Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Le choc du traitement de sclérose en plaques sur l'efficacité du vaccin COVID-19

Les patients (MS) de sclérose en plaques peuvent recevoir les demandes de règlement variées qui sont pensées pour nuire la progression de la maladie de la maladie 2019 de coronavirus (COVID-19) et l'efficacité des vaccins COVID-19. Les états tôt ont proposé que les patients recevant des demandes de règlement de modulateur d'anticorps monoclonal spécifique et de récepteur pour la milliseconde soient à un risque plus grand d'hospitalisation et de mort de COVID-19.

Étude : Choc des traitements de maladie-modification de sclérose en plaques sur lÉtude : Choc des traitements de maladie-modification de sclérose en plaques sur l'anticorps SARS-CoV-2 vaccin-induit et l'immunité de cellule T. Crédit d'image : Lightspring/Shutterstock

Plusieurs études ont expliqué des titres réduits d'anticorps contre la protéine de pointe du coronavirus 2 de syndrôme respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) dans ces personnes après gestion vaccinique. Dans un papier récent téléchargé au medRxiv de serveur de prétirage *, le cellulaire et la réaction immunitaire vaccin-induites des patients de milliseconde recevant une gamme des traitements sont évalués surtout en ce qui concerne le pointe-détail IgG CD4+ et les réactions de lymphocyte T de CD8+.

Une version de prétirage de l'étude est procurable sur le serveur de medRxiv* tandis que l'article subit l'inspection professionnelle.

Comment l'étude a-t-elle été réalisée ?

67 patients de milliseconde ne recevant aucune demande de règlement, ou un modulateurs de l'acétate (GA) de glatiramer, du fumarate diméthyle (DMF), du natalizumab (NTZ), de S1P de récepteur, ou anti-CD20 mAb (rituximab (RTX) ou ocrelizumab (ROC)) des traitements ont été recrutés pour l'étude, en plus de 13 personnes en tant que contrôles sains.

Tous les participants avaient reçu les deux doses de n'importe quel vaccin approuvé, et des prises de sang ont été rassemblées des participants avant et de 2-4 semaines après la vaccination, selon le type de vaccin reçu.

SARS-CoV-2 la pointe totale IgG s'est avérée pour être sensiblement élevée par les grandeurs assimilées dans presque tous les groupes après la vaccination, avec des patients recevant S1P, RTX, ou ROC expliquant des réactions des anticorps réduites, indétectables dans certains cas. Tout en montrant les niveaux assimilés des anticorps de pointe-détail aux patients recevant d'autres médicaments, les patients recevant DMF ou NTZ ont montré des niveaux plus élevés des anticorps spécifiques récepteur-grippants (RBD) de domaine.

En revanche, les patients recevant S1P, le RTX, ou le ROC ont également eu des titres sensiblement réduits d'anticorps de RBD-détail. Concernant la séropositivité d'IgG, seulement RTX a entraîné une goutte significative dans la pointe totale IgG, alors que les patients de S1P, de RTX, et de ROC avaient des réductions significatives dans la séropositivité totale de RBD IgG.

Des modulateurs de récepteur de S1P sont connus pour influencer des niveaux de CD4+, et comme prévu, ce groupe montré des pourcentages à cellule T réduits les deux de CD4+ avant et après la vaccination comparée au groupe de NO--demande de règlement. Tous autres patients de milliseconde ont montré les niveaux comparables de CD4+ à ceux observés dans le non traité. Les patients recevant des modulateurs de récepteur de S1P, des traitements de RTX, ou de ROC ont montré des pourcentages réduits de cellules de B de CD19+ avant et après la vaccination.

Les cellules de CD4+ de tous les groupes ont produit les pourcentages assimilés des cytokines telles que l'interféron-γ (IFNγ), le facteur-α de nécrose tumorale (TNFα), et l'interleukine 2 (IL-2). Cependant, les fréquences de l'IL-4 et de l'IL-10 sécrétant des cellules étaient goujon-vaccination sans modification dans n'importe quel groupe de demande de règlement de milliseconde. les lymphocytes T du Pointe-détail CD8+ étaient goujon-vaccination accrue dans tous les patients mais ceux recevant GA, et de nouveau, IL-2, IFNγ, et des niveaux de TNFα ont été produits par des cellules de CD8+ aux hauts niveaux avec l'IL-4 et l'IL-10 minimaux.

Le traitement d'anticorps monoclonal réduit l'efficacité vaccinique

Après avoir observé l'inefficacité vaccinique dans ceux recevant les traitements RTX et ROC d'anti-CD20 mAb, le groupe a utilisé une analyse univariable des réactions des anticorps contre plusieurs métrique, ne trouvant aucune association avec le genre, type vaccinique d'ARNm, ou a pour la dernière fois mesuré des niveaux d'IgG comparés aux niveaux de goujon-vaccination.

