Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

COVID-19 dans la grossesse n'augmente pas de manière significative la maladie respiratoire dans les nouveaux-nés, dit l'étude

Une étude neuve publiée dans les offres de JAMA de tourillon rassurant la preuve que les mineurs portés aux mères avec la maladie 2019 (COVID-19) de coronavirus, ou même l'infection asymptomatique avec le coronavirus 2 (SARS-CoV-2) de syndrôme respiratoire aigu sévère, ont peu d'augmentation des symptômes respiratoires au-dessus des bébés portés aux mères non infectées.

La preuve du virus a été trouvée en tissu de membrane placentaire et foetale sous forme de matériel génétique (acide ribonucléique ou ARN). Bien que l'infection elle-même ne semble pas être communiquée à le mineur avant la naissance, elle peut se produire pendant la période postnatale.

Plus tôt, quelques études ont proposé que les bébés des mères avec les tests positifs pour SARS-CoV-2 aient été pour avoir maladies respiratoires ou autres, avec la naissance avant terme étant un facteur de risque important.

Des études plus tôt

Dans une étude de 450 bébés portés aux mères de SARS-CoV-2-positive, six est mort, mais aucun n'était positif pour le virus, laissant la cause du décès ambiguë. D'autres études ont proposé que 0,5% de mineurs portés aux mères infectées soit mort, comparé à 0,1% pendant des années précédentes.

Cependant, la petite différence, et la défaillance de répondre aux critères pour l'infection COVID-19 dans les mineurs, a émis des doutes sur ces découvertes. D'ailleurs, la plupart des mères des sept cas fatals, sur 427 bébés au total, ont eu l'infection pendant 18 à 74 jours avant la distribution, et aucun n'a eu la maladie sévère ou critique.

Petits groupes d'étude

L'étude actuelle, comprenant plus de 2.300 mineurs, prouve que les bébés à terme portés aux mères avec l'infection confirmée ont un niveau supérieur d'admission pour des soins néonataux. Les bébés étaient nés à une médiane de 36 jours d'un résultat de test positif. Moins de 30% des mères étaient positifs au moment de l'accouchement, alors que 3% de bébés étaient livrés aux mères qui ont renvoyé un test positif dans une semaine de leur distribution.

Les mères avec l'infection étaient pour être d'un pays de non-Nordic, poids excessif, pour être traitées avec des stéroïdes pour la naissance avant terme, et pour donner naissance à une installation avec une unité de réanimation néonatale entièrement équipée (NICU). La condition de la grossesse et le poids à la naissance étaient également inférieurs dans les mineurs portés à SARS-CoV-2.

Quelles étaient les découvertes ?

Quelques résultats dans les nouveaux-nés étaient plus courants dans les bébés nés aux mères infectées. Ceux-ci comprennent l'utilisation de la ventilation et de l'intubation aidées à la naissance, admission, syndrome de détresse respiratoire, n'importe quelle maladie respiratoire, antibiotiques, l'ictère, hypertension persistante dans la circulation pulmonaire.

L'augmentation la plus grande du risque était pour la ventilation artificielle, trois fois plus courant dans ce groupe, bien que la rareté de ces résultats rende la différence petite en termes absolus. D'autres ont montré une petite augmentation de chance jusqu'à de 50%.

Il est important de se rendre compte que tous ces résultats se produisent déjà aux régimes inférieurs dans les bébés indépendamment de l'état d'infection maternelle, et la véritable différence dans le risque est tout à fait petite.

La chance de mourir, séjour prolongé dans des soins néonataux, allaitement maternel couronné de succès était assimilée dans les deux groupes de nouveaux-nés, de même que d'autres complications sérieuses comme l'aspiration méconiale, la sepsie, et la pneumonie.

De nouveau, les conditions comme l'encéphalopathie hypoxique-ischémique (HIE) classent 2 à 3 et des convulsions ont été augmentées dans les bébés des mères de SARS-CoV-2-positive, mais l'étude était de faible puissance pour réfléchir la signification de cette conclusion.

Bien que ceux-ci soient liés à l'asphyxie, les petites différences peuvent indiquer que seulement quelques bébés sont vulnérables, peut-être dus à la nutrition placentaire faible ou aux effets de la fièvre maternelle sur HIE au moment de la distribution.

