Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

À faible risque de COVID-19 sévère après première dose de vaccins de Pfizer et d'AstraZeneca en Ecosse

Une analyse d'une manière encourageante publiée en médicament respiratoire de The Lancet de tourillon prouve que les admissions au hôpital et les morts dues à la maladie 2019 (COVID-19) de coronavirus étaient rigoureusement réduites à deux semaines ou plus de la première dose du vaccin de Pfizer ou d'AstraZeneca. Cependant, les groupes à haut risque prolongés à l'expérience ont augmenté des régimes de la maladie grave après une dose.

Étude : Admissions au hôpital COVID-19 et morts après des vaccinations de BNT162b2 et de Chadox1 NCov-19 dans 2·57 millions de personnes en Ecosse (GOUTTIÈRE II) : Une étude de cohorte estimative. Crédit d'image : Marc Bruxelle/Shutterstock.com

Mouvement propre

Le Royaume-Uni a représenté plus de 8,1 millions de cas de COVID-19 du total global de plus de 237 millions. Plus de 138.000 personnes sont morts au R-U, en dépit de la mise en place stricte des mesures non-pharmaceutiques comme distancer, utilisation de masque, lockdowns, lavage des mains, et restrictions sociaux aux rassemblements publics.

Assurément, transmission du virus réduite de ces mesures mais à un coût élevé à la qualité de vie normale. La vaccination a été ainsi perçue pour être la seule voie de nouveau à une apparence de la vie normale.

La vaccination COVID-19 en Ecosse a commencé en décembre 2020, par le déploiement du vaccin de Pfizer-BioNTech BNT162b2 COVID-19. Un mois plus tard, le vaccin d'Oxford-AstraZeneca ChAdOx1 nCoV-19 a été déroulé. Les deux vaccins ont un régime de principal-poussée de deux-dose.

Les cas en Ecosse ont commencé à faire une pointe à partir de début décembre 2020 à une crête le 4 janvier 2021, qui était quand le deuxième vaccin a été déployé. En raison des manques vacciniques, le Comité mixte BRITANNIQUE sur la vaccination et l'immunisation (JCVI) ont commencé à offrir une dose unique et puis une deuxième dose après trois mois. L'objectif de la deuxième dose retardée était d'étendre la couverture vaccinique à une proportion plus grande de la population susceptible.

Les gens âgés 80 ans ou ci-avant, ceux aux établissements de soins à long terme, professionnels de la santé, et travailleurs de soins ont été donnés la priorité dans le premier rond de vaccination, suivi de ceux considérés pour être à un plus gros risque sur une base clinique. L'éligibilité alors a été graduel étendue à de plus jeunes tranches d'âge.

« Bien que ce conseil diffère du guidage d'essai de preuve et de constructeurs sur le calage entre les doses, les caractéristiques des modèles mathématiques proposent que cette approche ait le potentiel de contenir la pandémie rapidement, réalisant l'effet salutaire public optimal, et pourraient avoir comme conséquence la mortalité cumulative réduite dans certaines conditions. »  

Tandis que le vaccin de Pfizer évitait 95% de COVID-19 symptomatique, le vaccin d'AstraZeneca a montré une efficacité du monde réel de 70%. Dans une étude du monde réel, cependant, les chiffres de correspondance étaient 91% et 88%, respectivement, pour des hospitalisations à environ un mois de la vaccination de première dose.

Les infections de découverte sont encore possibles, et une fraction de ces derniers peut devenir sévère. Il est nécessaire de comprendre comment les infections fréquentes de découverte se produisent afin de former des interventions de pratique clinique et de santé publique, y compris des polices de vaccination.

L'étude actuelle a évalué les hospitalisations COVID-19 et les morts à 14 jours ou plus de la première dose de l'un ou l'autre de vaccin par rapport aux facteurs cliniques et démographiques. Autrement connu comme bilan universel tôt et contrôle amélioré de COVID-19 (plate-forme de GOUTTIÈRE II), ceci était une étude d'observation ouverte, en temps réel, et estimative d'une population nationale qui a utilisé des caractéristiques sur la vaccination, la santé primaire, les essais en laboratoire, l'hospitalisation, et la mort de COVID-19.

Découvertes d'étude

Les chercheurs ont constaté qu'une dose du vaccin de Pfizer a été administrée à un tiers de la cohorte, avec le reste recevant le vaccin d'AstraZeneca. Au cours de la période de réflexion, 27% a également reçu la deuxième dose, avec approximativement 60% obtenant le vaccin de Pfizer.

Du plus de 2,5 millions de personnes dans cette cohorte, environ 1.200 ont été hospitalisés ou sont morts 14 jours ou plus de la première dose. Plus particulièrement, 230 de ces derniers étaient les morts à l'hôpital.

Le régime d'événement presque de 5 pendant toutes les 1.000 années-personnes avec une dose du vaccin a chuté à moins de 1/1,000 d'années-personnes après deux doses. Le nombre d'événements était comparable aux deux vaccins. Les différences étaient en grande partie à la tranche d'âge la plus âgée, à 80 ans ou à plus, qui ont remarqué 63 événements selon 1.000 années-personnes après une dose de Pfizer par rapport à 11 avec le vaccin ChAdOx1.

