Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Variantes SARS-CoV-2 nouvelles partiellement résistantes à l'immunité d'infection et vaccin-induite, découvertes d'étude

Une étude récente entreprise par une équipe des scientifiques aux Pays-Bas et aux Etats-Unis a indiqué que tandis que les patients hospitalisés sévèrement affectés de la maladie 2019 de coronavirus (COVID-19) et les personnes vaccinées sont capables de neutraliser le B.1.1.7, B.1.351, et les variantes P.1 des coronavirus 2 (SARS-CoV-2) de syndrôme respiratoire aigu sévère, une part importante de patients non-hospitalisés avec COVID-19 moins sévère restent susceptible de ces variantes virales.

Une version de prétirage de l'étude est procurable sur le serveur de medRxiv*, alors que l'article subit l'inspection professionnelle.

Mouvement propre

Avec 171,3 millions a confirmé les cas COVID-19 et 3,5 millions de morts, la pandémie COVID-19 est devenues la plus grande pandémie dans l'histoire moderne. L'émergence fréquente des variantes SARS-CoV-2 nouvelles met continuement la population globale sous le danger grave. À cause du pouvoir infectant sensiblement accru et de la capacité immunisée d'évasion, l'Organisation Mondiale de la Santé (WHO) a montré quelques variantes virales comme variantes de préoccupation (VOCs).

Parmi VOCs identifié, B.1.1.7, B.1.351, et P.1 ont été recensés d'abord au R-U, à l'Afrique du Sud, et au Brésil, respectivement. Peu après leur émergence, ces variantes ont commencé la propagation mondial, et des cas avec ces variantes ont été trouvés dans 132, 82, et 52 pays, respectivement.

La mutation de N501Y dans le domaine récepteur-grippant de pointe (RBD) est le trait commun dans chacun des trois VOCs. Cette mutation est connue pour augmenter l'affinité de RBD pour l'enzyme de conversion de l'angiotensine humaine 2 (ACE2), expliquant le plus grand pouvoir infectant des ces VOCs. De plus, la mutation d'E484K trouvée dans les variantes B.1.351 et P.1 est connue pour faciliter l'évasion virale de la neutralisation anticorps-assistée.

Dans l'étude actuelle, les scientifiques ont comparé les capacités immunisées d'évasion des variantes B.1.1.7, B.1.351, et P.1. Particulièrement, ils ont vérifié si ces VOCs peut échapper à la neutralisation par les anticorps thérapeutiques monoclonaux et les anticorps polyclonaux dérivés des patients COVID-19 et des personnes vaccinées.

Modèle d'étude

Pour le contrôle d'anticorps, des échantillons de sérum ont été obtenus à partir de 69 patients COVID-19 4 - 6 semaines après le début de sympt40me. Un ensemble complémentaire d'échantillons de sérum a été rassemblé de 50 membres du personnel soignant vaccinés pendant 4 semaines après la dosend de 2 vaccins. Les participants ont reçu le vaccin COVID-19 basé sur ARNm développé par Pfizer/BioNTech.

Les protéines de pointe du type sauvage SARS-CoV-2 et trois VOCs ont été produites et employées pour mesurer les réactions des anticorps obligatoires des échantillons de sérum rassemblés utilisant la puce ADN multiplex de protéine.

Pour déterminer la capacité de neutralisation des sérums, des pseudoviruses basés sur lentiviral du virus de type sauvage et trois VOCs ont été utilisés.

Observations importantes

Les découvertes d'étude ont indiqué cela comparé au type sauvage SARS-CoV-2, la capacité obligatoire de pointe des sérums convalescents réduits par le fois 2,4, de 3 fois, et quadruples pour les variantes B.1.1.7, B.1.351, et P.1, respectivement. D'ailleurs, on a observé hautement une différence important dans les taux d'anticorps pointe-grippants entre les patients hospitalisés sévèrement affectés COVID-19 et les patients COVID-19 non-hospitalisés doux affectés. On a observé un niveau comparable de l'anticorps obligatoire dans les personnes vaccinées et les patients hospitalisés, qui était 4 - 11 patients plus haut que non-hospitalisés de périodes. Toutes ces observations étaient cohérentes pour tout le VOCs vérifié.     