Car les températures pendant l'accouchement n'ont pas été enregistrées, ce n'est pas actuel vérifiable. Les chercheurs estiment que cela plus de 33.000 bébés exposés devrait être continué, qui auraient besoin de l'échantillonnage pendant plus de 13 années avec des régimes égaux de COVID-19 dans la grossesse.

Quelles sont les implications ?

Basé sur les découvertes présentées ci-dedans, les admissions excédentaires dans à court terme ou les bébés à terme des femmes de SARS-CoV-2-positive réfléchissent très probablement des signes élargis pour l'observation et l'isolement dans les éléments néonataux, la maladie 18 maternelle après la distribution, ou les recommandations dans les directives. »

La raison en chef de l'incidence accrue de la maladie respiratoire dans les bébés semblerait être le risque plus gros de la naissance avant terme dans des grossesses de SARS-CoV-2-positive, plutôt qu'un effet direct du virus sur le mineur. Ceci a pu expliquer beaucoup d'autres associations observées telles que le besoin accru d'aide respiratoire, des niveaux supérieurs d'ictère et l'usage des antibiotiques.

Avec les taux de transmission très inférieurs dans cette étude, et aucune preuve que s'ils se produisent, les résultats sont plus mauvais, les scientifiques proposez que rooming dedans et allaiter puissent être en toute sécurité autorisés. D'ailleurs, la présence de l'infection dans les mères n'a pas augmenté la durée du séjour d'hôpital.

Des bébés portés aux mères infectées ont été par habitude examinés, jusqu'à trois fois, mais ces nés aux contrôles ont été vérifiés seulement si soupçonnés. Dans les tests faits à la naissance, l'ARN viral de la mère a pu avoir mené aux faux positifs. En dépit de cette polarisation de dépistage, peu de preuve de boîte de vitesses significative a été trouvée.

Cet être une cohorte suédoise, les découvertes peut ne pas être généralisable. Cependant, elles certainement provoquent l'espoir qui dans les nouveaux-nés, au moins, le choc de l'infection peut être négligeable.

Journal reference:
Dr. Liji Thomas

Written by

Dr. Liji Thomas

Dr. Liji Thomas is an OB-GYN, who graduated from the Government Medical College, University of Calicut, Kerala, in 2001. Liji practiced as a full-time consultant in obstetrics/gynecology in a private hospital for a few years following her graduation. She has counseled hundreds of patients facing issues from pregnancy-related problems and infertility, and has been in charge of over 2,000 deliveries, striving always to achieve a normal delivery rather than operative.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Thomas, Liji. (2021, May 04). COVID-19 dans la grossesse n'augmente pas de manière significative la maladie respiratoire dans les nouveaux-nés, dit l'étude. News-Medical. Retrieved on June 19, 2021 from https://www.news-medical.net/news/20210504/COVID-19-in-pregnancy-does-not-significantly-increase-respiratory-illness-in-newborns-says-study.aspx.

  • MLA

    Thomas, Liji. "COVID-19 dans la grossesse n'augmente pas de manière significative la maladie respiratoire dans les nouveaux-nés, dit l'étude". News-Medical. 19 June 2021. <https://www.news-medical.net/news/20210504/COVID-19-in-pregnancy-does-not-significantly-increase-respiratory-illness-in-newborns-says-study.aspx>.

  • Chicago

    Thomas, Liji. "COVID-19 dans la grossesse n'augmente pas de manière significative la maladie respiratoire dans les nouveaux-nés, dit l'étude". News-Medical. https://www.news-medical.net/news/20210504/COVID-19-in-pregnancy-does-not-significantly-increase-respiratory-illness-in-newborns-says-study.aspx. (accessed June 19, 2021).

  • Harvard

    Thomas, Liji. 2021. COVID-19 dans la grossesse n'augmente pas de manière significative la maladie respiratoire dans les nouveaux-nés, dit l'étude. News-Medical, viewed 19 June 2021, https://www.news-medical.net/news/20210504/COVID-19-in-pregnancy-does-not-significantly-increase-respiratory-illness-in-newborns-says-study.aspx.