Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

L'étude vérifie la tige entre la position et le risque socio-économiques de troubles mentaux

Les chercheurs à l'université de Helsinki, à l'université d'Aarhus et à l'université de Manchester ont vérifié la tige entre la position socio-économique des parents et le risque d'enfants développant des troubles mentaux plus tard dans la durée.

Comme caractéristiques de recherches, le projet a utilisé une cohorte d'approximativement un million d'enfants danois portés entre 1980 et 2000. Le revenu de leurs parents a été mesuré pendant l'année de la naissance ainsi que quand les enfants avaient 5, 10 et 15 ans. Cinq tranches de revenu ont été utilisées à chaque remarque de mesure, permettant aux chercheurs également de mesurer la variation de revenu pendant l'enfance.

La santé mentale des enfants compris dans l'ensemble de données a été surveillée de l'âge de 15 jusqu'au diagnostic de trouble mental ou de la fin de 2016, et la plus longue revue était ainsi jusqu'à l'âge de 37.

Des caractéristiques sur des diagnostics de trouble mental ont été obtenues à partir du registre psychiatrique danois. En d'autres termes, les sujets d'étude ont recensé de cette façon avaient fini dans la demande de règlement à un hôpital psychiatrique ou à une consultation externe due aux problèmes de santé mentale. La période complémentaire générale dans l'étude a été effectuée à partir de 1995 à 2016.

Les résultats ont été publiés dans le tourillon de médicament de BMC.

Notre étude a expliqué que les enfants plus longs ont grandi dans les familles avec les parents à faibles revenus, plus leur risque était de développer un trouble mental grand. »

Chrétien Hakulinen, conférencier en psychologie de santé, université de Helsinki

Un quart de ces nés dans le quintile de revenu parental le plus inférieur a développé un trouble mental

Basé sur les découvertes d'étude, 25,2% d'enfants portés dans le quintile de revenu parental le plus inférieur ont développé un trouble mental cliniquement diagnostiqué avant qu'ils aient tourné 37. Également, 13,5% d'enfants nés dans le premier quintile parental de revenu ont développé un trouble mental pendant le même laps de temps.

« De parmi les troubles mentaux étudiés, la seule exception était des troubles alimentaires. Dans leur cas, le revenu parental inférieur a été associé à un plus à faible risque de développer un trouble alimentaire, » Hakulinen dit.

Les résultats prouvent que les enfants plus longs ont vécu dans les familles à faibles revenus, plus leur risque était de développer un trouble psychique grand.

« Nous avons observé qu'un tiers des enfants qui ont vécu dans les familles à faibles revenus dans tout leur enfance plus tard ont été diagnostiqués avec un trouble mental. En même temps, 12% des enfants qui ont grandi dans le premier quintile de revenu plus tard ont été diagnostiqués avec un trouble mental, » Hakulinen dit.

Plus de mesures dans l'enfance d'éviter des troubles mentaux ?

Bien que l'étude concentrée sur les familles danoises, Hakulinen croie les découvertes peuvent être employées pour tirer des conclusions également dans le cadre d'autres pays nordiques, puisque nos systèmes de santé sont assez assimilés dans la demande de règlement des troubles mentaux.

Des « troubles mentaux qui réduisent la capacité fonctionnelle sont type traités dans des soins secondaires au Danemark et au reste des pays nordiques, en particulier s'ils apparaissent dans l'âge adulte tôt, » dit Hakulinen.

Les résultats indiquent que les conditions socio-économiques dans l'enfance sont associées au début des troubles mentaux. En fait, Hakulinen voudrait que l'attention soit prêtée à la prévention et à la demande de règlement de tels troubles déjà dans l'enfance.

Les « mesures concentrées sur l'enfance, tel que des interventions à l'appui de la condition parentale, ont pu bénéficier les familles à faibles revenus en particulier. Ceci permettrait pour aborder les facteurs de risque psychosociaux, que les défis financiers aggravent type, des » notes de Hakulinen.

Source:
Journal reference:

Hakulinen, C., et al. (2020) Parental income as a marker for socioeconomic position during childhood and later risk of developing a secondary care-diagnosed mental disorder examined across the full diagnostic spectrum: a national cohort study. BMC Medicine. doi.org/10.1186/s12916-020-01794-5.