Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les grippages associés par COVID-19 peuvent augmenter le risque de la mort dans les patients

COVID-19 peut exercer des effets dommageables sur les organes multiples dans le fuselage, y compris le cerveau. Une étude neuve aboutie par des chercheurs au centre médical (MGH) de Massachusetts General Hospital et de Beth Israël Deaconess (BIDMC) indique que quelques patients hospitalisés avec COVID-19 remarquent les grippages non-convulsifs, qui peuvent les mettre à un plus gros risque de mourir. Les découvertes sont publiées dans les annales de la neurologie.

Les grippages sont très une complication classique de la maladie grave sévère. La plupart de ces grippages ne sont pas évidentes : À la différence des grippages qui incitent une personne à tomber vers le bas et secouer, ou ébranler, les grippages dans les patients en état critique sont habituellement nonconvulsive. Là augmente la preuve que les grippages non-convulsifs peuvent endommager le cerveau et rendre des résultats plus mauvais, assimilé aux convulsions. »

M. Brandon Westover, DM, PhD, auteur et chercheur de Co-Sénior d'étude, service de neurologie à MGH et directeur de la Science de caractéristiques au MGH McCance centrent pour la santé de cerveau, Massachusetts General Hospital

Westover note qu'il y a eu seulement quelques petits états des grippages dans les patients présentant la maladie COVID-19 sévère, et elle était précédemment peu claire si de tels grippages se produisent principalement dans les patients qui ont déjà un trouble de grippage ou s'ils peuvent surgir pour la première fois à cause de COVID-19. Les effets de tels grippages sur la santé des patients étaient également inconnus.

Pour fournir des analyses, Westover et ses collègues ont analysé l'information médicale pour 197 patients hospitalisés avec COVID-19 qui a subi la surveillance (EEG) d'électroencéphalogramme--les tests qui trouvent l'activité électrique du cerveau utilisant de petits disques en métal ont fixé au cuir chevelu--pour différentes raisons à neuf institutions en Amérique du Nord et l'Europe.

L'EEG vérifie a trouvé des grippages nonconvulsive dans 9,6% de patients, dont certains n'a eu des problèmes neurologiques pas antérieurs. Des patients qui ont eu des grippages ont dû être hospitalisés pendant un plus long temps, et eux étaient quatre fois pour mourir tandis que dans l'hôpital que des patients sans grippages--proposant que les complications neurologiques puissent être un contributeur important à la morbidité et à la mortalité liées à COVID-19.

« Nous avons constaté que les grippages en effet peuvent se produire dans les patients présentant la maladie grave COVID-19, même ceux sans n'importe quelle histoire neurologique antérieure et qu'elles sont associées à de plus mauvais résultats : les niveaux supérieurs de la mort et d'un plus long hôpital restent, même après le réglage à d'autres facteurs, » dit le Co-sénior Mouhsin Shafi auteur, DM, Ph.D., un chercheur au service de neurologie à BIDMC, directeur médical du laboratoire de BIDMC EEG, et directeur du centre de Berenson-Allen pour la stimulation non envahissante de cerveau.

« Nos résultats proposent que des patients avec COVID-19 devraient être suivis attentivement pour des grippages nonconvulsive. Les demandes de règlement sont procurables et garanties dans les patients au haut risque ; cependant, davantage de recherche est nécessaire pour expliquer comment agressivement traiter des grippages dans COVID-19. »

Westover est un professeur agrégé de la neurologie à la Faculté de Médecine de Harvard (HMS) et Shafi est un professeur adjoint de la neurologie à la voie HMP.

Sources:
Journal reference:

Lin, L., et al. (2021) Electroencephalographic Abnormalities are Common in COVID‐19 and are Associated with Outcomes. Annals of Neurology. doi.org/10.1002/ana.26060.