché

Pour continuer l'étude et encourager le transfert de cette technologie au marché, des chercheurs Judith Guasch, à partir de l'ICMAB, et d'Elisabeth Engel, professeur à l'université polytechnique de la Catalogne (UPC) à l'institut de la bio-ingénierie de la Catalogne (IBEC), ont été récent attribués un projet de l'appel pour des projets de transfert et de valorisation du centre de mise en réseau de recherche biomédicale - la bio-ingénierie, les biomatériaux et le Nanomedicine (CIBER-BBN) 2020, mise en oeuvre visée projette pour des groupes de CIBER-BBN avec l'intérêt et le support des compagnies.

L'objectif du projet est d'estamper les grands hydrogels 3D compatibles avec les bioréacteurs cliniques, afin d'augmenter des lymphocytes T de plus de moyen efficace. Les chercheurs développeront le prototype dans le laboratoire et effectueront les premières expériences pour la validation pendant la phase clinique. Actuel, le projet recherche les associés industriels, principalement biomédicaux et les sociétés pharmaceutiques, et les investisseurs intéressés à produire une compagnie secondaire pour transférer cette technologie et pour la rendre procurable dans les hôpitaux.

Le projet abouti par Guasch et Engel a la collaboration de Joaquín Arribas, de l'institut d'Hebron de Vall de l'oncologie (VHIO), et Miguel A. Mateos, de l'université internationale de la Catalogne (UIC).

Source:
Journal reference:

Pérez del Río, E., et al. (2020) CCL21-loaded 3D hydrogels for T cell expansion and differentiation. Biomaterials. doi.org/10.1016/j.biomaterials.2020.120313.