Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

La coqueluche d'expositions d'étude est encore courante parmi des adultes d'âge moyen dans les pays européens

Bien que les programmes de vaccination contre la coqueluche soient très efficaces en Europe, l'étude finlandaise neuve prouve que la maladie est toujours très courante parmi des adultes d'âge moyen dans pays européens variés. En même temps, les résultats prouvent que la maladie underdiagnosed car les chiffres annuellement rapportés sont considérablement inférieurs que ceux découvertes dans l'étude.

La cause primaire de la coqueluche, également connue sous le nom de coqueluche, est l'agent de bordetella pertussis que les écarts par les muqueuses respiratoires et produit les toxines qui endommagent la muqueuse. Ces toxines mettent hors de combat les mécanismes de défense du fuselage et l'infection est marquée par des épisodes sévères et spasmodiques de toux. La coqueluche est souvent classée par catégorie comme maladie d'enfance, mais les adultes peuvent également la contracter.

Avant les programmes de vaccination, la coqueluche était l'une des maladies d'enfance les plus mortelles. En Finlande, les vaccinations commencée en 1952, et la vaccination de coqueluche est comprises dans le programme de vaccination national de DTP. Quoique les programmes de vaccination soient efficaces en Europe, le nombre de cas de coqueluche a augmenté dans plusieurs pays. 200-500 cas de coqueluche sont rapportés en Finlande tous les ans, alors que mondial il y avait plus de 150.000 cas rapportés en 2018.

L'université de Turku en Finlande aboutit une étude complémentaire complémentaire européenne considérable sur la coqueluche, la diphtérie et le tétanos. L'étude fait partie du réseau de laboratoire d'EUPert-LabNet financé par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Le réseau d'EUPert-LabNet est abouti par le chef du laboratoire de référence national finlandais pour la coqueluche et la diphtérie, professeur Qiushui He de l'université de Turku. 18 pays européens ont participé à l'étude.

À notre meilleure connaissance, c'est la plus grande étude complémentaire complémentaire en Europe puisque les vaccins de DTP ont été introduits. Sur la base des résultats, la coqueluche semble être plus courante en Europe qu'a précédemment pensé. La maladie était la plus courante en Norvège, en France et au Danemark, et plus rare en Finlande et en Hongrie.

Une conclusion très alarmante dans notre recherche était les concentrations faibles des anticorps contre la diphtérie dans beaucoup de pays européens. Ceci indique clairement que l'immunité de troupeau dans les adultes d'âge moyen est décroissante. L'attention devrait être prêtée à cette question en Europe entière. »

Qiushui il, professeur, université de Turku

« D'autre part, les anticorps contre des tétanos sont à un niveau suffisant dans différents pays européens, » le dit.

L'équipe de recherche de coqueluche travaille à l'institut de la biomédecine de l'université de Turku, et en plus He, il est abouti par le professeur h.c., docent Jussi Mertsola. Depuis 2005, professeurs He et Mertsola ont coordonné le réseau européen d'EUpertstrain qui des études comment les changements de la coqueluche tend le choc l'efficacité des vaccins.

La coqueluche de Turku Team abouti par l'et Mertsola vérifie actuel des réactions immunitaires chez les enfants et des adultes comprenant la façon dont les immunisations pendant la grossesse affectent l'immunité des bébés nouveau-nés. Les études font partie du projet européen de cinq ans de PÉRISCOPE avec le financement €28 million des programmes de l'IMI2 et de l'horizon 2020 de l'UE.

Source:
Journal reference:

Berbers, G., et al. (2021) Circulation of pertussis and poor protection against diphtheria among middle-aged adults in 18 European countries. Nature Communications. doi.org/10.1038/s41467-021-23114-y.