Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les scientifiques développent une version améliorée de protéine phototoxic

Les scientifiques de Skoltech, l'institut de la chimie de Bioorganic de RAS, et l'institut de Londres des sciences médicales (LMS) ont développé une version améliorée de supernova, un synthétiseur phototoxic génétiquement codé, que les aides règlent des procédés intracellulaires par exposition à la lumière. La recherche était publiée dans le tourillon international des sciences moléculaires.

Un outil de recherches important, les protéines phototoxic sont utilisés en tant que photosensibilisateurs génétiquement codés pour produire des espèces réactives de l'oxygène sous l'irradiation légère. Contrairement aux photosensibilisateurs chimiques courants, des protéines phototoxic sont génétiquement codées et exprimées par la cellule elle-même, qui les rend faciles à régler et diriger vers n'importe quel compartiment sélecté dans la cellule. Grâce aux espèces réactives de l'oxygène constituées par l'action de la lumière, les protéines phototoxic peut produire la tension oxydante strictement localisée, par exemple, pour détruire une population cellulaire sélectée ou pour désactiver des protéines d'objectif une caractéristique particulièrement recherchée dans la modélisation des processus cellulaires.

La première protéine phototoxic, KillerRed, a été décrite par une équipe des chercheurs russes aboutis par Konstantin Lukyanov, un professeur au centre de Skoltech des sciences de la vie (CLS), en 2006. KillerRed était encore amélioré par les scientifiques japonais et la supernova renommée. Dans leur étude récente, l'équipe de professeur Lukyanov a développé SuperNova2, une version améliorée de la supernova, qui manifeste la grande vitesse et la complétude de la maturation et est monomérique, qui rend la protéine neuve facilement utilisable et adaptée pour une variété grande de tâches de biologie moléculaire.

Nous comptons que le photosensibilisateur génétiquement codé SuperNova2 trouvera l'utilisation dans un large éventail des modèles expérimentaux. »

Konstantin Lukyanov, professeur, centre de Skoltech des sciences de la vie

Source:
Journal reference:

Gorbachev,D.A., et al. (2020) Genetically Encoded Red Photosensitizers with Enhanced Phototoxicity. International Journal of Molecular Sciences. doi.org/10.3390/ijms21228800.