Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les vaccins SARS-CoV-2 intranasaux ont-ils pu être une alternative pratique aux coups de feu intramusculaires ?

L'avance non réprimée de la maladie 2019 (COVID-19) de coronavirus lui a effectué une première priorité de santé publique pour produire un vaccin capable d'induire une réaction protectrice sûre et puissante contre son agent pathogène causal : coronavirus 2 (SARS-CoV-2) de syndrôme respiratoire aigu sévère. Un prétirage neuf d'une manière encourageante, celui a semblé sur les expositions de serveur de bioRxiv* l'immunogénicité, la sécurité, et l'efficacité protectrice, d'un vaccin intranasal (NDV) basé sur virus de vecteur de la maladie de Newcastle dans les études des animaux.

Une foule de vaccins de candidat étant développés contre les plates-formes virales de vecteur de l'utilisation SARS-CoV-2 pour présenter l'antigène de la pointe SARS-CoV-2 au système immunitaire d'hôte. On ont utilisé la route intramusculaire (c.-à-d., coups de `' ou coups de feu de `), mais la route intranasale permet le développement de l'immunité locale ou muqueuse ainsi que de l'immunité systémique contre le virus. Ceci permettra la protection contre pas simplement la maladie symptomatique, mais contre l'établissement de l'infection dans les voies respiratoires supérieures aussi bien. Ceci aidera à briser le réseau de la transmission du virus effectivement.

Plate-forme de NDV

Le vecteur de NDV a des avantages multiples pour l'usage intranasal. Premièrement, c'est un virus aviaire, et est hautement atténué dans les lignées cellulaires humaines. Ceci signifie qu'il n'entraînera aucun symptôme clinique, excepté des quelques conjonctivite de courte durée grippale chez l'homme. Plusieurs tensions de NDV sont employées en tant que virus oncolytic chez l'homme, dus à leur expérience professionnelle sur la sécurité. C'est également génétiquement niche, et des transgènes étrangers ont été insérés dans le génome de NDV sans perturber sa réplication.

Les êtres humains n'ont pas l'immunité préexistante contre le virus, la rendant supérieure à d'autres vecteurs viraux humains dans l'utilisation actuelle, y compris l'adénovirus humain, le virus de rougeoles, ou les vecteurs modifiés de virus d'Ankara de vaccine.

Les répliques de NDV dans les voies respiratoires, lui effectuant l'idéal pour monter une réaction muqueuse protectrice contre l'infection SARS-CoV-2. En conclusion, les répliques de NDV efficacement dans des embryons de poulet et dans d'autres lignées cellulaires ont reconnu par les USA Food and Drug Administration (FDA), tenant compte de la production rapide.

En raison de tous ces avantages, des tensions non pathogènes de NDV ont été employées dans les vaccins atténués sous tension de multiple (LAVs), avec la sécurité prouvée et l'efficacité dans une foule de modèles animaux.

Les chercheurs dans l'étude actuelle ont déjà développé un tel vaccin contre SARS-CoV-2, exprimant la protéine intégrale de pointe. Cet article décrit ses résultats dans un test de son immunogénicité et la sécurité chez les souris et les hamsters.

La vaccination intranasale mène à la réplication virale non pathogène efficace

Les chercheurs ont constaté que le rNDV exprimant la glycoprotéine intégrale de la pointe SARS-CoV-2 reproduite aussi efficacement que le virus de wildtype en oeufs et lignées cellulaires, et des écarts dans les cellules infectées.

Une fois inoculé chez les souris, aucun effet inverse n'a été trouvé. La réplication du rNDV de S-expression ou du rNDV de wildtype était moins dans l'intestin de souris comparé aux voies respiratoires.

Les chercheurs ont constaté que chez les hamsters, de premiers résultats de sécurité chez les souris ont été confirmés, sans la perte de poids durable ou d'autres effets inverses chez les animaux vaccinés.

Aucune pathologie défavorable ne donne droit après la vaccination intranasale de rNDV-S. (a) Le modèle expérimental pour le principal et principal + amplifient la vaccination intranasale des souris. (b) Modification de grammage de pourcentage des souris suivant l
Aucune pathologie défavorable ne donne droit après la vaccination intranasale de rNDV-S. (a) Le modèle expérimental pour le principal et principal + amplifient la vaccination intranasale des souris. (b) Modification de grammage de pourcentage des souris suivant l'instillation de PBS ou d'éléments indiqués de rNDV au-dessus du temps-cours expérimental. (c) Admission quotidienne de bouffe par les souris vaccinées moquerie-vaccinées ou de rNDV-S. Moyenne taille interstitielle de l'espace de poumon droit suivant H&E souillant et évalué par l'intermédiaire d'ImageJ (d) et d'images représentatives (e). Réplication virale de rNDV en intranasale administré dans le turbinate nasal (f), la trachée (G), le poumon (h) et l'intestin (i). Caractéristiques (n = 4-5 souris/groupe) ; *, P<0.05 et NS, non significatifs entre le naïve et les groupes vaccinés, barres d'erreur représentez l'expert en logiciel des moyens par l'intermédiaire du t-test répété ou de l'ANOVA avec le post-test de Dunnett.