Des pourcentages Pre-- et de goujon-vaccination des lymphocytes T de CD4+ et de CD8+ se sont également avérés pour n'avoir aucune association avec les niveaux humains d'antigène de leucocyte, qui est le facteur de risque majeur pour la sclérose en plaques. Cependant, ces patients ont vu une augmentation de la goujon-vaccination séropositive de patients de lymphocytes B, de spike/RBD IgG, et de spike/RBD de CD19+.

Quelques états antérieurs ont indiqué que la variabilité dans le calage des doses et des vaccins d'anti-CD20 mAb pourrait influencer leur efficacité. Cependant, le groupe rapporté aucune corrélation entre l'intervalle d'infusion-vaccination et les niveaux totaux de spike/RBD IgG.

Cependant, l'heure dès le début du traitement d'anti-CD20 mAb à la période de la vaccination (durée du traitement cumulative) a été trouvée d'influencer la séropositivité. Les deux patients soignés pendant plus de 40 mois étaient séronégatifs, et les deux ont traité pour moins de 35 étant séropositifs.

Les patients soignés pendant une durée également avaient particulièrement reçu le médicament ROC d'anti-CD20 mAb. En comparaison, ceux traités pendant une plus longue durée avaient reçu RTX, expliquant vraisemblablement plus d'effet adverse observé de ce dernier concernant la séropositivité.

Conclusion

En conclusion, des modulateurs de récepteur de S1P et les traitements d'anti-CD20 mAb se sont avérés pour ramener de manière significative la pointe totale et le RBD IgG produits par la vaccination comparée aux patients non traités de milliseconde ou aux contrôles sains.

La vaccination suivante de pourcentage de cellules de CD19+ s'est avérée pour marquer fortement avec la séropositivité de pointe, proposant que la reconstitution de cellules dans le tissu lymphoïde et la circulation suivante soit responsable du rétablissement d'anticorps. Ceci peut expliquer la séropositivité parmi des patients d'anti-CD20 mAb présentant des temps plus courts de demande de règlement, où des réserves de lymphocyte B en tissu lymphoïde sont éventuellement épuisées, éventuel ayant pour résultat une réaction séronégative.

La demande de règlement de milliseconde sortie n'a pas modifié de CD4+ ou de CD8+ cytokine, bien que la demande de règlement avec RTX ait eu comme conséquence la production à cellule T accrue de CD8+ et la sécrétion suivante d'IFNγ.

En dépit de la protection partielle s'est entretenu par la vaccination par l'intermédiaire de l'immunité à médiation cellulaire, la plupart de milliseconde que les patients recevant ces traitements restent les patients immunodéprimés hautement vulnérables. Ainsi, ils sont à un risque d'infection, à une hospitalisation, et à une mort plus élevés de COVID-19.

En particulier, des traitements prolongés d'anti-CD20 mAb ont été expliqués pour éliminer l'avantage de la vaccination dans de nombreux cas, signifiant que des personnes recevant ces médicaments devront agir et être traitées avec l'extrême prudence concernant la lutte contre la maladie pour l'avenir.

avis *Important

le medRxiv publie les états scientifiques préliminaires qui pair-ne sont pas observés et ne devraient pas, en conséquence, être considérés comme concluants, guident la pratique clinique/comportement relatif à la santé, ou traité en tant qu'information déterminée.

Journal reference:
  • Sabatino, J. et al. (2021) "Impact of multiple sclerosis disease-modifying therapies on SARS-CoV-2 vaccine-induced antibody and T cell immunity". medRxiv. doi: 10.1101/2021.09.10.21262933.
Michael Greenwood

Written by

Michael Greenwood

Michael graduated from Manchester Metropolitan University with a B.Sc. in Chemistry in 2014, where he majored in organic, inorganic, physical and analytical chemistry. He is currently completing a Ph.D. on the design and production of gold nanoparticles able to act as multimodal anticancer agents, being both drug delivery platforms and radiation dose enhancers.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Greenwood, Michael. (2021, September 23). Le choc du traitement de sclérose en plaques sur l'efficacité du vaccin COVID-19. News-Medical. Retrieved on November 30, 2021 from https://www.news-medical.net/news/20210923/The-impact-of-multiple-sclerosis-therapy-on-COVID-19-vaccine-efficacy.aspx.

  • MLA

    Greenwood, Michael. "Le choc du traitement de sclérose en plaques sur l'efficacité du vaccin COVID-19". News-Medical. 30 November 2021. <https://www.news-medical.net/news/20210923/The-impact-of-multiple-sclerosis-therapy-on-COVID-19-vaccine-efficacy.aspx>.

  • Chicago

    Greenwood, Michael. "Le choc du traitement de sclérose en plaques sur l'efficacité du vaccin COVID-19". News-Medical. https://www.news-medical.net/news/20210923/The-impact-of-multiple-sclerosis-therapy-on-COVID-19-vaccine-efficacy.aspx. (accessed November 30, 2021).

  • Harvard

    Greenwood, Michael. 2021. Le choc du traitement de sclérose en plaques sur l'efficacité du vaccin COVID-19. News-Medical, viewed 30 November 2021, https://www.news-medical.net/news/20210923/The-impact-of-multiple-sclerosis-therapy-on-COVID-19-vaccine-efficacy.aspx.