Avertissement : Cette page est une traduction automatique de cette page à l'origine en anglais. Veuillez noter puisque les traductions sont générées par des machines, pas tous les traduction sera parfaite. Ce site Web et ses pages Web sont destinés à être lus en anglais. Toute traduction de ce site et de ses pages Web peut être imprécis et inexacte, en tout ou en partie. Cette traduction est fournie dans une pratique.

L'étude ne trouve aucune tige entre les vaccinations COVID-19 et le risque de fausses-couches tôt

Une étude neuve publiée dans New England Journal de médicament n'a trouvé aucune corrélation entre les vaccinations COVID-19 et le risque de fausses-couches de premier-trimestre, fournissant davantage de preuve de la sécurité de la vaccination COVID-19 pendant la grossesse.

L'étude a analysé plusieurs Bureaux d'ordre nationaux de santé en Norvège pour comparer la proportion de femmes vaccinées qui ont remarqué une fausse-couche pendant le premier trimestre et les femmes qui étaient encore enceintes à la fin du premier trimestre.

« Notre étude n'a trouvé aucune preuve d'un risque accru pour la perte de grossesse précoce après que la vaccination COVID-19 et ajoute aux découvertes d'autres états supportant la vaccination COVID-19 pendant la grossesse, » écrivent les auteurs d'étude, qui comprend M. co-auteur Deshayne Fell, un professeur agrégé dans l'école de l'épidémiologie et de la santé publique à l'université de la faculté de médecine et d'un scientifique d'Ottawa à l'hôpital pour enfants de l'institut de recherches oriental (CHEO) d'Ontario.

« Les découvertes rassurent pour les femmes qui étaient vaccinées tôt dans la grossesse et supportent la preuve croissante que la vaccination COVID-19 pendant la grossesse est sûre. »

M. Fell, aboutissant actuel une étude d'Ontario sur l'efficacité et la sécurité des vaccins COVID-19, et de l'équipe internationale derrière l'étude n'a trouvé aucune relation entre le type de vaccin reçu et la fausse-couche. En Norvège, les vaccins ont employé Pfizer, Moderna et AstraZeneca inclus.

Il est important que les femmes enceintes soient vaccinées puisqu'elles ont un plus gros risque des hospitalisations et du COVID-19-complications, et leurs mineurs sont à un plus gros risque d'être porté trop tôt. En outre, la vaccination pendant la grossesse est susceptible d'assurer la protection au mineur nouveau-né contre l'infection COVID-19 pendant les premiers mois après la naissance. »

Auteurs d'étude, université d'Ottawa