Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

L'étude met en évidence le rôle d'une protéine cellulaire dans les infections COVID-19

L'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2), une protéine trouvée sur la surface des cellules de poumon, facilite l'entrée du coronavirus nouveau dans des cellules hôte. Tandis que la désignation d'objectifs d'ACE2 peut être une demande de règlement potentielle contre COVID-19, il reste une certaine ambiguïté au sujet de la façon dont ACE2 fonctionne. À cet effet, les chercheurs aux EAU ont creusé plus profond dans ACE2 et son rôle dans les infections COVID-19, dans un examen complet.

L
La désignation d'objectifs de la localisation subcellulaire et le trafic des voies de la protéine réceptrice SARS-CoV-2 ACE2 peuvent aider à régler ses niveaux et à diminuer de ce fait la gravité de l'infection. Accueil de photo : Shutterstock

Tandis que la communauté scientifique a effectué des progrès significatifs dans le combat contre la pandémie de coronavirus, le chemin pour trouver des stratégies de traitement efficace est encore actuel. Pour ceci, il est impérieux de comprendre exact comment les attaques virales les cellules hôte humaines.

Une voie dans laquelle le virus présente des cellules de poumon est par interaction avec de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2), une protéine de cellule-surface. À cet égard, ACE2 est une épée à deux tranchants : il joue un rôle indispensable dans la pression sanguine de réglage, mais en facilitant l'entrée du virus SARS-CoV-2 dans des cellules hôte, il peut influencer la gravité et les taux d'infection de COVID-19. Ceci a incité la recherche actuelle pour se concentrer sur viser ACE2 comme stratégie de demande de règlement contre COVID-19. Cependant, les aspects variés de la façon dont ACE2 agit dans des cellules et ses mécanismes de régulation demeurent encore inconnus. A pu prenant une plongée en eau profonde dans ces mécanismes nous aider à découvrir les objectifs thérapeutiques nouveaux ? Une équipe de recherche de l'université des Emirats Arabes Unis a décidé de découvrir, dans leur révision publiée dans la génomique humaine.

Décrivant leur motivation, l'auteur correspondant du M. Bassam de révision que R. Ali explique, « pour présenter nos cellules, le coronavirus doit débloquer le cadenas de `' sur la surface de cellules : le récepteur ACE2. C'est pourquoi, tous les changements du récepteur ACE2 modifieront vraisemblablement l'entrée virale. Dans notre étude, nous avons visé à augmenter notre connaissance sur ACE2 comprenons aussi bien comment ses variations génétiques peuvent influencer la gravité de l'infection en travers de différentes personnes. »

Les scientifiques commencés en expliquant les éléments : ACE2 est largement exprimé en travers des tissus variés en fuselage, y compris des cellules de poumon, et a plusieurs isoforms (structures fonctionellement assimilées) et polymorphismes d'unique-nucléotide (variants génétiques dus à un changement de seulement un nucléotide de la séquence d'ADN) en travers des populations. Ces variants génétiques peuvent modifier la susceptibilité d'hôte à SARS-CoV-2 en diminuant ou en améliorant l'interaction de virus-récepteur. Ceci a pu probablement expliquer les effets divers des infections SARS-CoV-2 dans différents groupes de personnes.

De plus, les scientifiques expliquent que le gène ACE2 est situé sur le chromosome X (un des deux chromosomes sexuels dans les mammifères), et de ce fait certains mécanismes « épigénétiques » peuvent entraîner la susceptibilité sexe-décentrée aux infections SARS-CoV-2.

Les chercheurs continuent pour jeter la lumière sur la façon dont la protéine ACE2 déménage dans la cellule. Après la synthèse, ACE2 subit se plier et traiter dans le réticulum endoplasmique. Il également compte tenu de plusieurs modifications (modifications goujon-de translation appelées) cette aide son transport et fonctionnement. Il est alors transporté par l'intermédiaire des vésicules dans une structure appelée « l'appareillage de Golgi » pour une transformation plus ultérieure. Ce procédé, collectivement, est hautement systématique et fortement réglé, avec plusieurs molécules agissant en tant que « ACE2-interacting partners. » De plus, ACE2 subit également le rejet ou le clivage protéolytique comme mécanisme de régler son expression. Les chercheurs mettent en valeur cela qui gagne des analyses dans la façon dont ACE2 agit l'un sur l'autre avec ses molécules de réglementation peut découvrir les cibles moléculaires nouvelles pour l'inhibition d'ACE2 et, potentiellement, pour réduire la gravité de l'infection.

De façon générale, cette étude met en lumière les objectifs nouveaux pour régler l'expression ACE2 et explique pourquoi les différentes réactions à SARS-CoV-2 varient. La désignation d'objectifs de ces voies compliquées qui règlent les fonctionnements ACE2 peut nous aider à régler son expression et à explorer ainsi des options nouvelles de demande de règlement. Pas simplement ce, l'équipe est confiant que leurs découvertes puissent être employées pour comprendre d'autres virus respiratoires qui emploient ACE2 comme point d'entrée pour des infections.

Prof. Ali parle des applications cliniques de leur étude, « nos découvertes expliquent la variabilité observée dans la susceptibilité et la gravité des infections SARS-CoV-2 et de leurs effets inverses conséquents. La compréhension des divers effets des variants génétiques du récepteur ACE2 peut nous aider à recenser des voies nouvelles d'aborder le virus. »

Quand il s'agit de stratégies de découvertes contre COVID-19, cet avoir-aucun d'étude doute-ouvert beaucoup de trappes.

Source:
Journal reference:

Badawi, S & Ali, B.R., (2021) ACE2 Nascence, trafficking, and SARS-CoV-2 pathogenesis: the saga continues. Human Genomics. doi.org/10.1186/s40246-021-00304-9.