Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les chercheurs tracent la séquence de projet du protéome humain

Vingt ans après que le desserrage du génome humain, le « modèle » génétique de la vie humaine, une équipe de recherche internationale, y compris l'université de Chris de la Colombie-Britannique de façon générale, a maintenant tracé la séquence de projet du protéome humain.

Leur travail était le 16 octobre publié dans des transmissions de nature et annoncé aujourd'hui par l'organisme humain de protéome (HUPO). Le de façon générale est le seul scientifique canadien impliqué dans le papier de transmissions de nature.

Marque aujourd'hui une étape significative dans notre compréhension générale de la vie humaine. Considérant que le génome humain fournit un « modèle » complet des gènes humains, le protéome humain recense les différents synthons de durée codés par ce modèle : protéines. Les protéines agissent l'un sur l'autre pour former tout des maladies potentiellement mortelles à la structure cellulaire dans nos fuselages. »

Chris de façon générale, professeur, corps enseignant de dentisterie et membre du centre pour la recherche de sang, université de Colombie-Britannique

Avec 90 pour cent des protéines au corps humain maintenant tracé, dit de façon générale que les scientifiques ont une compréhension plus profonde de la façon dont les différentes protéines agissent l'un sur l'autre pour influencer la santé des personnes, fournissant des analyses dans la prévention des maladies et le médicament personnalisé.

Leur travail peut avoir des implications pour des scientifiques étudiant des demandes de règlement potentielles pour COVID-19.

« Dans COVID-19, par exemple, il y a deux protéomes impliqués, qui du virus SARS-CoV-2 et qui des cellules infectées, avec lesquelles vraisemblablement agissez l'un sur l'autre, modifiez, et changez le fonctionnement de l'autre, » indiquent de façon générale. La « compréhension de cette relation peut jeter la lumière sur pourquoi quelques cellules et personnes sont plus résilientes à COVID-19 et d'autres plus vulnérables, fournissant des informations fonctionnelles essentielles au sujet du corps humain au lequel seul génomique ne peut pas répondre. »

Autant de maladies humaines résultent des changements de la composition ou les fonctionnements des protéines, traçant le protéome renforce la fondation pour le diagnostic de la maladie, la prévision des résultats, la demande de règlement, et le médicament de précision.

Les « êtres humains partagent 99,9 pour cent de leur ADN entre les personnes, pourtant les déficits dans le protéome « partie » provenir des mutations génétiques héritées peuvent mener aux maladies génétiques, ou immunisé défectueux ou insuffisant et des réponses cellulaires contre les facteurs de stress environnementaux, nutritionnels et d'infection, » dit de façon générale.

« Connaître quelles protéines sont principales à la protection contre la maladie, et aux déficits dans l'expression ou l'activité qui sont des cachets de la maladie, peut aviser le médicament personnalisé et le développement des traitements neufs. »

Source:
Journal reference:

Adhikari, S., et al. (2020) A high-stringency blueprint of the human proteome. Nature Communications. doi.org/10.1038/s41467-020-19045-9.