Les facteurs de risque pour des résultats sévères avec COVID-19 ont compris l'âge, un numéro plus grand des maladies fondamentales, histoire d'hospitalisation dans le mois avant la vaccination, fonctionnant dans une place ou une profession avec un haut risque de l'exposition, du domicile à long terme d'établissement de soins, du domicile dans une localité plus déshéritée, du sexe mâle, et de l'histoire d'ex-fumeur. Ceux qui avaient été précédemment infectés avec le virus étaient peu susceptibles d'avoir des résultats sévères.

Le plus gros risque pour des résultats sévères s'est produit avec l'infection symptomatique pendant les 2 ou 3 semaines après la première dose. Les comorbidités comprenant la maladie rénale chronique, l'asthme, l'insuffisance cardiaque, le diabète de type 2, la cardiopathie, et la démence ont augmenté le risque d'hospitalisation ou de mort de COVID-19 après la vaccination. Cependant, l'asthme et l'insuffisance cardiaque n'ont pas été associés à de plus mauvais résultats quand le groupe vaccinique de Pfizer s'est séparé analysé.

Implications

Les résultats de l'étude actuelle prouvent que les hospitalisations et les morts parmi les personnes à faible risque étaient inférieures après une dose du vaccin de Pfizer ou d'AstraZeneca, à moins de 0,05% en général. Cependant, groupes à haut risque prolongés pour montrer un risque élevé comparé au groupe entier.

Intéressant, les ex-fumeurs étaient le seul groupe avec un plus gros risque des résultats sévères dans la population vaccinée qui n'ont pas été représentés dans la population à haut risque non vaccinée. L'action protectrice de l'immunité liée à un épisode antérieur de COVID-19 était clairement observable. Les premiers travaux corroborent ceci, prouvant qu'une dose d'un vaccin de l'acide ribonucléique de messager (ARNm) chez une personne précédemment infectée est aussi protectrice que deux doses dans une personne de COVID-19-naïve.

Le régime de l'hospitalisation ou de la mort de COVID-19 était 4,6 événements selon 1000 années-personnes parmi la population plus âgée en grande partie à haut risque. C'était comparable à 8,57 événements selon 1000 années-personnes parmi le non vacciné, beaucoup plus jeune, et la population à faible risque en Ecosse. L'importance de la réduction de la maladie sévère devrait être comprise dans ce contexte, particulièrement avec une forte incidence de COVID-19 au cours de la période de réflexion, mais avec un lockdown en place.

« Nous planification pour continuer l'analyse pendant que le R-U détend des restrictions de lockdown, étend le programme de vaccination à de plus jeunes et plus saines personnes, et introduit Moderna et d'autres vaccins dans son programme de vaccination national. »

Journal reference:
Dr. Liji Thomas

Written by

Dr. Liji Thomas

Dr. Liji Thomas is an OB-GYN, who graduated from the Government Medical College, University of Calicut, Kerala, in 2001. Liji practiced as a full-time consultant in obstetrics/gynecology in a private hospital for a few years following her graduation. She has counseled hundreds of patients facing issues from pregnancy-related problems and infertility, and has been in charge of over 2,000 deliveries, striving always to achieve a normal delivery rather than operative.

Citations

Please use one of the following formats to cite this article in your essay, paper or report:

  • APA

    Thomas, Liji. (2021, October 10). À faible risque de COVID-19 sévère après première dose de vaccins de Pfizer et d'AstraZeneca en Ecosse. News-Medical. Retrieved on December 07, 2021 from https://www.news-medical.net/news/20211010/Low-risk-of-severe-COVID-19-after-first-dose-of-Pfizer-and-AstraZeneca-vaccines-in-Scotland.aspx.

  • MLA

    Thomas, Liji. "À faible risque de COVID-19 sévère après première dose de vaccins de Pfizer et d'AstraZeneca en Ecosse". News-Medical. 07 December 2021. <https://www.news-medical.net/news/20211010/Low-risk-of-severe-COVID-19-after-first-dose-of-Pfizer-and-AstraZeneca-vaccines-in-Scotland.aspx>.

  • Chicago

    Thomas, Liji. "À faible risque de COVID-19 sévère après première dose de vaccins de Pfizer et d'AstraZeneca en Ecosse". News-Medical. https://www.news-medical.net/news/20211010/Low-risk-of-severe-COVID-19-after-first-dose-of-Pfizer-and-AstraZeneca-vaccines-in-Scotland.aspx. (accessed December 07, 2021).

  • Harvard

    Thomas, Liji. 2021. À faible risque de COVID-19 sévère après première dose de vaccins de Pfizer et d'AstraZeneca en Ecosse. News-Medical, viewed 07 December 2021, https://www.news-medical.net/news/20211010/Low-risk-of-severe-COVID-19-after-first-dose-of-Pfizer-and-AstraZeneca-vaccines-in-Scotland.aspx.