Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les gens portés avec une insuffisance cardiaque ont à faible risque de l'infection modérée COVID-19 ou sévère

Les résultats d'une analyse rétrospective proposent que les gens portés avec une insuffisance cardiaque qui a développé les sympt40mes COVID-19 aient eu un à faible risque de l'infection modérée COVID-19 ou sévère, selon aujourd'hui publié d'article neuf dans le tourillon de l'association américaine de coeur, un tourillon d'accès ouvert de l'association américaine de coeur.

Dans ce qui peuvent être la plus grande étude de son genre jusqu'à présent, les chercheurs à l'université de Vagelos d'Université de Columbia des médecins et les chirurgiens à New York City ont exploré le choc de l'infection COVID-19 sur des patients présentant la cardiopathie congénitale (CHD). Le centre de spécialité suit plus de 7.000 adultes et patients pédiatriques nés avec une insuffisance cardiaque. Cinquante-trois patients de CHD (âge moyen 34) présentant l'infection COVID-19 étaient rapportés à leur centre entre mars et juillet 2020.

« Au début de la pandémie, on a craint que la cardiopathie congénitale soit aussi grande un facteur de risque pour COVID-19 que maladie cardio-vasculaire d'adulte-début » que les chercheurs ont écrite. Cependant, ils « sont rassurés par le nombre peu élevé des patients soignés à leur centre et aux résultats des patients. »

Parmi les 43 adultes et 10 enfants avec une anomalie cardiaque congénitale infectée avec COVID-19, caractéristiques complémentaires comprises : 58% a eu l'anatomie congénitale complexe ; 15% a eu un syndrome génétique ; 11% a eu l'hypertension artérielle pulmonaire ; et 17% a eu l'obésité.

Analyse complémentaire trouvée :

  • La présence d'un syndrome génétique en simultané dans tous les patients et l'étape physiologique avancée dans les patients adultes chacune ont été associées à un risque accru de gravité de sympt40me.
  • Cinq patients ont eu la trisomie 21 (un chromosome supplémentaire à position 21) ; quatre patients ont eu le syndrome d'Eisenmenger (circulation sanguine anormale provoquée par des anomalies de structure au coeur) ; et deux patients ont eu l'aplasie thymique (une condition provoquée par l'omission d'un segment de chromosome 22). Presque tous les patients présentant la trisomie 21 et l'aplasie thymique ont eu sympt40mes modérés COVID-19/sévères.
  • Quant aux résultats parmi chacun des 53 patients avec CHD : neuf patients (17%) ont eu infection modérée/sévère, et trois patients (6%) sont morts.

De plus, les chercheurs notent plusieurs limitations à leur analyse :

  • « Tandis que notre taille de l'échantillon est petite, ces résultats impliquent que les lésions congénitales spécifiques de coeur peuvent ne pas être seule cause suffisante pour l'infection COVID-19 sévère. »
  • « Tandis qu'il est possible que notre population des patients ait exercé une adhérence plus stricte au social distançant des préoccupations annoncées tôt données au sujet du risque cardiaque, ces résultats précoces semblent rassurants. »
  • « … l'âge moyen et la fréquence des facteurs acquis de risque cardiaque étaient inférieurs dans les patients hospitalisés dans notre cohorte comparée aux états publiés des patients hospitalisés de COVID-19 dans NYC dans leur ensemble. Ceci peut se produire parce que la communauté de CHD, à grand, est plus jeune que la population globale ou parce que les personnes avec CHD peuvent avoir des facteurs de risque distincts pour l'infection COVID-19 sévère si comparées à la population globale. Il est possible qu'une cohorte des patients agés de CHD pourrait avoir un profil différent de risque que la population globale. »

Les chercheurs conclus, « en dépit de la preuve que la maladie cardio-vasculaire d'adulte-début est un facteur de risque pour de plus mauvais résultats parmi des patients avec COVID-19, des patients avec CHD sans syndrome génétique concomitant, et des adultes qui ne sont pas à l'étape physiologique avancée, ne semblent pas être d'une façon disproportionnée influencés. »

Source:
Journal reference:

Lewis, M.J., et al. (2020) The Impact of Coronavirus disease 2019 (COVID‐19) on Patients with Congenital Heart Disease across the Lifespan: The Experience of an Academic Congenital Heart Disease Center in New York City. Journal of the American Heart Association. doi.org/10.1161/JAHA.120.017580.