Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Étude : Le règlement de santé publique d'aborder des régimes malsains est chronique opposé par l'industrie alimentaire

Une étude neuve à l'extérieur cette semaine pendant la semaine globale pour l'action sur les points culminants non-transmissibles (NCDs) des maladies que le règlement global de santé publique a destiné pour aborder des régimes malsains, un facteur de risque principal pour NCDs, est chronique opposée par la nourriture et boit le lobby.

NCDs, tel que la cardiopathie, cancer, et diabète, représentent plus de 70% pour la mort globale et l'invalidité mais l'échec à l'action combinée et visée d'instrument a mené à un problème de croissance - démontré par la crise actuelle d'obésité faisant face à une grande partie du monde.

La recherche neuve, des analystes de politique sanitaire à Bath en collaboration avec des chercheurs des universités d'Edimbourg et de São Paulo, et l'association de nutrition de santé publique du monde, ont examiné toutes les réactions d'industrie alimentaire aux consultations retenues par l'Organisation Mondiale de la Santé (WHO) sur la police de NCD et gouvernement entre septembre 2015 et septembre 2018.

Par l'évaluation les réactions en travers de cinq consultations indépendantes fonctionnent par l'OMS tout au long de cette période, le travail prouve que, en dépit d'une rhétorique de soutien de santé publique, les groupes d'industrie alimentaire opposent chronique des règlements efficaces tels que des impôts et des limitations de commercialisation, et avocat pour de plus faibles approches de volontaire et de partenariat au lieu.

Preuve déterminée également contestée de santé publique de groupes de lobby au sujet d'aborder NCDs. Par exemple, le Conseil international des associations de boissons qui représente l'industrie de boissons non alcoolisées a remis en cause la tige bien établie entre les boissons sucre-adoucies et la proposition d'obésité :

« Le grammage général de la preuve scientifique sur le sucre et/ou les boissons sucre-adoucies prouvent qu'ils n'exercent pas un seul effet sur le poids corporel au delà de leur cotisation pour se monter à l'admission de calorie. »

De plus, le groupe de lobby a inexactement argué du fait que l'agence principale mondiale de la santé publique n'était pas en mesure à donner un avis sur des impôts de santé :

La « offre d'un tel conseil de police dans un domaine - économie et politique fiscale - loin d'OMS est des compétences n'est pas à notre avis une ligne de conduite prudente. »

En fait, discutez les chercheurs, l'OMS inclut parmi son personnel beaucoup d'économistes et la banque mondiale introduit également l'utilisation des impôts de santé.

Les chercheurs proposent que les arguments utilisés soient assimilés à ceux déployés par l'industrie du tabac quand l'OMS a commencé à prendre une mesure plus intense pour régler des cigarettes dans le 2000s tôt. Ceux-ci ont compris prétendre que le règlement ne fonctionnerait pas ou n'était pas nécessaire, et remettre en cause la science et démontrer des polices fondamentales telles que la taxation sucre-adoucie de boisson.

Identifiant que la bonne santé est essentielle au développement, les objectifs de développement durable du point de repère de l'ONU (SDGs) comprennent un objectif pour introduire la santé et pour réduire la mortalité prématurée de NCDs d'un tiers d'ici 2030 (SDG 3). La pandémie COVID-19, qui affecte des gens vivant avec NCDs plus sévèrement, a montré combien important c'est.

Cependant, les chercheurs mettent en valeur une tension possible entre cet objectif, pour améliorer la santé, et des des autres, SDG 17, qui introduit des partenariats entre le secteur public et le secteur privé. Ils documentent comment les groupes d'industrie alimentaire emploient ce dernier pour introduire la participation d'industrie dans l'élaboration de la politique, qui pour on est vue miner des tentatives d'améliorer la santé. Un certain nombre de groupes avaient l'habitude SDG 17 pour opposer un outil développé par l'OMS pour aider des états membres à protéger des programmes de nutrition contre des conflits d'intérêts, arguant du fait que de telles limitations sur l'engagement avec l'industrie alimentaire ne seraient pas logiques dans l'objectif de partenariat introduit par l'objectif.

L'auteur important, Kathrin Lauber de l'organisme de recherche de contrôle de tabac à l'université de Bath explique : « Ce qui se produit à l'OMS, et ce qui ne se produit pas, est important pour nous tous. Les directives de l'agence peuvent fournir à des pays un mandat pour introduire des protections essentielles de santé publique, qui est pourquoi nous voyons la nourriture et buvons des groupes de lobby poussant pour maintenir les recommandations de police faibles. D'ailleurs, positionnant la collaboration avec le secteur commercial comme risques de défaut entravant non seulement le travail de l'OMS comme agence de santé de la clavette de l'ONU, mais également celui des pays en travers du fonctionnement du monde pour réduire le fardeau de NCDs. »

En tant qu'un des nombreux la société civile préconise qui occupé inlassablement dans les ces la mêmes nutrition et maladie noncommunicable (NCD) a associé des consultations et des procédés d'OMS entre 2015-2018, et qui était témoin de l'engagement de l'industrie dans certains de ces procédés et négociations et résultats associés, cette analyse est extrêmement bienvenue et éclairante. L'analyse des chercheurs illumine mais une de beaucoup de voies dans lesquelles une telle recherche malsaine d'industries du produit de base pour diluer des efforts globaux de minage de politique sanitaire pour assurer tous les gens ont accès aux régimes sains et nutritifs. Si nous devons réaliser des objectifs et la santé d'objectif de nutrition, de NCD et de développement durable pour tous, on ne peut pas permettre à ces industries de diluer la politique sanitaire publique. »

Gestionnaire de Lucy Westerman, de police et de campagnes, Alliance de NCD

Source:
Journal reference:

Lauber, K., et al. (2020) Non-communicable disease governance in the era of the sustainable development goals: a qualitative analysis of food industry framing in WHO consultations. Globalization and Health. doi.org/10.1186/s12992-020-00611-1.