Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

Les anticorps monoclonaux peuvent réduire le séjour d'hôpital, mais pas la mortalité dans COVID-19

La pandémie de la maladie 2019 de coronavirus (COVID-19), qui a été déclenchée par l'écart du coronavirus 2 (SARS-CoV-2) de syndrôme respiratoire aigu sévère, a endommagé immense l'économie globale, ainsi que plus de 4,75 millions de morts. Faute d'antivirals efficaces, les gouvernements ont mis en application des interventions non-pharmaceutiques variées s'échelonnant des commandes d'abri-dans-place au conseil lavant à la main dans leurs efforts pour réduire la transmission du virus.

Une étude neuve publiée sur le medRxiv* de serveur de prétirage explore l'efficacité du monde réel des anticorps monoclonaux contre COVID-19 dans la maladie sévère évitante. C'est un ajout important aux connaissances actuelles sur l'efficacité de cette approche thérapeutique.

Étude : Traitement d'anticorps monoclonaux pour Covid-19 - expériences à un centre hospitalier régional. Crédit d'image : Structure de Huen bio/Shutterstock.com

Mouvement propre

Car COVID-19 a heurté les pays développés violemment et rapidement, avec des centaines de milliers étant hospitalisés pour le dysfonctionnement sévère de détresse respiratoire et de multi-organe, les médicaments neufs et les techniques étaient dans la forte demande. Des médicaments et des procédures utilisés dans la demande de règlement du cancer, par exemple, ont été rapidement réexaminés pour leur installation potentielle en traitant cette maladie.

Parmi ces derniers étaient la classe des anticorps monoclonaux (mAbs), qui ont été développés pour plusieurs conditions auto-immune et malignes. Les cocktails de mAb de Bamlanivimab/Etesevimab et de Casirivimab/Imdevimab se sont avérés pour offrir un avantage potentiel en réduisant la gravité de COVID-19 dans les patients présentant certains facteurs de risque fondamentaux.  

Ces anticorps visent l'antigène de la pointe SARS-CoV-2 qui est responsable de la cellule de virus-hôte grippant par l'intermédiaire du récepteur de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (SARS-CoV-2). Afin d'éviter l'émergence rapide des mutations d'évasion, ces anticorps doivent viser les épitopes ou les sites antigéniques qui montrent peu ou pas de modification entre les variantes.

Défaillant ceci, des combinaisons sont employées pour éviter l'évasion immunisée par l'intermédiaire des mutations à un emplacement sur la protéine de pointe. Le cas d'une telle évasion immunisée couronnée de succès introduirait le choix de telles mutations afin d'aboutir à l'émergence d'une souche résistante.

L'étude actuelle a employé des caractéristiques sur l'utilisation de cocktail de mAb à un centre hospitalier régional ayant affaire avec les patients COVID-19. Des patients ont été avisés au sujet du traitement. Tous les participants ont eu plus d'un facteur de risque pour des résultats faibles et ont été traités dans une semaine de recevoir un test positif pour SARS-CoV-2 par la réaction en chaîne inverse de transcriptase-polymérase (RT-PCR) après début de sympt40me.

Découvertes d'étude

L'étude actuelle a compris 34 participants qui ont été traités avec seul le bamlanivimab ou un cocktail de casirivimab et d'imdevimab entre les mars à juin 2021. Le groupe témoin a été traité avec le même niveau de soins que les bénéficiaires d'anticorps, excepté le traitement de mAb.

Le temps du premier test positif de RT-PCR à l'hospitalisation a différé entre les cas et les contrôles à 9 jours par rapport à 17 jours. En conséquence, les gaz du sang étaient inférieurs. Presque deux fois autant de patients se sont présentés avec la toux dans la cohorte de demande de règlement ; cependant, la dyspnée à l'exposé était trois fois plus courante au groupe témoin.

Il n'y avait aucune différence dans le risque de mortalité après un diagnostic positif. La charge virale était également comparable entre les groupes, comme expliqué par les seuils de cycle pendant le cours hospitalisé de la maladie dans l'un ou l'autre de groupe.

La durée de l'hospitalisation a été diminuée après la demande de règlement de mAb, qui était en accord avec les grandes études qui ont été précédemment publiées. Il s'avère que des patients à haut risque doivent être recensés tôt et ont administré ce médicament avant qu'ils montrent des symptômes sévères, dans ce cas les mAbs peuvent de manière significative réduire l'étape progressive de la maladie.

Implications

Cette réduction de séjour d'hôpital pour des survivants pourrait être principale à éviter la demande primordialement sur des hôpitaux au cours des périodes où l'incidence COVID-19 monte.

« Pour réaliser ceci, nous avons encouragé les médecins résidentiels par la poste et les medias à diriger immédiatement leurs patients SARS-CoV-2 positifs ayant des facteurs de risque important et commençant des sympt40mes vers notre hôpital pour le traitement tôt. »

En dépit de l'efficacité des mAbs en réduisant le temps passé dans l'hôpital, aucune réduction de valeurs de seuil de cycle n'a été vue. De nouveau, 12% de cas par rapport à 10% de contrôles a succombé à la maladie. Ces découvertes indiquent le besoin d'autres d'études d'évaluer la rentabilité de ce traitement en quelques durées de sauvetage et des complications sérieuses de prévention dans les patients COVID-19 à haut risque.

avis *Important

le medRxiv publie les états scientifiques préliminaires qui pair-ne sont pas observés et ne devraient pas, en conséquence, être considérés comme concluants, guident la pratique clinique/comportement relatif à la santé, ou traité en tant qu'information déterminée.

Journal reference:
Dr. Liji Thomas

Written by

Dr. Liji Thomas

Dr. Liji Thomas is an OB-GYN, who graduated from the Government Medical College, University of Calicut, Kerala, in 2001. Liji practiced as a full-time consultant in obstetrics/gynecology in a private hospital for a few years following her graduation. She has counseled hundreds of patients facing issues from pregnancy-related problems and infertility, and has been in charge of over 2,000 deliveries, striving always to achieve a normal delivery rather than operative.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Thomas, Liji. (2021, September 27). Les anticorps monoclonaux peuvent réduire le séjour d'hôpital, mais pas la mortalité dans COVID-19. News-Medical. Retrieved on December 01, 2021 from https://www.news-medical.net/news/20210927/Monoclonal-antibodies-may-reduce-hospital-stay-but-not-mortality-in-COVID-19.aspx.

  • MLA

    Thomas, Liji. "Les anticorps monoclonaux peuvent réduire le séjour d'hôpital, mais pas la mortalité dans COVID-19". News-Medical. 01 December 2021. <https://www.news-medical.net/news/20210927/Monoclonal-antibodies-may-reduce-hospital-stay-but-not-mortality-in-COVID-19.aspx>.

  • Chicago

    Thomas, Liji. "Les anticorps monoclonaux peuvent réduire le séjour d'hôpital, mais pas la mortalité dans COVID-19". News-Medical. https://www.news-medical.net/news/20210927/Monoclonal-antibodies-may-reduce-hospital-stay-but-not-mortality-in-COVID-19.aspx. (accessed December 01, 2021).

  • Harvard

    Thomas, Liji. 2021. Les anticorps monoclonaux peuvent réduire le séjour d'hôpital, mais pas la mortalité dans COVID-19. News-Medical, viewed 01 December 2021, https://www.news-medical.net/news/20210927/Monoclonal-antibodies-may-reduce-hospital-stay-but-not-mortality-in-COVID-19.aspx.