Réaction des anticorps

Ils ont examiné des souris vaccinées avec un régime de principal-poussée du rNDV-S pour les deux tous les titres (IgG) d'anticorps d'immunoglobuline G et des titres de neutralisation d'anticorps, mesuré utilisant le microneutralization et les analyses d'inhibition d'entrée de pseudo-particule, respectivement. Ils ont trouvé l'activité de neutralisation robuste contre un pseudovirus de S-expression, après la vaccination de rNDV-S avec chacun de doses de vaccin.

Les niveaux du haut IgA en poumons et sérum, ainsi qu'IgA-sécrétant des cellules de B, indiquent l'admission robuste de l'immunité muqueuse après la vaccination intranasale. Les niveaux plus élevés d'IgG2a dans le liquide pleural semblent proposer la cytotoxicité cellulaire dépendante des anticorps FC-assistée (ADCC), ayant pour résultat le massacre des cellules infectées.

Chez les hamsters, aussi, on a observé la production d'anticorps efficace après le rappel, indiquant que les deux doses seraient exigées pour la neutralisation.

Absence des modifications inflammatoires

Les chercheurs ont constaté qu'il n'y avait aucun signe d'inflammation systémique, comme, par exemple, de hypercellularity de rate, ou d'une augmentation du nombre de cellules myéloïdes. Des cellules dendritiques ont été augmentées chez les souris immunisées avec le wildtype ou le rNDV-S, mais c'était significatif seulement dans l'ancien groupe. La technique des cellules de poumon était plus élevée dans le dernier groupe, mais de nouveau, il y avait une différence important en cellules myéloïdes, excepté dans un sous-ensemble de monocytes et de macrophages. De façon générale, ils n'ont trouvé aucune preuve de l'inflammation myéloïde à long terme au site de vaccination ou systémiquement après administration intranasale de ce vaccin.

L'inflammation de poumon était beaucoup inférieure chez les hamsters vaccinés que dans les contrôles, après un régime de deux-dose. Aucun virus infectieux n'a été trouvé dans les voies respiratoires de quatre jours après la première dose du vaccin. « Ces résultats expliquent que la vaccination avec le rNDV-S peut se protéger contre l'infection SARS-CoV-2, ayant pour résultat les titres SARS-CoV-2 et la protection inférieurs contre les dégâts de poumon. »

Réactions à cellule T

La gestion vaccinique de rNDV-S intranasal a montré une augmentation marquée du nombre de lymphocytes T producteurs IFNγ spléniques de CD4+ et de cellules productrices de TNF de NK, indiquant une réaction à cellule T systémique à l'antigène de S. Dans le tissu de poumon, une diminution significative en cellules de T de CD4+ et une augmentation en cellules de T de CD8+ ont été vues chez les animaux vaccinés. Les cellules de T de mémoire ont également semblé être induites en tissu de poumon.

À vacciné et aux groupes témoins (le dernier ayant reçu le rNVD de wildtype), les niveaux de TNFα étaient réduits, alors que la production d'IFNγ entrait dans le groupe vacciné après le rappel. La population CD4 à cellule T était réduite, mais ceci n'a pas été réfléchi dans les cellules produisant IL-17 ou TNF. En fait, le groupe vacciné a montré une augmentation de sextuple fini dans le sous-ensemble producteur IFNγ de cellule T de CD4+. Ceci indique que localement et systémiquement, une réaction d'IFNγ de détail était induite par la vaccination intranasale.

Réaction de neutralisation

Les chercheurs ont observé une augmentation des boîtiers lymphoïdes associés par graisse (FALCs), qui sont un emplacement dans le péricarde et le médiastin qui répondent tôt à la vaccination intranasale par production d'anticorps locale. La borne Ki67 de prolifération cellulaire a également montré une augmentation. L'IgA et les IgG2a visant le domaine récepteur-grippant de la pointe SARS-CoV-2 (RBD) ont été augmentés sensiblement dans le liquide pleural des souris vaccinées, indiquant qu'un contact de type de production d'anticorps s'était produit.

Puisqu'il n'y avait aucune augmentation du nombre de cellules de B en liquide péricardique ou pleural, ces anticorps semblent avoir été produits plus tôt ou résultés d'une réaction systémique actuelle de cellules de B se produisant dans les organes lymphoïdes primaires. On a observé des anticorps de diffusion qui ont neutralisé les deux la pointe intégrale et le RBD.