Concernant la neutralisation de virus, environ 96% de sérums convalescents et 100% des sérums vaccinés ont montré la capacité de neutralisation complète contre le virus de type sauvage. Cependant, tous les sérums vérifiés ont révélé une réduction significative dans le pouvoir de neutralisation contre le VOCs. Particulièrement, les patients non-hospitalisés, les patients hospitalisés, et les personnes vaccinées ont montré quadruple, de 7 fois, et une réduction de 5 fois des titres de neutralisation contre la variante B.1.351, respectivement.

Gripper des sérums convalescents et de vaccinee à COV B.1.1.7, B.1.351 et P.1 clouent des protéines. (a) Représentation structurelle de protéine de la pointe (s) avec ses trois domaines (domaine de N-terminal, NTD, en magenta ; domaine récepteur-grippant, dans le bleu ; Domaine S2 en vert). Les mutations dans chacune des protéines de COV S sont cotées ainsi que leur emplacement dans le trimère. Les couleurs correspondent aux domaines de protéine de S dans dans lesquels la mutation se produit. (b) titres (ED50) obligatoires Moitié-maximaux des sérums convalescents polyclonaux (laissés, n = 57) et des sérums de vaccinee (droits, n = 50) à la protéine de S de COV B.1.1.7, B.1.351 et P.1. Les points branchés indiquent des résultats de la même personne. La coupure inférieure pour gripper a été réglée à un ED50 de 10 (ombrage gris). (c) Moyennes réductions de pli du ± SEM des titres ED50 pour les patients convalescents et les bénéficiaires vacciniques contre des protéines de S de COV B.1.1.7, B.1.351 et P.1 par rapport aux titres ED50 à la protéine du GRAMMAGE S. (d) Titres ED50 des patients COVID-19 non-hospitalisés, des patients COVID-19 hospitalisés et des bénéficiaires vacciniques contre la protéine du GRAMMAGE S et de chacun de la protéine de COV S. ****, p < 0,0001 ; ***, p < 0,001 ; NS, non significatif. Tous les points d
Gripper des sérums convalescents et de vaccinee à COV B.1.1.7, B.1.351 et P.1 clouent des protéines. (a) Représentation structurelle de protéine de la pointe (s) avec ses trois domaines (domaine de N-terminal, NTD, en magenta ; domaine récepteur-grippant (RBD), dans le bleu ; Domaine S2 en vert). Les mutations dans chacune des protéines de COV S sont cotées ainsi que leur emplacement dans le trimère. Les couleurs correspondent aux domaines de protéine de S dans dans lesquels la mutation se produit. (b) titres (ED50) obligatoires Moitié-maximaux des sérums convalescents polyclonaux (laissés, n = 57) et des sérums de vaccinee (droits, n = 50) à la protéine de S de COV B.1.1.7, B.1.351 et P.1. Les points branchés indiquent des résultats de la même personne. La coupure inférieure pour gripper a été réglée à un ED50 de 10 (ombrage gris). (c) Moyennes réductions de pli du ± SEM des titres ED50 pour les patients convalescents et les bénéficiaires vacciniques contre des protéines de S de COV B.1.1.7, B.1.351 et P.1 par rapport aux titres ED50 à la protéine du GRAMMAGE S. (d) Titres ED50 des patients COVID-19 non-hospitalisés, des patients COVID-19 hospitalisés et des bénéficiaires vacciniques contre la protéine du GRAMMAGE S et de chacun de la protéine de COV S. ****, p < 0,0001 ; ***, p < 0,001 ; NS, non significatif. Tous les points d'informations montrés ici représentent le moyen d'un triple exemplaire technique.

Tandis que 100% des patients non-hospitalisés montrait des titres de neutralisation contre le virus de type sauvage et la variante B.1.1.7, environ 39% et 34% d'entre eux pour neutraliser les variantes B.1.351 et P.1, respectivement. En revanche, tous les patients hospitalisés et personnes vaccinées ont maintenu au moins de la capacité de neutralisation contre le VOCs. De façon générale, ces observations indiquent qu'un titre de neutralisation élevé contre le virus de type sauvage est prévisionnel pour la croix-neutralisation de VOCs.