Chez les hamsters, deux doses semblent être exigées pour obtenir une réaction de neutralisation.

Implications

Les réactions immunitaires humorales de rNDV-S et communiquées par les cellules systémiques robustes induites avec deux doses vacciniques intranasales chez les souris et entièrement protégées contre l'infection, l'inflammation, et la pathologie de poumon après le défi SARS-CoV-2 chez les hamsters. »

En évitant l'infection au site de l'entrée virale dans le fuselage, ce candidat vaccinique peut pouvoir éviter la maladie et la boîte de vitesses, lui effectuant une option idéale pour l'accomplissement de l'immunité de stérilisation contre COVID-19.

L'immunité cellulaire Th1 semble être essentielle dans la guérison couronnée de succès de l'infection SARS-CoV-2. Dans cette étude, des cellules de T productrices IFNγ de la rate CD4+ ont été augmentées après la vaccination, alors que dans les poumons, CD4 et les cellules de T CD8 ont produit plus d'IFNγ. IFNγ est connu pour activer l'immunité antivirale. D'autre part, la sécrétion de TNF des cellules de T du poumon CD8 a semblé être réduite, même pendant que le nombre de cellules de T CD8 montait. Apparemment, ce vaccin induit la cytotoxicité communiquée par les cellules TNF-indépendante de CD8 T.

De tels vaccins n'exigent pas des pointeaux, et peuvent même auto-être administrés. D'ailleurs, ils peuvent obtenir l'immunité muqueuse dans l'intestin et l'appareil génital, sans compter que les voies respiratoires. Davantage d'étude peut être nécessaire pour déterminer la dose optimale entre la perfection et les rappels, afin de réaliser une réaction robuste de mémoire et des taux d'anticorps plus élevés.

Le commentaire de chercheurs : « A basé sur ces résultats précliniques dans deux modèles de rongeur, la future évaluation clinique du rNDV-S chez l'homme pour la demande de règlement de l'infection SARS-CoV-2 est instamment justifié. »

Avis *Important

le bioRxiv publie les états scientifiques préliminaires qui pair-ne sont pas observés et ne devraient pas, en conséquence, être considérés comme concluants, guident la pratique clinique/comportement relatif à la santé, ou traité en tant qu'information déterminée.

Journal reference:

Park, J.-G. et al. (2021). Immunogenicity and Protective Efficacy of an Intranasal Live-attenuated Vaccine Against SARS-CoV-2 in Preclinical Animal Models. bioRxiv preprint. doi: https://doi.org/10.1101/2021.01.08.425974,
https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2021.01.08.425974v1

Dr. Liji Thomas

Written by

Dr. Liji Thomas

Dr. Liji Thomas is an OB-GYN, who graduated from the Government Medical College, University of Calicut, Kerala, in 2001. Liji practiced as a full-time consultant in obstetrics/gynecology in a private hospital for a few years following her graduation. She has counseled hundreds of patients facing issues from pregnancy-related problems and infertility, and has been in charge of over 2,000 deliveries, striving always to achieve a normal delivery rather than operative.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Thomas, Liji. (2021, January 14). Les vaccins SARS-CoV-2 intranasaux ont-ils pu être une alternative pratique aux coups de feu intramusculaires ?. News-Medical. Retrieved on January 23, 2022 from https://www.news-medical.net/news/20210114/Could-intranasal-SARS-CoV-2-vaccines-be-a-practical-alternative-to-intramuscular-shots.aspx.

  • MLA

    Thomas, Liji. "Les vaccins SARS-CoV-2 intranasaux ont-ils pu être une alternative pratique aux coups de feu intramusculaires ?". News-Medical. 23 January 2022. <https://www.news-medical.net/news/20210114/Could-intranasal-SARS-CoV-2-vaccines-be-a-practical-alternative-to-intramuscular-shots.aspx>.

  • Chicago

    Thomas, Liji. "Les vaccins SARS-CoV-2 intranasaux ont-ils pu être une alternative pratique aux coups de feu intramusculaires ?". News-Medical. https://www.news-medical.net/news/20210114/Could-intranasal-SARS-CoV-2-vaccines-be-a-practical-alternative-to-intramuscular-shots.aspx. (accessed January 23, 2022).

  • Harvard

    Thomas, Liji. 2021. Les vaccins SARS-CoV-2 intranasaux ont-ils pu être une alternative pratique aux coups de feu intramusculaires ?. News-Medical, viewed 23 January 2022, https://www.news-medical.net/news/20210114/Could-intranasal-SARS-CoV-2-vaccines-be-a-practical-alternative-to-intramuscular-shots.aspx.