Concernant des anticorps monoclonaux, les anti-RBD et anti-NTD anticorps preclinically testés (de domaine de N-terminal) ont montré le grippement sensiblement réduit contre les variantes B.1.351 et P.1 comparées à celle contre le virus de type sauvage. Cependant, les anti-RBD anticorps monoclonaux quelques Radars à ouverture synthétique-CoV croix-réactifs ont maintenu la cinétique obligatoire assimilée à tout le VOCs vérifié. L'analyse mutationnelle de VOCs a indiqué que la mutation d'E484K, avec d'autres mutations telles que K417N et K417T, a eu le plus à haute impression sur la liaison d'anti-RBD anticorps monoclonaux.    

Concernant la neutralisation de virus, seulement 5 sur 11 ont vérifié la capacité de neutralisation maintenue d'anti-RBD par anticorps monoclonaux contre les variantes B.1.351 et P.1. Cependant, les deux anti-NTD anticorps n'ont pas neutralisé la variante B.1.351. D'une manière primordiale, l'anticorps monoclonal Radars à ouverture synthétique-CoV croix-réactif a avec succès maintenu sa capacité de neutraliser tout le VOCs vérifié. Ceci indique que cet anticorps vise un épitope fortement économisé qui n'est pas influencé par les mutations trouvées dans les ces VOCs.

Signification d'étude

Les découvertes d'étude indiquent qu'en dépit de avoir des titres obligatoires et neutralisants inférieurs, les patients hospitalisés avec COVID-19 sévère et les personnes vaccinées sont capables de neutraliser les variantes B.1.1.7, B.1.351, et P.1 de SARS-CoV-2. Cependant, les patients non-hospitalisés doux affectés COVID-19 n'induisent pas des titres de neutralisation suffisants contre des ces VOCs. Parmi VOCs vérifié, la variante B.1.351 montre le plus de haute résistance à la neutralisation anticorps-assistée.

avis *Important

le medRxiv publie les états scientifiques préliminaires qui pair-ne sont pas observés et ne devraient pas, en conséquence, être considérés comme concluants, guident la pratique clinique/comportement relatif à la santé, ou traité en tant qu'information déterminée.

Journal reference:
Dr. Sanchari Sinha Dutta

Written by

Dr. Sanchari Sinha Dutta

Dr. Sanchari Sinha Dutta is a science communicator who believes in spreading the power of science in every corner of the world. She has a Bachelor of Science (B.Sc.) degree and a Master's of Science (M.Sc.) in biology and human physiology. Following her Master's degree, Sanchari went on to study a Ph.D. in human physiology. She has authored more than 10 original research articles, all of which have been published in world renowned international journals.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Dutta, Sanchari Sinha. (2021, June 04). Variantes SARS-CoV-2 nouvelles partiellement résistantes à l'immunité d'infection et vaccin-induite, découvertes d'étude. News-Medical. Retrieved on January 21, 2022 from https://www.news-medical.net/news/20210602/Novel-SARS-CoV-2-variants-exhibit-partial-resistance-to-infection-and-vaccination-induced-immunity-study-finds.aspx.

  • MLA

    Dutta, Sanchari Sinha. "Variantes SARS-CoV-2 nouvelles partiellement résistantes à l'immunité d'infection et vaccin-induite, découvertes d'étude". News-Medical. 21 January 2022. <https://www.news-medical.net/news/20210602/Novel-SARS-CoV-2-variants-exhibit-partial-resistance-to-infection-and-vaccination-induced-immunity-study-finds.aspx>.

  • Chicago

    Dutta, Sanchari Sinha. "Variantes SARS-CoV-2 nouvelles partiellement résistantes à l'immunité d'infection et vaccin-induite, découvertes d'étude". News-Medical. https://www.news-medical.net/news/20210602/Novel-SARS-CoV-2-variants-exhibit-partial-resistance-to-infection-and-vaccination-induced-immunity-study-finds.aspx. (accessed January 21, 2022).

  • Harvard

    Dutta, Sanchari Sinha. 2021. Variantes SARS-CoV-2 nouvelles partiellement résistantes à l'immunité d'infection et vaccin-induite, découvertes d'étude. News-Medical, viewed 21 January 2022, https://www.news-medical.net/news/20210602/Novel-SARS-CoV-2-variants-exhibit-partial-resistance-to-infection-and-vaccination-induced-immunity-study-finds.aspx.